Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
Premier gigantesque meeting populaire du canton, à Plan-les-Ouates (PLO), en plein été 1911 [2 vidéos]

 

Du jeudi 3 au lundi 7 août, le terrain de Plan-les-Ouates déplacera à la campagne le plus grand nombre de spectateurs genevois connu. Trois aviateurs vont alimenter les journées officielles des jeudi, samedi et dimanche. Les pilotes Labouchère, Chaussé et Vidart font alors vibrer la foule pour ce 1er grand meeting d’aviation sur le sol du canton. René Vidart, de Divonne, en sort le grand vainqueur, notamment par ses nombreux raids au-dessus de la ville. Et l’on a failli emporter une passagère !


Le Français René Chaussé, n’a pu couper son moteur, l’avion a terminé hors du terrain et son train s’est cassé. En uniforme, un gendarme genevois haut-gradé (coll. Chr. Noir).
  • Article associé : Lieu Plan-les-Ouates |*| Biographie de René Vidart |*|
  • Récit associé :
  • Pendant 37 ans le plus gros meeting aérien genevois : la Semaine d’aviation de Viry d’août 1910 [2 vidéos] |*|
  • Agenda des manifestations du centenaire de septembre 2011 ici : PLO et Divonne
  • Une gigantesque organisation pour une foule alors considérable et 3 avions

    JPG - 10.4 ko
    Jacques Labouchère à bord du Zodiac : très rare carte dédicacée complétée de la vignette du meeting (coll. Chr.Noir).

    On veut faire la nique à Viry (74, F) et ses "grands" pilotes étrangers, mais sur le territoire suisse. Un impresario français tente de réunir des pilotes et 7 sont approchés, mais 4 cassent leur appareil avant le meeting : les Genevois Emile Taddéoli (sur Morane) et François Durafour (Dufaux), les Français Archimède Lusetti (1883-1913) et Pierre Daucourt (1881-1912) sur Blériot. Trois seuls seront présents : René Chaussé (F), Jacques Labouchère (NL), et le grand René Vidart (F) qui s’est fort illustré en meetings et compétitions depuis 1 an (voir : Biogr.).

    Le Néerlandais Jacques Labouchère, est un grand sportif qui pratiqua successivement et avec succès l’équitation, l’automobile, l’escrime et l’aviation. Officier de réserve, il est connu pour ses vols avec plusieurs passagers (12.1910) et ses derniers succès obtenus aux meetings de Rome et Turin à bord de son biplan biplace Zodiac à moteur Gnome 50cv, seul appareil de ce modèle. Il décrocha son brevet français de pilote no.344 le 23 décembre 1910, sur Zodiac, et possède le brevet hollandais no.6. Le Français Paul René Chaussé est lui chef pilote de l’école Sommer-Daillens, à Nevers. Il vole sur un biplan Sommer, biplace, type militaire et obtint il y a moins de 2 mois son brevet de pilote no.519. Il se prépare dès le jeudi 3 au matin avec son appareil à PLO. Quant à René Vidart, c’est déjà un "ancien", breveté en mars 1910 (no.133), un professionnel, un héros des concours aériens de 1911, de 21 ans à peine ! (voir : Biogr.)

    Le meeting est organisé sous les auspices de l’Association des Intérêts de Genève (AIGe), du Touring Club Suisse et du Club Suisse d’Aviation (CSA, l’Aéro-Club de Genève) sous la présidence de MM Louis Moriaud et F.Premet. Il durera 3 jours, les jeudi 3, samedi 5 et dimanche 6 août 1911, de 15H30 à 20H. Le constructeur et pilote Armand Dufaux (voir : Biogr.) a bien voulu accepter de diriger les opérations de la commission sportive. M. Degailler, chronométreur officiel de l’Union Cycliste Suisse opérera également. De très nombreux prix sont annoncés : Prix en espèces du Conseil d’Etat 1.000F ; Syndicat des hôteliers 1.000F ; AIGe 500F ; CSA 300F ; Prix en nature de Perrot, 300F = 1 hélice d’avion. Les pilotes concourront pour les "prix de la hauteur" (altitude), prix du 1er départ, prix du plus long vol sans escale, prix des passagers éventuels, prix de la totalisation des temps. L’Association des intérêts de PLO offre encore une somme de 100F (1.000F actuels) à attribuer selon le bon vouloir des organisateurs.

    Pour les spectateurs, les autorités prévoient un itinéraire obligatoire pour rejoindre PLO, à pied ou motorisé : Rond-point de Plainpalais, Bd du Pond-d’Arve, pont et route des Acacias, Gd-Lancy, route de PLO, etc. Les véhicules ne dépasseront pas 20 km/h dans les rues Caroline, J.Dalphin, au Rondeau, etc. Des bus supplémentaires de la CGTE rejoindront PLO. Quant aux droits d’entrée au meeting, ils sont de : 1F la pelouse (rte de St Julien), 2F côté départ, les place réservées et près des hangars 5F (50F actuels). Dès le 2 août, il en coûte 50ct en plus pour visiter les 3 avions. Des cartes au prix de 10F permettent d’entrer aux 3 réunions, de visiter les hangars en dehors des heures de vol et d’assister au montage et essai des appareils.

    René Vidart, héros involontaire d’un acte de "l’inventeur" genevois de la DCA ?

    JPG - 16 ko
    René Chaussé sur son biplan Sommer, type militaire (coll. Chr.Noir).

    L’ex vieux camp militaire s’anime, comme à l’époque des revues militaires (voir : Lieu d’action). Tout en-haut, à la lisière du chemin de Saconnex-d’Arve, où se trouvait la cantine militaire et plus tard les tribunes des courses de chevaux, on place des chabouris, on apporte des chaises, etc. On construit des cantines sur les pelouses, sur les bords des routes, à côté des cafés. PLO, Carouge, Plainpalais (alors commune) sont pavoisées. Tout sera prêt pour jeudi !

    René Vidart est le fils du maire de Divonne. Il fit ses études au collège Calvin et est un grand ami du pilote Genevois Durafour qui fut son mécanicien l’année précédente. Le dimanche 30 juillet, parti de Divonne, il vient faire un vol de reconnaissance avec son monoplace sur Genève et PLO, d’où il repart vers 18h30 après 2 tours de l’aérodrome dont l’un à 2m du sol. Enchanté de son vol et du terrain, il décolle en 30m seulement face à un vent de 8-9m/s. Ses mécaniciens, venus en voiture, sont André Dehaies et Germain Gardes. Le héros du Circuit Européen de juin ne saura que plus tard qu’il échappera à l’événement suivant durant le week-end :

    Le samedi 5 à 18h50’, un coup de fusil est tiré, du 12 de la rue de Carouge, contre le monoplan de Vidart, alors que l’aviateur revient d’un superbe vol sur la ville. Le tireur se rend lui-même au poste de police de Plainpalais. C’est un jeune homme, nommé Frédéric Emile Gruber, 24 ans, bâlois, mécanicien-ajusteur chez Motosacoche. Il raconte que : "nettoyant son fusil à la fenêtre, il ignorait qu’il était chargé et a visé pour s’amuser, le coup est parti sans qu’il le voulût". Après l’interrogatoire par le commissaire de police Sessler et le maire de Plainpalais Willemin, Gruber maintient ses dires. On a l’impression qu’il a bu outre mesure. Il est écroué à Saint-Antoine quand on apprend qu’il est un ex mécanicien d’aviation. Vidart n’a rien remarqué !

    Les trois + deux journées du meeting de Plan-les-Ouates

    JPG - 16.1 ko
    René Vidart, 21 ans, aux commandes du Deperdussin avec lequel il finit 3ème au Circuit européen.

    Le tableau qui suit donne les résultats du meeting jour par jour. Mais voyons plutôt quelle est l’ambiance et comment se déroulent ces journées. 1ère journée, le jeudi 3 août : sous un soleil de plomb, tout Genève s’est rendu dès 14h à PLO pour l’ouverture du spectacle canalisée par 50 gendarmes à cheval. A 15h30, le canon donne le signal de l’ouverture du 1er grand meeting d’aviation en terre genevoise. Labouchère décolle en tête comme les jours suivant et soulève aussitôt des acclamations, des cris de joie et de surprise. Il monte à 20m de hauteur, fait 4 fois le tour de piste et termine par un superbe virage. Il vient atterrir doucement à son point de départ sous les yeux reconnaissants des membres du comité, heureux de ce brillant début. Puis voici l’intrépide Vidart qui débute l’un de ses 3 vols. C’est du délire. Il s’élève dans le ciel et fait 5 tours à 120m. A un moment donné, un aigle vole au-dessus de lui. Les gens superstitieux font toutes sortes de suppositions, ceux qui ne le sont pas trouvent l’effet très beau. Enfin Vidart fait une superbe plongée de 50m et vient se poser doucement près de son hangar. On l’entoure et le félicite. Il ira plus tard tourner au-dessus de Genève et de la Rade sans préméditation. A son 3e départ, Il décolle en 50m et monte aussitôt comme une flèche à 100m de haut.

    A 15H, on compte 10.000 spectateurs, à 16H30’ la foule grossit toujours. Comme la chaleur est étouffante, les cantines et les cafés sont pleins. Au second vol de Labouchère, le public connait quelques secondes d’émotion lorsque le pilote, sortant de l’aérodrome, vire très bas et revient en frôlant 2 arbres au-dessus de la foule sur le champ d’aviation. C’est un sauve qui peut général tandis que Labouchère, sûr de lui, sourit et va reprendre terre au milieu de la piste. Il fera un 3ème vol, magnifique dans le soleil couchant. De partout des chapeaux, les mouchoirs, les ombrelles s’agitent follement. De là-haut, l’aviateur salue gentiment de la main. Puis la foule s’écoule émerveillée du spectacle. Quelque 9 vols ont été pratiqués incluant ceux de Chaussé. Les pilotes signent plusieurs centaines de cartes postales. La journée est un grand succès et d’une heureuse augure pour les suivantes (recette 3.000F).

    Le vendredi 4 au matin Vidart s’envole devant 200 à 300 personnes de PLO vers Divonne, via Genève, où il sera fêté par les autorités françaises et recevra un trophée. Un terrain de 120x35m a flanc de coteau et incliné au pied du Jura lui sert d’aérodrome. Vidart sera de retour vers 19h à PLO après avoir survolé Gex, Ferney, Grand-Saconnex, etc.. 2ème journée, le samedi 5 août. Les trams sont bondés. La chaleur est encore plus incommodante que jeudi dernier. On cherche de l’ombre, on n’en trouve pas. Les places réservées sont sous les arbres et les autres en plein soleil ! Le comité d’organisation et la commune pratiquent des arrosages intensifs du sol pour compenser. La foule est considérable ; rien qu’aux places populaires il y a bien 2.500 à 3.000 personnes.

    Ouverture du meeting à 16h. Labouchère décolle, fait 4 tours de piste sous les acclamations des spectateurs emballés et redescend doucement. Il annonce avoir été pris dans une "vague de chaleur" assez terrible. Vidart est encore extraordinaire : il part et exécute un vol de 02’, de 150 à 200 m de haut avec plusieurs piqués. On l’acclame. Il volera encore sur la ville survolant la cathédrale, atteignant l’Ariana et grimpera aussi à 1.100m d’altitude. On le verra aussi sur Viry et près du Salève. A 16h30’ Chaussé part à son tour ; il décolle facilement avec son petit Sommer et fait plusieurs tours de piste magnifiques. Très applaudi, on annonce qu’il partira dans la soirée avec le 1er passager genevois ! Mais il casse un longeron à son 2ème atterrissage et doit aussi améliorer le rendement de son moteur. Ce sera donc pour demain. Une dizaine de vols sont effectués ce samedi qui est un grand succès populaire (recette 4.000F).

    Pour le dimanche 6 août on annonce un départ supplémentaire de tramways depuis le quai de la Poste à 14h35’, 15h35’, 16h35’. Tout le matériel disponible sera mis en service pour assurer le transport des voyageurs sur la ligne de St.-Julien. Ce dimanche, un orage s’abat enfin sur la ville pendant plus d’une heure. C’est le moment de la réception officielle à la mairie de PLO. Mais vers 14h30’, le ciel s’éclaircit et le soleil brille à nouveau. Quelques instants pus tard les trams partent archibondés vers PLO, rattrapés par de nombreuses voitures (à cheval) et des autos. A 15h30 c’est la grande cohue. On se bouscule à tous les contrôles. Le succès est définitif. Le service d’ordre est grimpé à 80 gendarmes. Labouchère s’envole cerclant le terrain empochant 2 Prix. Puis Chaussé décolle mais atterrit mal : le bouton d’allumage ne fonctionne plus, le moteur ne s’arrête pas et l’appareil continue à rouler, traverse le chemin qui mène aux hangars, traverse une petite excavation, fait un bond et capote. Une roue, l’hélice et un longeron de l’aile droite se brisent. Chaussé réussit à sauter du biplan sans se faire de mal, mais l’appareil est hors d’usage. C’est la guigne et l’envol de la passagère ne se fera pas. Vidart part survoler à nouveau la ville et la cathédrale, observé par de nombreux citadins le nez en l’air. A son retour la musique joue La Marseillaise. Il est félicité par son ancien prof de maths devenu maire de Lancy, M.Bertrand. Labouchère entame un vol de 40’. Et au retour de son 2e vol sur la ville Vidart est avec Labouchère au-dessus du terrain qui connait pour la 1ère fois 2 appareils en l’air ! A l’arrivée, Vidart reçoit une écharpe rouge et jaune avec l’inscription "PLO-Aviation, à René Vidart", c’est le grand triomphateur de la manifestation (recette 5-6.000F).

    Diverses vues non aériennes de la manifestation

    JPG - 6.9 ko
    Sur fond de Salève, le biplan de Labouchère survol le terrain de PLO.

    Mlle Nargèle de Poliso avait prévu d’être la passagère de Chaussé. La courageuse pionnière est réellement navrée du fâcheux incident arrivé au pilote. Elle avait pourtant signé un contrat pour cela avec l’avocat Maître Blanc, dont voici quelques extraits : Entre les soussignés M. René Chaussé aviateur, en résidence à PLO .... d’une part et Madame ..., il a été convenu ce qui suit : M. Chaussé prend en qualité de passager Mme etc.. M. René Chaussé décline toute responsabilité en cas d’accident survenu à sa passagère .... De son côté, Mme .... renonce pour lui et ses ayants droit à toute indemnité, pour le cas ou un accident, quelle qu’en soit la cause, surviendrait à son passager. Il faudra donc attendre l’été 1912 pour connaître la 1ère passagère genevoise (voir : Récit).

    Le lundi 7 août, 4ème jour, Vidart fait 2 vols en fin d’après-midi sur PLO dont un encore au-dessus de Genève. Il vole en faveur de François Durafour, son ancien mécanicien devenu pilote émérite, qui a besoin d’argent pour réparer son Dufaux. Mais il n’y a que 200-300 personne ce jour là, la publicité n’ayant pas été faite et la Bise gène le Duperdussin. La recette modique est de 500F.

    La Presse : "Jamais de mémoire de genevois on a assisté à Genève à un tel déplacement de population. C’est au point que des quartiers populaires de la ville aussi bien que les quartiers riches sont à peu près déserts pendant toute l’après-midi de dimanche. Sur un parcours de 6 km, du Rond-point de Plainpalais à PLO circulent piétons et véhicules de tous genre. Les vendeurs de billets d’entrée circulent tout le long de la route, pour dégager les abords du contrôle, idée excellente. Le public se laisse faire et achète billets, cartes postales, programmes et des éventails, qui sont baptisés "ventilateur". "Qui n’a pas son petit ventilateur ?" A parti du Bachet-de-Pesay, la ligne des spectateurs est à peu près ininterrompue. La colonne partie du PLO reçoit à gauche celle issue de la Chapelle, à droite celle du Grand-Lancy et du Petit-Lancy. A PLO transformé en une petite ville on a constaté avec plaisir, car cela ne s’est pas fait ailleurs, que les consommations n’ont pas été augmentées d’un centime. Félicitations aux habitants et réjouissons-nous avec eux de la bonne aubaine. La soirée a été calme. Les voyageurs qui ont voulu prendre des tramways, ont tous été servis. On a même constaté la mise en service d’un train de 8 voitures. Cela ne s’était encore pas vu à Genève."

    Le bilan financier de la manifestation est heureusement équilibré, recettes et dépenses balancent à peu près autour de 20.000F. Comme à Viry (1910), un léger déficit est à prévoir, car trop de gens sont restés en dehors de l’aérodrome. Les aviateurs touchent leurs indemnités à la banque Premet-Leubé. Le mieux loti est Vidart avec 8.600F (86.000 actuels), Labouchère et Chaussé touchent entre 4.000F et 3.500F. Quant aux autorités, elles estiment que ces magnifiques journées ont définitivement consacré le terrain de PLO puisqu’il n’y a pas d’autre aérodrome sur le canton ! Mais l’avenir est imprévisible tant l’aéronautique fait de grand pas. L’année suivante Genève connaîtra son 1er meeting d’hydravions dans la Rade (voir : Récit) et PLO ne recevra plus jamais de meeting aérien de cette envergure !

    Pilote Jeudi 3 août Samedi 5 août Dimanche 6 août Lundi 7 août
    René/Paul Chaussé (F) (1889 ?-1916). Sommer. 2 vols : 3’20’’, 5’40’’, total 09’. 2 vols, ennui moteur et légère casse. 1 court vol et casse. 3.000F de recette. -----
    Jacques Labouchère (NL) (1884-1966). Zodiac-Gnôme. 4 vols : 2’52’’, 8’36’’, 7’26’’, 4’53’’, total 24’23’’. 1er au Prix du 1er départ. Ex aequo au Grand prix de Genève. Prix Perrot & Cie (plus court décollage). 4 vols pour 32’27’’. Total des vols 56’40’’. 1er au Grand Prix d’honneur. 1er au Prix du 1er départ. Prix atterrissage de précision (à 10cm du but). 4 vols pour 53’51’’. Total 1h50’31’’4/5. Grand Prix d’honneur attribué (12 vols). 1er au Prix du 1re départ. Prix AiGe (+long vol, 36’42’’). 4.000F de recette. -----
    René Vidart (F), (1890-1928), Deperdussin-Gnome 50cv, no.15. 3 vols : 7’44’, 13,58’’, 11’02’’ Total 32’34’’. 1er au Prix du Conseil d’Etat (altitude). Ex aequo au Grand Prix de Genève. Survole la ville de Genève. Le vendredi 4 il va à Divonne en avion pour être fêté. 4 vols pour 1h22’49’’ dont un de 30’31’’. Total 1h55’32’’. 1er au Prix AIGe. Prix du Conseil d’Etat (altitude 1.100m). 3 vols pour 50’03’’. Total 10 vols pour 2h45’35’’. Prix du Syndicat des hôteliers (vol sur la Rade). Altitude maxi 650m. Survole la ville de Genève. 8.600F de recette. Journée supplémentaire en faveur de F. Durafour. 2 vols, dont l’un sur la Rade. 500F de recette.
    JPG - 72 ko
    A droite des 4 rosières portant écharpe aux couleurs de Genève, René Vidart, René Chaussé et Jacques Labouchère. Photo signée par Mr Premet.
    Par : Jean-Claude Cailliez
    Le :  jeudi 12 octobre 2006
  • Pour plus d’information, contacter : La mémoire de PLO, c/o Joseph Deschenaux, 11, rue du Mont-Blanc, 1201 Genève, tél/fax 022-731.36.29, portable 076-331.36.29.
  • [10.2006] Meeting de Plan-les-Ouates et Divonne d’août 1911 (vidéo-diaporama musical, 02’, 43Mo). Nécessite le plugin QuickTime 7.1.3 minimum
    [08.2011] Meeting de Plan-les-Ouates et Divonne en grand format (2011, musical, 04’33’’, 13Mo). Format Flash.
    Vous êtes ici : Accueil > Récits > Premier gigantesque meeting populaire du canton, à Plan-les-Ouates (PLO), en plein été 1911 [2 vidéos]