Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
Un planeur équipé d’un mât et de voiles : le rêve curieux d’un as de la voltige aérienne (1923-1930) [3 vidéos]

 

Le Genevois John Domenjoz, as de la voltige aérienne, veut apporter sa part au vol à voile naissant et dépose plusieurs brevets pour le concept d’un planeur équipé de voiles comme un bateau. Plutôt que de décoller face au vent, il veut pouvoir le faire avec un vent de travers ! Deux appareils sont construits et des essais ont lieu en France en 1923 et aux USA en 1929. Pourquoi cet acrobate aérien s’entête-t-il dans un concept aussi farfelu ? Ce rare planeur est aujourd’hui exposé dans un musée américain.


Le planeur à voiles de Domenjoz, phantasme des années 1920, avec son mât ses voiles et tout l’accastillage nécessaire à tirer des bords dans le ciel, en théorie.

Un projet révolutionnaire pour améliorer les capacités des planeurs naissants

JPG - 13.4 ko
Peut-être la source d’inspiration de Domenjoz ?

Après la guerre de 1914-18, l’Allemagne bridée réinvente le vol à voile et ce sport se répand en Europe. Les vols planés d’alors ne durent que quelques secondes et toutes les idées visant à allonger leur durée ou à faciliter les départs, notamment en plaine, sont à tester. En 1922, le Genevois des Pâquis John Domenjoz (1886-1952), habitant Paris, se met en tête de travailler cette nouvelle branche de l’aviation, mais sur une autre base. Plutôt que de décoller en pente face au vent il cherche à s’élever seul avec l’aide du vent !. Un planeur ne prend de la vitesse qu’en descente, il veut en gagner horizontalement ! C’est au meeting de Combegasse (F) que Domenjoz décide de tenter l’expérience, probablement inspiré par les chars à voiles qui foncent sur les plages de l’Atlantique belge ou français, parfois bousculés par une bourrasque et construit par Blériot. Domenjoz se dit que, munies d’ailes, ces machines terrestres s’envoleraient probablement sous un bon vent latéral ? Ancien instructeur de vol chez Blériot, il n’ignore pas que ce dernier à popularisé "l’Aéroplage" (1911), le char-à-voile à 4 roues si célèbre en Europe.

Domenjoz s’installe sur la plage du Crotoy (F) pas loin de la fabrique Caudron qui teste d’ailleurs ses avions sur la longue plage de sable où ils décollent aussi. Domenjoz construit un planeur monoplan léger, un peu semblable au Blériot-XI qu’il a beaucoup utilisé, mais bas sur roues, avec un patin à l’arrière. Il installe un petit mât et débute des essais avec des voiles de tailles variables, pendant toute la bonne saison. Les résultats, après chaque essai et d’incessantes transformations de l’appareil, lui confirment la valeur de son idée. Il réussit à rallier son vieil ami parisien et pilote Léonce Garnier à son projet. En décembre ils déposent un 1er brevet en France (F-208.157) dans lequel est décrit l’appareil et tout le dispositif permettant de piloter le planeur et de réaliser en même temps les mouvements de la voile : la hisser, l’abaisser, l’orienter etc.

Les essais se poursuivent en 1923 et un nouveau brevet est déposé simultanément en décembre en Allemagne (D-429.086) et en Angleterre (GB-208.157) Fly by sail, improvements in machines for aerial navigation. Le concept s’est amélioré : pour éviter que le planeur débute un tonneau lors de l’entrée de vent latéral dans la voile, un aileron amovible situé sur chaque aile doit éviter ce basculement, quand l’un est levé l’autre est abaissé. De plus ils peuvent être orientés comme des gouvernails ... Les auteurs revendiquent ainsi la possibilité de décoller, de stabiliser l’engin et de manœuvrer à la fois la voile latéralement, les ailerons verticaux, ceux horizontaux (aile), la dérive et le hissage de voile... avec 2 pieds et 2 mains.

Des essais prometteurs sur les plages du Crotoy (F) et de Old-Orchard (USA)

JPG - 11.7 ko
Dessin extrait du brevet américain de 1930 (une seule voile).

Les automnes suivants vont apporter leur lot de difficultés. En septembre 1924, le père de John décède à Genève et il devient l’héritier mâle principal, son frère aîné ayant disparu en 1912. En septembre 1925 une formidable tempête balaye la région du Crotoy et détruit non seulement les appareils Caudron, mais aussi celui de Domenjoz, écrasé sous les hangars démolis. Faute de moyens financiers, Domenjoz est alors contraint d’abandonner son projet et quelques années vont s’écouler sans aucun développement. De plus l’école Caudron va déménager à Ambérieu (Ain). Lindbergh traverse l’Atlantique en mai 1927 et toute l’aéronautique renait et s’oriente subitement vers les vols aux longs cours.

Domenjoz a laissé des amis aux USA où il fit de la voltige aérienne entre 1915 et 1920 (voir : Récit). Certains lui demandent de continuer ses travaux chez eux ou Domenjoz émigre finalement en 1928. Il y reprend avec courage ses travaux sur le vol à voile et la construction d’un 2ème appareil. Tout en conservant son système de volets verticaux sur les ailes, la voilure est maintenant composée d’une voile complétée d’un foc dont l’orientation est commandée par le mécanisme breveté. Domenjoz dépose en juillet un brevet américain (US-1.752.241) où l’on découvre la complexité des éléments reliés à son manche à balai : a rudder pivotally mounted on the tail of the fuselage ; vertical stabilisers respectively arranged on opposite sides of the fuselage, each one being mounted for pivotal movement ; a pivotaly mounted bar on the fuselage, and operative connections between the bar and the stabilisers and between the bar and rudder for the purpose of simultaneousely moving either one of the stabilisers and the rudder in response to the movement of the bar, et sans compter la gestion de la voile !

En 1929, président de Domenjoz Sail Planes Inc., il prévoit d’emporter le planeur en Floride pour des essais. Mais, lors d’une conversation avec le comte Cesare Sabelli, sponsor de l’essai infructueux de 1928, avec un Bellanca, de relier Rome depuis Old Orchard Beach (Maine), il décide de venir dans le Maine pour faire ses tests. La longue plage de sable de 3km est semblable à celle du Crotoy. Domenjoz y contacte Harry M. Jones (1891-1973), un autre pionnier de l’aviation, et reçoit la permission d’utiliser son hangar pour assembler le planeur.

Planeur BOO-W Envergure : 12,50m (41 feet) Longueur : 8,80m (29 feet) Poids : 250kg env. (500-600lbs)

Un problème de parachute met fin au projet

JPG - 11.8 ko
La version à 2 voiles dans la Tribune de Genève de septembre 1929.

Les premiers essais de Domenjoz avec ce nouveau planeur débutent en mai 1929 sur la plage d’Old-Orchard, le magnifique site sur lequel plusieurs avions partent pour des tentatives de raids transatlantiques. Les premiers essais sont surprenants : l’avion s’élève par ses propres moyens après un court trajet sur le sable par un vent de 28 km/h. Il décolle aisément et parcouru 300 mètres à 6 m de hauteur puis environ 500 mètres par un vent irrégulier, démontrant ainsi la possibilité de voler sans aucune aide que le vent. En juin il atteint une altitude de 60 à 100m tracté derrière une automobile. Ces résultats n’ont jusque là qu’une valeur théorique, mais le Genevois estime qu’ils pourraient être améliorés sur le plan de la sustentation par l’emploi d’un petit moteur, destiné à suppléer aux irrégularités du vent. Mais dans ce cas, il ne s’agit plus de vol à voile !

A la fin juin, Domenjoz retourne à New-York parce que la perspective d’une brise favorable est faible durant l’été et que cette plage est trop fréquentée en saison. Les essais reprendront en octobre, après la saison balnéaire. Domenjoz compte alors accomplir un raid de durée de ville à ville. Il est toutefois présent pour le vol du "Yellowbird" vers Comilles (Espagne) et lors de la tentative de William et Yancy avec le "Green Flash". Malheureusement, les inspecteurs d’aviation du C.A.A débarquent dans le projet et ne permettent plus à Domenjoz de voler tant qu’il ne portera pas un parachute. Domenjoz refuse, outre le supplément de poids, un parachute n’est utile qu’ouvert à une certaine altitude et inefficace pour les essais à venir !

JPG - 4.9 ko
Comme la baie de Somme du Crotoy (F), la plage du Maine de Old-Orchard (USA).

L’appareil ne sera plus jamais essayé. A nouveau Domenjoz l’abandonne dans une caisse stockée sur la propriété de Jane Lake à Old Orchard Beach. Ailleurs en Europe les planeurs classiques ont fait de grands progrès, ils volent maintenant plus de 30’ et décollent à l’aide d’un treuil. L’activité de Domenjoz prend alors d’autres orientations (voir : Biographie), il devient citoyen américain et membre des "Early Birds", les "Vieilles Tiges" locales. Il décèdera en 1952. Entre temps le planeur à voile dort dans sa caisse. En 1965, elle est transférée au Owls Head Transportation Museum (Maine) où il est restauré et toujours exposé aujourd’hui.

Les voiles n’apportent pas de puissance propulsive. Une force de vent peut accélérer un objet au sol jusqu’à la vitesse de ce vent mais pas au-delà. La gravité fait chuter l’objet lorsque sa vitesse et sa portance sont inférieures à la force du vent. De vieux tests et des analyses ont démontré que la puissance de voiles est une impossibilité aérodynamique. Par exemple, un ballon dans le vent se déplace à la vitesse de ce vent et pas plus. Ceux qui le complétèrent d’une voile au 18ème siècle ont constaté l’inutilité de cette voile. Nous ne saurons probablement jamais pourquoi Domenjoz s’est tant investi dans cette aventure, mais il a probablement eut de la chance de ne pas pouvoir persévérer dans cette recherche.

 
JPG - 31.8 ko
Ce dessin de Douglas Rolfe, paru dans le "Popular mechanics" d’août 1929, montre la dernière évolution du planeur de Domenjoz, avec ses à doubles voiles.
Par : Jean-Claude Cailliez
Le :  lundi 14 août 2006
  • OHTM : voir le site internet
  • Et pour plus d’information : il n’y a que Pionnair-GE.com
  • [03.2012] Domenjoz’s sail-glider (1923-1930) (diaporama musical, 01’57’’, 6Mo). Format Flash.
    [06.2016] Domenjoz pilotant son prototype de planeur à 1 voile sur la plage d’Old Orchard (USA, 1930) (vidéo sonore, 01’01’’, 17Mo). Format QuickTime 7.5 minimum.
    [05.2018] Domenjoz décolle son planeur à voiles à Old Orchard Beach tracté par une voiture, puis libre (1930) (vidéo sonore, 3’12’’, 68Mo). Nécessite le plugin QuickTime 7.5 minimum.

    Vous êtes ici : Accueil > Récits > Un planeur équipé d’un mât et de voiles : le rêve curieux d’un as de la voltige aérienne (1923-1930) [3 vidéos]