Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
La passion de l’écolage : M.Weber instructeur et âme des pilotes de l’Aéro-Club durant 14 ans (1926) [4 vidéos]

 

Instructeur dans l’âme, le Genevois Marcel Weber, de 1918 à 1939, va former une centaine d’élèves pilotes. A Lausanne, à Genève, à titre privé, mais surtout pour l’Aéro-Club genevois, son action est le moteur du système. C’est là aussi la saga des célèbres biplans de Havilland "Moth", la constitution d’une équipe genevoise d’une trentaine d’aviateurs issus d’un milieu aisé, un groupe qui va maintenir actif le cœur de l’aéro-club dans les années 1920-30 et fournir des personnalités aériennes d’envergure.


Le DH-60G immatriculé G-ABEV est l’ancien appareil de l’Aéro-Club de Genève CH-217, puis HB-OKI, de 1929. Il vole toujours aujourd’hui sous d’autres couleurs en Grande Bretagne

De l’auto apprentissage aléatoire à l’école de pilotage avec un moniteur

JPG - 7.9 ko
Pas de blessé dans le Hanriot HD-14 de l’Aéro-Club qui a culbuté au roulage sur un terrain inégal : 05.08.1927, 19h30, élève Mozer (Coll. J.L.Altherr).

Les débuts de l’aviation nécessitaient très souvent qu’un pilote apprenne seul à voler à bord d’un appareil, conseillé éventuellement avant de lancer son moteur par une personne restée au sol (1906-1910). Il faut attendre quelques années pour voir des appareils biplaces embarquant élève et pilote (1911). Mais beaucoup de constructeurs et pionniers ont appris de leur propre chef, de façon empirique. Plus tard viendront de petits manuels puis les "simulateurs" rudimentaires manœuvrés à bras d’homme. Les premiers pilotes ayant réussi à vaincre cette adversité de l’apprentissage n’en sont donc que plus valeureux. Nombre d’entre eux quittera d’ailleurs au 1er accident ou à la 1ère grande frayeur.

A Genève, la 1ère école de pilotage est également la 1ère de Suisse. Elle naît en automne 1910 à Viry (voir : Lieu) réservée aux clients des frères Dufaux (voir : Biogr.), grâce au moniteur genevois Emile Taddéoli (voir : Biogr.) et pour quelques mois seulement. En 1911, l’Ecole Failloubaz à Avenches forme jusqu’en 1915 divers Romands avec un temps son chef pilote, le Genevois François Durafour (voir : Biogr). Genève ne possède pas encore alors de véritable aérodrome. Puis naît l’Ecole Aéro de Lausanne en avril 1914, crée par Edouard Péthoud. Un incendie et la perte de 7 des 9 appareils lui brisera les ailes en janvier 1923. En attendant, elle va former les aviateurs jusqu’en 1922 et utiliser plusieurs moniteurs dont le Genevois Marcel Weber (voir : Récit). En plus des 5 ou 6 élèves qu’il y a formé (06.1918-06.1919), Weber y connait 2 mémorables expériences d’écolage :

"Mon appareil est un frêle monoplan propulsé par un 50 CV. J’ai beau tirer à bloc sur le manche à balai quand il ne veut pas monter, il n’y a rien à faire. Il est têtu comme un âne ! Ainsi, une fois, il prend à ce vilain coucou la lubie de plus rien vouloir entendre alors que j’arrive au-dessus d’un verger. Impossible de monter d’un mètre. Il ne me reste qu’une solution : poser l’appareil sur un arbre. Un cerisier me tend les bras et m’accueille le plus aimablement du monde, plutôt rudement mais enfin sans me faire la moindre égratignure. Je me dégage des débris de l’appareil et, comme un maraudeur, me laisse glisser le long du tronc. Jugez de ma surprise en découvrant au pied de l’arbre une femme étendue ne donnant pas signe de vie. ... ? C’était une bonne dame qui tricotait à l’ombre du cerisier où je venais d’accrocher mon "zinc". Elle s’était tout bonnement évanouie de frayeur. Avouez qu’il y avait de quoi !". Il y a aussi l’histoire d’un gentleman qui veut voler avec Weber et qui s’avère, en vol, être pris de peur et faire une crise panique en se crispant sur les commandes à 150m du sol. Weber doit l’assommer d’un magistral coup de poing sur le crâne pour qu’il puisse à la dernière seconde atterrir avec un peu de casse mais laissant les 2 hommes indemnes !

Pilotant par la suite pour la Cie genevoises Avion Tourisme SA puis Ad Astra Aéro, qui fusionnèrent, Weber souhaite ouvrir une école de pilotage d’hydravion en été 1921, dès qu’un hangar sera implanté sur le quai des Eaux Vives. Mais Weber sera vite embauché ailleurs.

Marcel Weber assure les cours de pilotage privé ou de l’Aéro-Club à Cointrin dès 1926

JPG - 10.6 ko
Mécanos de Cointrin et le Gipsy Moth de l’Aéro-Club en 1930-35 (Ph. : Coll. J.L.Altherr).

Ayant décroché la responsabilité de l’aérodrome de Genève-Cointrin en 1922, Marcel Weber ne tarde pas à renouer avec la formation de personnes au cas par cas et à titre privé en utilisant un avion Wild loué à Alfred Comte (1922-23) tel l’industriel, cousin des frères Dufaux, Frédéric A. Dufaux, qui décrochera le brevet no.37. Weber est déjà, dès 1924, président de l’Aéro-Club de Genève et donne par ailleurs des baptêmes de l’air. Puis Weber utilise pour l’écolage de l’Aéro-Club l’unique appareil disponible à Cointrin, un biplan à moteur rotatif de 80cv, le Hanriot HD-14 appartenant à Geneux et Ferrière (CH-182). Les vols se limitent à des évolutions de 5’ au-dessus du terrain, permettant à l’élève d’effectuer un maximum d’atterrissages et de décollages pendant sa leçon. Dès mars 1926, il forme des pilotes tels Marcel Geneux-Fox qui obtient le brevet no.60 (1927), puis Werner Stocklin, brevet no.108 (1929). Weber formera ainsi quelque 100 pilotes durant toute sa carrière d’aviateur. La demande devenant croissante, l’Aéro-Club acquiert fin octobre 1928, avec une aide financière externe (firme Shell), un de Havilland DH-60G Gipsy Moth pour l’écolage (CH-208) et reprend entièrement à son nom l’écolage genevois ce qui devient effectif dès le printemps 1929, même si Marcel Weber continue à en assumer la formation. Heureusement, l’activité de Cointrin ne nécessite pas encore un directeur à 100% dédié aux lignes commerciales. Un second DH-60 Gipsy Moth arrive encore en mars (CH-235).

Au début 1929, sur les 54 pilotes suisses brevetés, seuls 8 résident à Genève, et 5 on reçu une formation de vol militaire (M.Weber, Edgar Primault, Ulrich Keller, Marc Bornet et Walter Borner). Les 3 pilotes civils restants sont F.A. Dufaux, M.Geneux-Fox et un anglais également formé par Weber : Trafford Randolph (voir : Biogr.). Mais à la fin de 1934, on aura bientôt formé 83 élèves à Genève dont une quarantaine sera brevetée, incluant une femme chinoise qui deviendra célèbre : Lee Ya Ching (voir : Récit). Parmi tous ces brevetés (voir tableau ci-après), Weber revendique notamment la formation de Robert Mussard, Ernest Sudan, Charles Bratschi, Adrien Engelhard (3 futurs grands administrateurs de Cointrin) etc. Les autres nouveaux pilotes seront : Marcel Devaud qui présidera l’Aéro-Club genevois 1937-49 et finira président central de l’Aéro-Club de Suisse, mais également Jacques Boissier, Charles Boissonas, François Brasier, Emile Burgener, Marc Débrit, Georges Dedye, Johannès Derobert, Fernand Fluckiger, Josef de la Geneste, Arthur Harmann, Henri Honegger, Charles V. Lecoultre, le comte Felix von Luckner, Henri Magnenat, Nino Marinoni, Paul-Henri Mercier, Robert Meyer, Edouard Noverraz, Roger G. Perrot, Jean-René Pierroz, le Dr Antoine Ramel, Louis-Gino Serra, Jean Spinedi, Jean de Toledo, Edmond Wanner, Max Zénobel, etc. L’année 1929 voit aussi l’ouverture d’un modeste restaurant-crémerie installé dans un chalet en bois à côté des locaux de l’Aéro-Club à Cointrin où les pilotes peuvent attendre leur avion ou arroser leur brevet.

A la fin de 1929 les 2 "Moth" ont enregistré 3.500 vols en 350h dont 308h d’écolage. Un troisième DH-60G-II (CH-217, futur HB-OKI) complète la flotte en décembre. Quelque 107 pilotes sont maintenant recensés en Suisse dont 14 à Genève avec également l’apport de 2 aviateurs brevetés ailleurs (Paul René Bardet et H.Duetschler). Au 1er juillet 1930, 60 appareils sont immatriculés en Suisse dont 10 basés à Genève, incluant ceux de l’’Aéro-Club. Cette année, Edgar Primault forme également quelques pilotes avec Weber alors que le Genevois Ch. Bratschi (voir : Biogr.) le fera dans les années 1932-33, instruisant une dizaine de pilotes. Formé chez les militaires, ce dernier est embauché à l’aéroport de Cointrin par Weber en 1932 où il sera directeur de 1934 à 1972. L’année 1930 est une grande année, 30 élèves participent aux cours théoriques de Weber et Primault, dont 3 femmes, et 8 brevets sont décernés après 429h de vol de formation. Malgré tout, le déficit de l’école est de 1.442,30F (10.000F actuels). En septembre vient l’acquisition du 4ème DH-60G Moth (CH-216, futur HB-OFI) qui remplace l’avion CH-208 financé par "Shell" et consors. L’école possède 3 avions quasis neufs dont les 2 derniers valent 35.000F (250.000F actuels). Quant à l’Aéro-Club et ses 385 membres, il regroupe dès lors 45 brevetés à la fin 1930 et il est en tête des aéro-clubs suisses pour ses heures de vol.

Passer le cap de la crise des années 30, ici aussi !

JPG - 8.4 ko
Le CH-208 au repos près de la crèmerie de l’aérodrome (1929).

L’école de pilotage se poursuit en 1931. En juillet arrive un nouveau DH-60G Gipsy Moth de 85cv (CH-277, futur HB-OKE). En juin Weber instruit 12 élèves dont 6 sont brevetés entre temps. Il est très occupé ! Quant à l’Aéro-Club, il compte 503 membres, 118 de plus qu’en 1930 dont 60 pilotes. Les avions ont accumulé 577h48’ dont 90h35’ en double commande et 487h13’ en simple commande. Weber a bien tenté de former la Genevoise Bourquin-Crisinel mais sans succès : "Elle n’arrivera à rien !" Elle réussira plus tard chez A. Kammacher à Lausanne (03.11.1931). En mars 1932, quelque 106 pilotes suisses sont recensés dont 19 pour Genève avec l’apport de brevetés externes : Armin Mühlmatter, Max Romy (pilote militaire), Hans Schaer (pilote de ligne) et Thomas Francis (Morges). L’école compte 15 élèves et génère 7 brevets. Hélas, le CH-235 s’est crashé dans le Pays de Gex et n’est pas récupérable ! Un DH-60G-I de 85cv rejoint le club en mai (CH-341, futur HB-OTI) mais sous motorisé, on voudra le remplacer 9 mois plus tard. En 1931-32, l’Aéro-Club occupe la 2ème place suisse concernant les heures de vol.

En mars 1933, 27 des 161 pilotes suisses résident à Genève, incluant W.P.Michel. En avril, le réservoir d’élèves semble épuisé avec 5 inscrits seulement. Mais 32 élèves ont été brevetés depuis 1926 ! M. Batsholts propriétaire de l’aérodrome de la Tourangelle près de Gland (voir : Lieu) détient le record des vols du club. Mme Lee Ya-Ching débute sa formation en octobre (voir : Récit) et sera la 1ère femme brevetée à Cointrin. Si, le 23 mars 1911, le Club Suisse d’Aviation avait déjà complété son intitulé par Section de l’Aéro-Club de Suisse, en cette année son assemblée générale lui attribue l’intitulé définitif de Section de Genève de l’Aéro-Club de Suissey. Il occupe la 3ème place suisse au total des heures de vol. Cette heure de vol en double commande coûte 80F (560F actuels), 60F en vol seul, et 45F après l’obtention du brevet B. Ce sport reste donc réservé à des gens aisés, surtout en période de crise économique !

L’été 1933 ne voit que 2 élèves et en février 1934 ils ne sont que 4 ! Weber demande un congé d’un an pour reprendre l’activité d’importateur des avions de Havilland suite au décès de Stocklin. En fin d’année il quittera Cointrin pour ce challenge, la marque se vend bien, mais il continuera à former des élèves pour l’Aéro-Club jusqu’en 1939, bel exemple de passion et de dévouement. En mai, 31 des 224 pilotes suisses logent à Genève incluant Mme Suzanne Bourquin-Crisinel, Albert Dupasquier, Pietro Pinna, François Brasier et le Dr Carlo Corte. Un DH-60G-III Moth Major de 120 cv a rejoint le club (CH-369, futur HB-UXO) et l’école reprend de l’activité, et elle n’a jamais eu autant d’élèves ! En octobre tous les appareils modifient leur immatriculation en "HB-aaa", volonté suisse-alémanique ("Helvetik Bünd"), c’est la fin de l’emploi des "CH-nnn".

Aéro-Club = aviateurs très aisés = club masculin fermé

JPG - 7.1 ko
Le Moth Major (HB-UXO) de l’Aéro-Club (1935).

Le rôle principal d’un aéro-club est maintenant la formation primaire des pilotes et il doit trouver pour cela des moyens, des appareils et des moniteurs. Cette période de l’entre deux guerres voit donc l’aviation légère progresser à Genève grâce à la passion de gens aisés. Il ne pouvait pas en être autrement ! Dans les années 30, on n’y croise plus que 2 aérostiers, pas de parachutistes, pas encore de modèles réduits, bientôt des vélivoles et surtout des pilotes d’avions légers. Quelques rares amateurs tenteront bien de construire des appareils individuels, dont les Pou-du-ciel (voir : Récit) ou d’autre plus conventionnels comme le biplan du Genevois Jean Augsburger (voir : Récit). Mais il faudra attendre 1946, lorsque des centaines de Piper Cub presque neufs seront bradées par l’armée américaine, pour voir le nombre d’avions brutalement doubler en Suisse et une autre tranche de sa population accéder à l’aéronautique. Et tout cela bien que les "barons" alors en place dans les aéro-clubs, tous issus de l’entre deux guerres, soient peu prompts à partager le ciel avec d’autres helvètes.

Tableau des brevets de pilotes à Cointrin entre 1926 et 1935

Elèves de Weber, Primault & Bratschi ----Brevet A---- ----Brevet B---- Avions & divers
#01 Dufaux Frédéric (1881-1962) 1926-7 ?, no.37 no.37, 192 ? CH-67. Fiat CH-247(HB-URA). Puss Moth CH-274.
#02 Geneux-Fox Marcel (1891-1934) 1927, no.60 no.60, 1929 Hanriot CH-128, Klemm, Fox-Moth CH-344.
#03 Trafford Randolph (1907-1943) GB1928, no.72 Morane-Saulnier MS-137, CH-184.
#04 Stocklin Werner (1902-1933) 1929, no.108 no.108, 1930 Klemm L-25. CH-255. Moth’s CH-277/ 279/ 341.
Monospar HB-356 et décès à Lyon-Bron.
#05 Serra Louis-Gino1929, no.117 no.117, 1930 Sopwith CH-67.
#06 Perrot Roger G. (1901-1992) 1929, no.123 no.123, 1930 Comte AC-4 CH-244(HB-OTO). De Versoix.
#07 Derobert Johannès (1880 ?-1949) 1929, no.124 no.124, 1930 Avion conjointement avec Perrot.
#08 Dedye Georges (1895-1934) 1929, no.125 no.125, 1930 Avion Monocoupe 70cv CH-232.
#09 Boissonnas Charles (1900-1987) 1929, no.136 no.136, 1930 Brevet de voltige en 1937.
#10 Pierroz Jean-René (1905-1978) 1929, no.137 no.137, 1932 Breda-15 100cv, CH-257(HB-OBO).
#11 Bratschi Charles (1907-2004) 1930 ?, no.156 no.156, 193. ? Brevet militaire 1929.
#12 Fluckiger Fernand (1890-1932) 1930 ?, no.147 no.147, 1931 CH-253 ; Puss-Moth CH-260/270. De St.-Imier.
#13 Lecoultre Charles-V (19 ?-1931) 1930 ?, no.173 Noyé dans le lac 28.08.31.
#14 Débrit Marc (1905-1934) 193 ?, no.174 no.174, 1931
----- Grosjean Marcel Elève pilote cité en 04.31.
----- Célérier Elève pilote cité en 04.31.
#15 Ramel Louis Dr (1881-1962) 193 ?, no.175 no.175, 1931Klemm L.25 CH-255, Caudron CH-355(HB-ORO).
#16 Devaud Marcel (1887-1971) 193 ?, no.178 no.178, 1931Moth’s CH-359(HB-OKA), HB-OXO.
#17 Zenobel Max (1899-1984) 1931, no.191 no.191, 1932 Modeste garagiste.
#18 Spinedi Jean (1886-1955) 1931, no.194 no.194, 1931
----- Guggenheim Bernhard (né 1889) Volant à Genève, cité 09.31.
----- Gillard Gustave brevetéElève pilote cité en 04.31.
#19 Burgener Emile, Dr. (1895-1966) 1931, no.199 no.199, 1932
#20 De Tolédo Jean (1911-04.2012) 1931, no.235 no.235, 1934
#21 Comte de Luckner Félix (1884-1957) 1931, no.239 no.239, 1934 (Nikolaus Felix von Luckner)
#22 Sudan Ernest J. (1912-1989) 1931, no.241 no.241, 1934
#23 Brasier François 1932, no.256 no.256, 1932
#--- Bourquin-Crisinel Suzanne, Mme (née 1885) 1931,no.250 no.250, 1934 Formée au brevet A à Lausanne
#24 Mercier Henri Paul (1906-1933) 1932, no.260 no.260, 3.1933 De Carouge. Elève de Weber.
#25 Mussard Robert (1887-1978) 1932, no.264 no.264, 1932 A Kenitra (Maroc), Puss-Moth
----- Du Pasquier Albert (1906-1974) 1932, no.275 no.275, 1934 A la direction de l’Aéroport.
#26 Boissier Jacques 1932, no.2.. ? no.2.. ?
#27 De la Geneste Josef, comte 1932, no.2.. ? no.2.. ?
#28 Marinoni Nino (1908-1994) 1932, no.299 no.299, 1934 DH-94 Moth Minor HB-OMU
#29 Wanner Edmond 1932, no.300 no.300, 1933
#30 Meyer Robert (1908-1991) 1932, no.302 no.302, 1933
#31 Harmann Arthur (né 1893) 1932, no.310 no.310, 1933
----- Henssler J.J. Elève pilote cité en 1933.
#32 Honegger Henri-Ch.1933, no.358 no.358, 1934 De Conches.
#33 Noverraz Edouard (1910-1959) 1933, no.363 no.363, 1934
#34 Magnenat Henri (1911-1979) 1933, no.366 no.366, 1934
#35 Borig Jean 1933, no. ?  ?
#36 Gras Charles (né 1907) 1934, no.388 no.388, 1934
#37 Siegrist Otto (1903-1989) 1934, no.430 no.430, 1934
#38 Uebersax Jean 1934, no.434 no.434, 1935
#39 Garcia-Palacios Carlos (1896-1968)1934, no.438 no.438, 1935
#40 Varin Bernard 1935, no.442
#41 Berger Ernest (1904-2000) 1933 no.447, 1934 Gipsy Moth HB-OKI
#42 Burin Albert 1934, no.450 Klemm L25-E1c CH-266. A Chambésy
#43 Zimmermann Adolphe1934, no. ??
----- De Seigneux Marcel Elève pilote cité en 03.1934.
#44 Golaz Henri (1912-1996)1935, no.509 no.509, 1936
#45 Nebel Antoine 1935, no.520 no.520, 1938
#46 Tcheng (Ya-Ching) Lee (1912-1998) 1934, no.586 no.586, 1935 1ère aviatrice brevetée à GE, la 11ème sur sol Suisse.
#--- Corte Carlo no.357, 1934 Formé au brevet B
#--- Gardner Ch. no. ???, 1934 Formé au brevet B
#--- Fakhouri Béchir (né 1910)no. ???, 1935 Formé au brevet B
#47 Sellier Jean
 
JPG - 11.6 ko
L’élève fait un contrôle pré-vol de l’appareil sous les yeux de l’instructeur (siège arrière)
à bord d’un de Havilland DH-60 Gipsy-Moth (CH-235) de l’Aéro-Club de Genève (Ph. : coll. J.L.Altherr).

 

Par : Jean-Claude Cailliez
Le :  mercredi 18 juin 2008

Les 22 premiers brevets de femmes pilotes en Suisse (1912-1939) : Marie Rudolf-Probst 12.1912 (ballon) ; Elsa Haugk 05.1914 no.48 (avion, brevet allemand no.785 du 06.06.1914) ; Thea Frenssen 1923 no. ?? (ZH) ; Béatrice Simonius-de-Bary 12.1928 no.84 (Bâle) ; Myriam Stefford 08.1931 en Argentine (voir : Récit) ; Elsie Attenhofer 1933 no.226 (ZH) ; Candid Meier 1933 no.236 (LU), la Genevoise Suzanne Bourquin-Crisinel à Lausanne en 1931 no.250 ; Clara Becht 1933 no.254 (Bâle) ; Elisabeth Gross 1933 no.258 (Bâle) ; Dora Jäger 1933 no.317 (ZH) ; Isabella Trümpy 1934 no.302 ; Elfriede Müller no.411 (Langnau), Lee Ya-Ching à Genève en 08.1934 (voir : Récit) ; Claire Von Tscharner no.426 (GE) ; Magdalena Hutton 1934 no.467 (ZH) ; Margret Fusbahn no.489 (Bâle) ; Marguerite Marillier 11.1936 (GE) ; Elisabeth Steiger no.626 (Zollikon) ; Germaine Varidel 1938 no.675 (GE) ; Anne-Marie Zollinger no.892 (ZH) ; Guillemette Lardy 1939 no.951 (GE) ; non exhaustif.

L’écolage en Moth dans les années 30 au Club (diaporama n&b sonore, 02’36, 59Mo). Nécessite le plugin QuickTime 7.1.3. minimum.
Deux Gipsy-Moth du Club en vol en 1930 (vidéo n&b, sonore, 2’12’’, 55Mo).
[06.2011] L’aviation lègère à Cointrin en 1930 (film, 7’33’’, 200Mo, 480 X 360 pixels). Documentaire d’Autrefois-Genève, Léman-bleu TV, de D.Charrier. Vidéo en 640 X 480 pixels ici (7’33’’, 258Mo). Format Quick Time 7.5. minimum.
[09.2011] Interview de Jean de Toledo, 100 ans, breveté en 1931 (2010, 10’18’’, 216Mo). Format Quicktime, nécessite le plugin 7.5 minimum.

Vous êtes ici : Accueil > Récits > La passion de l’écolage : M.Weber instructeur et âme des pilotes de l’Aéro-Club durant 14 ans (1926) [4 vidéos]