Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
Un hydravion commercial géant français, à 6 moteurs, en visite dans la Rade de Genève (1948) [4 vidéos]

 

Un des plus grands hydravions (ou même avion) d’Europe se pose dans la Rade en été 1948 : un Latécoère 631, propulsé par 6 moteurs. Venu sur l’initiative d’Air France en relation avec l’assemblée annuelle de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) qui se tient à Genève, il va étonner le public qui n’a jamais vu d’appareil aussi grand depuis la venue des bombardiers quadrimoteurs B-17 internés en 1944.


Le Laté-631 devant la Rade de Genève, guidé vers son ancrage à La Nautique (Photo R.Hug).

Le plus gros appareil volant que le Léman n’ait jamais porté

JPG - 17 ko
Le géant lors de son approche sur les Eaux-Vives.

Au début avril 1948, les Genevois sont prévenus qu’un hydravion géant viendra se poser dans le Petit-lac face à Genève, en juin. Il s’agit d’un Latécoère 631 de la compagnie Air France qui fera un vol promotionnel en liaison avec la conférence de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) qui doit se tenir là. L’appareil est attendu pour le 12 juin et sera ancré au large de La Nautique. Malgré l’intérêt de l’événement, le doute est dans l’air, car sur les 6 machines construites parmi les 12 prévues, 3 seules survivent. Un Laté-631 vient même de s’écraser dans la Manche quelques semaines avant cette annonce !

Comme sa venue a été confirmée, l’impatience est grande à Genève où l’on attend l’arrivée de cet hydravion géant équipé de 6 moteurs. On n’a pas vu d’appareils flottants depuis l’avant-guerre et aucun aussi grand ni avec autant de moteurs. Les rares bombardiers quadrimoteurs B-17 blessés qui se posèrent à Genève en 1944 mesuraient 31,5m d’envergure et le plus gros appareil en activité à la Swissair, le quadrimoteur DC-4, avec 42m d’envergure pèse 40t de moins à pleine charge que cet hydravion dont l’aile de 350m2 s’étire sur 57,5m.

Le samedi 12 juin, les quais sont noirs de monde, surtout du côté des Eaux-Vives, quand l’élégant et majestueux hydravion finit par apparaître dans le ciel genevois. Après 1h41 de vol, venant de l’étang de Biscarrosse (F), il arrive du côté du Fort-l’Ecluse et survole les villages du Mandement, Verbois, les ponts du Rhône. Il passe alors au-dessus du pont du Mont-Blanc, puis entre la jetée des Pâquis et celle du jet d’eau et fait un amerrissage remarqué au large de Cologny à 10h30. Des gerbes d’eau éclaboussent ses hublots derrière lesquels on devine des passagers. L’appareil est presque arrêté sur une assez courte distance et il avance ensuite comme un navire vers le port de La Nautique où il s’ancre à 250m au large du Port-Noir. Des bateaux des Mouettes genevoises viennent alors chercher les passagers et l’équipage. Les passagers, leurs passeports, sont contrôlés par la douane ....

Durant 3 jours, comme Jonas dans le ventre de la baleine !

Sur l’eau, où il se balance faiblement, l’hydravion apparaît dans toute sa masse, surtout en comparaison avec les embarcations naviguant sur le lac, de même qu’avec les gros navires de la CGN. Il s’agit du plus gros hydravion commercial en activité dans le monde et probablement du plus gros avion d’Europe. Sa présence fait sensation car il est surtout connu sur la ligne reliant la France à Dakar et présent dans des ports marins abritant des navires de fort tonnage, où lui-même doit paraître plus "fluet". L’appareil immatriculé F-BDRC restera 3 jours dans la Rade et sera ensuite affecté à la liaison avec les Antilles (en 16h).

Les Genevois qui visitèrent le salon de l’aviation de Genève, en 1929, ne peuvent manquer de faire le parallèle avec l’une des maquettes de l’ingénieur genevois Manos qui prévoyait un jour que des hydravions à coque seraient équipés de 6 moteurs de 1.000cv chacun pour transporter une centaine de passagers. Le public, il a été prévenu, ne peut hélas s’approcher de l’appareil ni le visiter. Seuls les 400 délégués de la conférence de l’OACI qui siègent actuellement à Genève bénéficient de cette faveur, ainsi que les autorités et les professionnels de l’aéroport et de l’aéronautique.

Les chanceux qui peuvent visiter l’appareil découvrent son très vaste intérieur : "un salon aux moelleux fauteuils de cuir beige, une salle à manger aux petites tables de bois clair et aux sièges tendus d’un drap écossais rouge et vert, un petit bar derrière lequel on voit la cuisine où pas un recoin n’est perdu, des cabines enfin, comprenant chacune deux larges fauteuils de cuir vert qui, en se dépliant, forment deux couchettes superposées, et une toilette fleurie qui, soulevée, laisse voir un lavabo."

Les PTT ont pris la visite de l’appareil au sérieux et n’ont pas hésité à placer sur le quai, proche de son point d’ancrage, à la hauteur du parc des Eaux-Vives, un bureau de poste ambulant sous tente. Les lettres et les cartes sont oblitérées par un cachet spécial représentant la Rade de Genève survolée du Latécoère, complété par le profil d’une Martiniquaise.

Drame épouvantable sur l’Atlantique

JPG - 9.9 ko
A l’ancre à la Nautique, à droite le jet d’eau.

Le lundi 14 juin, la cérémonie se reproduit en sens inverse. Les douaniers contrôlent...Les passagers et la délégation d’Air France réintègrent le navire volant. Les postiers en file indienne apportent les sacs de courrier spécialement oblitérés. Puis vient l’heure du départ. C’est la fin de l’après midi, il y a du monde sur les quais. Au parc Mon-Repos, à la Perle-du-Lac, les gamins de Sécheron sont tous là. Au milieu du lac, le Latécoère d’Air France fait chauffer ses 6 moteurs. Il parcourt une longue distance avant de ... s’arrêter. L’hydravion revient lentement à son point de départ, répète sa manœuvre et décolle enfin. Il s’envole au large de Versoix, vire en direction du Jura, survole l’aéroport et se rapproche du Rhône, puis disparaît à l’horizon en direction de Biscarrosse. Depuis là, il reprendra ses liaisons régulières avec le Sénégal puis la Martinique.

Cette visite de courtoisie en serait restée là si, le 1er août, jour de fête nationale, on n’apprenait pas que le Laté-631 F-BDRC, parti de la Martinique, avait péri corps et biens dans l’Atlantique, à 1.200 miles de Dakar ! No comment.

Cette histoire ne serait que tragique si un événement, en 2002, ne venait pas faire revivre étonnement la visite de l’appareil à Genève, l’une des dernières occasions où ce type d’hydravion a pu être observé par le public en Europe. Le jeune Guy Gatisson, 21 ans en juin 1948, pilote civil non professionnel depuis l’âge de 17 ans, a eu le bonheur de faire partie des passagers du vol Biscarrosse-Genève-Biscarrosse en 1948. Equipé d’une caméra Pathé Baby de 9,5mm, il a filmé à travers son hublot toute l’arrivée sur la Rade, le débarquement, les rues de Genève, le rembarquement ainsi que le décollage final. Ce document historique et sensationnel, Guy Gatisson l’a prêté à Genève, à la télévision, grâce auquel des milliers de spectateurs ont pu revivre l’événement de juin 1948.

 

JPG - 17.8 ko
Par : Jean-Claude Cailliez
Le :  lundi 15 août 2005
  • Pour en savoir plus, voir : la Tribune de Genève des 07.04.1998 et 30.04.2002, par J.C.Ferrier. Voir aussi : L’avion à Genève, par R. Hug. Ed. du Tricorne, 1982, 198p, ills, à la "Librairie ".
  • [03.2007] Photos du Laté-631 dans la Rade (diaporama, 1948, N&B, sonore, 2,5’, 29Mo), nécessite le plugin QuickTime 7.1.3 minimum.
    [03.2009] Le Laté-631 sur Biscarrosse-Genève, le 12 juin 1948 (vidéo, 1948, N&B, sonore, 05’, 120Mo), nécessite le plugin QuickTime 7.1.3 minimum. Ne pas hésiter à laisser downloader un peu avant usage.
    [12.2007] La visite du Laté-631 à Genève (Film, 2007, couleur, sonore, 08’, 147Mo). Reportage Autrefois-Genève, David Charrier, Jean-Claude Brussino. Ne pas hésiter à laisser downloader un peu avant consommation.
    [01.2017] Le Laté-631 vue depuis la rive droite de la rade de Genève (12.06.1948) (vidéo sonore, 02’06’’, 69Mo). Format QuickTime 7.5 minimum. Images R. Collet.

    Vous êtes ici : Accueil > Récits > Un hydravion commercial géant français, à 6 moteurs, en visite dans la Rade de Genève (1948) [4 vidéos]