Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
Premier meeting d’aviation de Suisse dès le 12 septembre 1909, à Vernier [vidéo]

 

Il est coutume d’attribuer l’existence du 1er meeting d’aviation de l’histoire suisse au village de Planeyse (NE), les 9 et 10 janvier 1910. Mais il faut constater que, du 8 au 12 septembre 1909, à Vernier (GE), avec un droit d’entrée, des centaines de genevois voient décoller le 1er avion construit en Suisse, aux mains de son constructeur, le Genevois Alexandre Liwentaal (1868-1940). Il s’y trouvait d’ailleurs un second appareil, en cours de construction.


La Libellule sur son tremplin. Liwentaal, 3e depuis la gauche, est entouré du Dr Bouvier (2e), un parent (4e) et 3 aides préparant le lieu pour l’accueil du public (Carte postale).

Le premier aéroplane que les genevois vont pouvoir approcher

A Genève, personne n’a encore vu d’avion et bien sûr aucun Genevois n’a encore réussi le décollage d’un plus lourd que l’air (ni aucun suisse !). Liwentaal est donc l’homme courageux qui va le premier tenter l’aventure, localement, même si les premiers essais sont rarement concluants. Et, s’il arrive à décoller, que va t-il faire ? Où va t-il se poser ? Est-ce que ce sera dangereux ? Il lui est donc nécessaire de pouvoir utiliser une longue surface dégagée pour installer son appareil et voir s’exécuter un vol rectiligne d’une certaine longueur. Ainsi, c’est la vaste propriété isolée de la Croisette, à Vernier, où habite le Dr William Bouvier, qui va permettre cet essai (aujourd’hui au no.158 route de Vernier). L’endroit est proche de la maison des Liwentaal qui résident au Signal de Vernier. Une tente est aménagée dans le pré et abrite l’avion terminé où l’on peaufine les réglages. Des toiles, autour du pré, cachent la scène à ceux qui n’auront pas leur ticket d’entrée. Le vol se fera en direction du Nord, dans la direction du Jura, au-dessus des marécages de Cointrin (dix ans avant que ce dernier lieu ne devienne l’officiel aérodrome de Genève). L’altitude du terrain, de 440 m, est largement supérieure au record d’altitude d’un avion en vol à l’été 1909 (150 m), ce qui pourra peut être handicaper le décollage ?

Le Jeune Genevois 1909, prétexte à la 1ère démonstration de vol

JPG - 10.9 ko
La foule genevoise se presse autour du 1er aéroplane suisse à Vernier.

En fait, la manifestation est d’abord annoncée publiquement pour le jeudi 9 septembre à 18H, jour férié consacré au Jeune Genevois, mais un bris de l’arbre de transmission de l’hélice interrompt le fonctionnement de l’appareil. Liwentaal rembourse les tickets d’entrée (1F) aux 700 visiteurs déjà présents et, très sûr de lui, reporte la manifestation au dimanche suivant, le 12 septembre. Prévenu par la presse, un plus grand nombre encore de Genevois est "monté" à Vernier le dimanche 12 car, sait-on jamais, il va peut être y avoir du spectacle inédit et une première ? Ce jour là, la réussite est bien au rendez-vous. L’appareil est mis en marche et Liwentaal s’installe à bord. Prenant de l’élan, après avoir parcouru toute la longueur de son tremplin, l’avion fait un décollage assez cabré et réussit manifestement un vol d’une longueur de 25 m, puis retombe malheureusement sur l’avant. L’hélice est abîmée à l’atterrissage, mais heureusement, le pilote s’en sort indemne. Félicitations M. Liwentaal, c’est bien une première !

Pouvait-on s’attendre à quelque que chose de plus important, un vol un peu plus long, un atterrissage en douceur ? Connaissant aujourd’hui les résultats des premiers essais de nombreux appareils, aux mains de personnes n’ayant jamais appris à piloter, on voudra bien convenir qu’il s’agit d’un résultat classique et honorable. Malgré tout, ce court vol doit être considéré tout à la fois comme : le 1er vol suisse, le 1er vol d’un aéroplane suisse et d’un pilote Suisse. Si les vols historiques de Clément Ader (50 m en 1890), des frères Wright (40 m en 1903) sont inscrits dans les tabelles de l’histoire, celui de Liwentaal, constaté par de nombreux témoins et la presse se doit donc d’y figurer également.

Plusieurs courts essais, certains publics et payants

Encouragé ce jour là par cet exploit, par le public et par la presse, même celle habituellement la plus critique, Liwentaal annonce un nouvel essai pour le 20 septembre. "Cet ami Liwentaal est fait pour voler, puisqu’il a deux ailes, une au commencement, et l’autre à la fin de son nom. Mais faudrait pas y mettre un "h" au milieu, c’est à dire écrire "Liwenthal", autrement il casserait tout. C’est qu’il est Piogrois, Piogrois [= Genevois] avant tout ! ...[ ] Et l’on avait de l’émotion, y’a pas à le cacher. On était palpitants, parce qu’enfin on savait pas où il pouvait aller, peut-être traverser le Jura, ou même s’accrocher à la Croix du Reculet ! (Journal "Le Guguss", du 18 sept.1909).

JPG - 8.4 ko
La Libellule quitte le tremplin et réalise un vol d’une distance de 25 mètres. (Automobile et Sport, sept.1909, p.11.)

Le 20 septembre, Liwentaal pratique un 3ème essai sans y convoquer le public. Il obtient un résultat similaire car l’appareil est sous motorisé (12-15 CV). Liwentaal se rend alors au premier Salon de la Locomotion aérienne de Paris (déjà 380 exposants) où il place son dernier espoir dans un autre moteur Anzani de 25 CV, qui engouffre ses dernières économies, l’oblige à recalculer le centre de gravité de son appareil et à ajuster sa Libellule. Car, on construit à peu près toujours une structure aérienne en fonction du moteur dont on dispose. Et selon l’expression consacrée "on pilote aux fesses", comme le cavalier sent son cheval. Malheureusement, il n’y aura plus d’autre manifestation publique de Liwentaal et de sa Libellule car il se blesse légèrement à cette époque lors d’un essai. Malgré tout, voilà comment le canton de Genève mérite la paternité du 1er meeting suisse d’aviation de son histoire.

L’impulsion qui va donner l’essor à l’aviation dans le canton ?

Liwentaal, le déclic : Etonnant, quelques jours plus tard se fonde à Genève, en l’espace de deux jours, dans deux lieux différents et dans deux classes sociales distinctes, deux clubs d’aviation ! Le vendredi 24 septembre, à la Brasserie des Artisans, les moins riches créent le Club Genevois d’Aviation (planeurs, planeurs motorisés). Le lendemain, le samedi 25 septembre, au siège de l’Automobile Club de Suisse, les moins pauvres créent le Club Suisse d’Aviation (aéroplanes). Ce dernier Club intègrera, dans le futur, l’Aéro club de Suisse, en créant sa section genevoise (voir : Récit.

JPG - 32 ko
Un bijou de 20cm réalisé par Gérard Jossi, de Genève, pour honorer les 100 ans du vol de Liwentaal. Seul maquette existante connue : réservoir en laiton, siège mobile, etc.. Plan 2D disponible sur demande.
Par : Jean-Claude Cailliez
Le :  mardi 7 juin 2005
  • L’événement a été traité dans le Bulletin de l’Aéro-club de Genève, La Feuille volante no.85, d’août 2003
  • Pour une biographie complète, voir : « Alexandre Liwentaal, un genevois pionnier européen de l’aéronautique », de J.C.Cailliez. Ed. Secavia, Genève, 2003, 224p., 80 photos, à la "Librairie ".
  • Liwentaal : le "meeting" de Vernier de 1909 (vidéo-diaporama, N&B, sonore, ≈2 min., 49Mo), nécessite le plugin QuickTime 7.1.3 minimum.

    Vous êtes ici : Accueil > Récits > Premier meeting d’aviation de Suisse dès le 12 septembre 1909, à Vernier [vidéo]