Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
Premier jet civil pour les Genevois : la Caravelle, une révolution pour pilotes et passagers (1959) [3 vidéos]

 

Dès 1959 et pendant 38 ans des Caravelles sont mises en service à Cointrin par plusieurs compagnies dont deux sont genevoises. Premiers jets utilisés par une majorité de la population lémanique, c’est aussi le 1er appareil charter rapide des départs en vacances à moyenne distance : Majorque, Canaries. Fiable, pleine d’innovation, la Caravelle bouleverse également le monde des pilotes habitué au moteur à piston et ouvre une nouvelle époque commerciale dans le transport aérien.


Une Caravelle-III de Swissair vue à Cointrin en 1966 (HB-ICT), l’une des premières représentantes suisses de ces 17 appareils qui feront le bonheur des compagnies, des pilotes et des nombreux passagers.

Beaucoup d’innovations dans ce premier jet commercial arrivant en Suisse

JPG - 5.6 ko
Une Caravelle-10 de SATA (HB-ICQ) dans les années 70.

Née dans les bureaux de Toulouse au milieu des années 50, la Caravelle est la mère de tous les jets dont les réacteurs sont placés à l’arrière. Innovation révolutionnaire, aucun avion de chasse de série ne l’avait testé, ce principe sera copié par de nombreux courts et moyens courriers des 4 continents et très vite choisi pour la totalité des jets d’affaire. On repoussait ainsi le bruit des réacteurs après le siège du dernier passager. Des accords entre la SNCASE (F) et de Havilland (GB), liés à la construction de Vampires (voir : Appareil) et prévus pour celle du quadriréacteur DH-106 Comet, allaient permettre de copier intégralement le nez et le cockpit du Comet, accélérant ainsi le développement de la Caravelle. Tous-ceux qui visitèrent le cockpit de "la française de la jet set" ont donc visité celui du Comet. Un escalier articulé situé à l’arrière entre les 2 réacteurs de la Caravelle permettait aussi de descendre sur tout tarmac, sans attendre qu’on y pousse le matériel permettant de quitter l’avion. Quoi que les premiers moteurs Rolls-Royce soient assez bruyants (Caravelle-III), ils sont vite remplacés par des Pratt & Whitney plus avantageux (Caravelle-10). A signaler encore un parachute déclanchable à l’arrière de l’avion permettant d’aider au freinage sur de courtes pistes. Différentes Caravelles seront construites, regroupant 280 appareils en totalité.

C’est le 17 juillet 1959 que Cointrin voit le 1er atterrissage de cet avion commercial à réaction, qui est une Caravelle de Scandinavian Airlines System [lire le Post scriptum]. C’est chez SAS à Copenhague que les premiers pilotes de Swissair entrent dans l’ère du jet et seront formés à la Caravelle en janvier 1960, avant même le 1er cours sur DC-8 (février). Pour les pilotes, il s’agit de quitter la vitesse lente des appareils à hélices, pratiquée depuis 30 ans, et de brutalement doubler celle-ci. Certains pilotes âgés ne s’y feront pas et les jeunes y seront plus aptes, capables de réagir plus vite aux événements. Pour ces derniers, devenir "pilote de jet", passer d’un Convair "Metropolitan" à la Caravelle c’est le grand bonheur ! Le cockpit français est prévu pour 3 hommes mais en Suisse on ne volera qu’à deux. Air France utilise la Caravelle sur Genève-Paris dès le 1er novembre. Pas trop de changement au niveau de la navigation, ce sont les mêmes instruments que les appareils précédents. Le radar météorologique est rudimentaire, il faut apprendre à interpréter des taches grises, il n’y a pas encore de couleurs. Le 30 avril 1960 Swissair reçoit sa première SE-210 Caravelle-III, l’expose à Cointrin le 2 mai et la met en service le 21 (HB-ICW "Solothurn"). Swissair utilisera principalement 8 Caravelles sur l’Europe, l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient, louera aussi quelques Caravelles étrangères, dont le dernier vol se tient le 23 mars 1971. Elles seront remplacées par des DC-9-32.

Du côté des passagers, le progrès est présent également. On vole beaucoup plus haut, à 10.000m au lieu de 5.000, donc dans une météo plus calme. On est moins secoué, c’est plus confortable et la durée de vol est diminuée de moitié. Le décollage est très impressionnant, accompagné du sifflement des réacteurs. Lorsque que l’on est assis en fin d’appareil on voit la porte du cockpit très haut au-dessus de soi tant l’angle de grimpée et prononcé. Ce sont les premières sensations d’être collé à son fauteuil par l’accélération rapide, la forte grimpée, comme on ne le ressent plus de nos jours. Avec son train à doubles bogies, l’un des premiers qui équipe des avions, l’atterrissage est très souple. Vu du pilote, cette phase est également douce et facile mais il devra se poser à vue pendant toute la vie des Caravelles suisses. Pour mémoire, on comptait environ 12 sièges en 1ère classe et 60-69 sièges en classe économique.

Cinq opérateurs suisses principaux sur Cointrin dont 2 genevois

JPG - 9.2 ko
La pratique rampe d’accès arrière.

Minuscule compagnie d’avion-taxi la SATA (Société Anonyme de Transport Aérien) naît à Genève en 1966 et connait une croissance fulgurante dans le domaine des vols charters (Récit), augmentant régulièrement la taille de ses appareils à hélice. A la fin 1969, à la tête de 3 appareils elle acquiert pour 20 millions une Caravelle-10 neuve, de 94-99 places, livrée en mars 1970 (HB-ICN) qui est suivie de 4 autres à raison d’environ une par année : HB-ICO (02.1971) ; HB-ICP (03.1972/06.1975) ; HB-ICQ (12.1972) ; HB-ICK (03.1973-12.1977). Egalement, pendant 5 semaines (12.1972/01.1973) la SATA exploite la no.222 sous l’immatriculation française F-BNRB. Jusqu’en octobre 1978, depuis Genève Bâle ou Zurich, la Cie emporte des passagers à la demande et principalement des vacanciers vers les destinations ensoleillées ou dans des "vols City". Les lieux les plus courus sont principalement les Canaries et Majorque. L’une des plus lointaines destinations est probablement le Kenya (1972). Après un vol Genève-Zurich—Benghazi (Lybie)-Khartoum (Soudan)-Mombassa, aller retour (code vol VS590/591), le passager peut cumuler 20h de vol sur Caravelle. Même dans les années 70, voler sur cet appareil flexible à l’exploitation reste un "must" pour les 12 équipages de la SATA ! (voir : Récit)

Trois des Caravelles de la SATA (ICN, ICO, ICQ) sont reprises par la filiale genevoise de Swissair, la CTA (Compagnie de Transport Aérien) qui en ajoutera 2 autres plus tard (HB-ICI, ICJ). C’est le 1er novembre 1978 que l’on voit un de ces appareils à Cointrin sous sa nouvelle robe (HB-ICQ "Romandie"). Sous le code de vol RUxxx, dès le 2 novembre, les appareils continuent la mission de charter touristique vers les destinations ouvertes par la SATA. Equipée de 97 sièges, en mode 1ère classe l’avion reçoit 52 sièges. En mode VIP la cabine peut être équipée de 4 tables complétées de 8 à 32 sièges. Des Caravelles étrangères sont aussi louées temporairement (Finnair, Air-Mali). La 1ère femme suisse pilote de Caravelle apparait alors : Susan Schmid (1986). La HB-ICN a été baptisée "Ville de Genève". Les performances de l’avion, le silence de son intérieur et sa fiabilité permettent à la CTA de rester compétitive jusqu’à la 2ème moitié des années 1980. La dernière Caravelle de CTA vole en janvier 1989 (HB-ICI). Elles poursuivent leur carrière ailleurs dès septembre et quatre MD-87 les remplacent.

Increvables Caravelles suisses !

JPG - 17.1 ko
Le Cdt Georges Godel aux commandes d’une Caravelle de CTA.

Air City Genève est fondée en juin 1987 et accepte de louer le prototype de la Super-Caravelle (HB-ICJ, 99 sièges). L’avion passe par Genève le 19 novembre 1987 mais n’est fonctionnel que dès le 10 mars 1988. Il s’agit principalement de vols depuis Genève, Sion, Zurich et Bâle/Mulhouse vers les stations méditerranéennes, particulièrement celles de Grèce, Turquie, Espagne, Portugal et Macédoine. Une 2ème Super-Caravelle est louée, opérationnelle en novembre 1989 (F-GCJT=HB-IKD), lorsque Air-City déplace sa base à Bâle/Mulhouse. A partir de l’été jusqu’en mars 1990, les 2 Caravelles sont exploitées pour TAT sur des vols réguliers entre Paris-Orly et Chambéry/Aix-les-Bains et quelques vols TAT vers Figari depuis Paris et Lyon. La même année un service charter hebdomadaire Genève—Bruxelles est proposé pendant plusieurs mois. Air City effectue des vols pour le compte de plusieurs Cies, comme Air Inter et Air France, ainsi que pour des Tour-opérateurs français et allemands. Une 3ème Caravelle (F-GHKM) d’Air City fonctionne en décembre 1990. Les 2 autres Caravelles retournent en mai 1991 au précédent propriétaire après le rachat d’Air City, en faillite.

Outre-Sarine, le Transtream Travel Club basé à Zurich fonde Aero Jet au printemps 1992, basé à Genève sur les décombres d’Air City. La Super Caravelle HB-ICJ, louée, entre en service en juin 1992 utilisée presque exclusivement pour des vols charters vers les stations balnéaires d’Espagne (Méditerranée, Canaries), au départ de Sion, Zurich, Genève ou Bâle, ainsi que pour des vols à la demande dans toute l’Europe. A la fin de la 1ère saison d’été Transtream est en faillite et Aero Jet est dans une situation difficile. Par chance elle obtient des contrats auprès d’autres tour-opérateurs pour des vols entre Genève Zurich et Skopje. Aero Jet est ainsi le dernier opérateur d’une Caravelle Super 10 que son personnel surnomma "la chaussure de tennis volante" en référence à ses bandes de couleur de "style Adidas". En 1993 on voit passer 58 fois la Caravelle à Cointrin. Puis les nouvelles normes aéronautiques font interdire de vol ce type d’appareil mettant fin à sa carrière en Europe le 16 janvier 1996, après un aller-retour entre Genève et St-Jacques de Compostelle. La Caravelle est stockée puis vendue un an plus tard à Waltair (Congo) où elle volerait toujours aujourd’hui (fret & passagers).

A Zurich, dans les années 90, un groupe de fans de la Caravelle crée la SACA (Save A Caravelle) mais il n’est pas en mesure de réunir les fonds nécessaires ni d’obtenir les autorisations requises pour conserver le HB-ICJ au registre suisse. C’est la fin de l’histoire de la Caravelle en Suisse, qui a transporté des centaines de milliers d’Helvètes. Ce qu’il en reste : un cockpit préservé au Musée des Transports de Lucerne et à l’Aviodom d’Amsterdam ; un fuselage (français) complet sert de club house à l’altiport de Corlier, dans l’Ain (Bugey), à moins d’une heure de Genève.

Les 17 SNCASE-210 "Caravelle" dans les compagnies aériennes suisses :

Immatri- culation Typec/n Mise en service Compagnie Transfert Transfert Transfert.
HB-ICI 10.B.1R n.250 xx.12.1980 EC-BRJ, HB-ICI, CTA, Air-City. 20.01.1989, Trans Europa (E ). Istanbul Airline, TC-ALA(2). HK-3837X Bogota 04.94.
HB-ICJ 10.B.3 n.169 04.05.1983 HB-ICJ CTA 29.11.1983, Finnair. 02.1988, F-BLKJ(2), OH-LSG, (LN-BSC), I-GISU, F-GELQ. HB-ICJ, Air-City, Aero-Jet. 11.1996, Europe Aero Service. 12.1996, Waltair, Congo, 9Q-CPY(3) / CPI.
HB-ICK 10.B.1R n.200 21.03.1973 F-BNFE, JY-ACT, HB-ICK, SATA 18.12.1977, crashé à Funchal.
HB-ICN 10.B.1R n.253 06.03.1970 HB-ICN SATA, CTA. 31.05.1988, Istanbul Airline, TC-ABA. Radiée 12.1992.
HB-ICO 10.B.1R n.255 12.02.1971 OY-SAY, HB-ICO, SATA, CTA. 10.12.1988, Air Service Nantes, F-GGKD. 08.1994, LANC, Colombie, HK-3913X / 3939X / 3948X.
HB-ICP VI R n.234 24.03.1972 F-WJAL, LX-LGE(1), HB-ICP, SATA. 25.06.1975, Aérospatiale ex-Luxair, F-BRGX(1). HB-ICP, F-BRGX(1), F-ZACQ. Bordeaux-Mérignac.
HB-ICQ 10.B.1R n.222 05.12.1972 F-BNRB, HB-ICQ, SATA, CTA. 28.11.1987, UTA (F). TC-ASA(2), Istanbul Airline. Radiée 11.1991.
HB-ICR III n.119 28.04.1964 F-BJTJ, HB-ICR, Swissair " ???". 04.03.1966, Air France, F-BJTJ. Congo, 9Q-CGC. Détruite 02.92.
HB-ICS III n.121 17.03.1962 Swissair "Uri". 10.04.1971, Sud Aviation. B-1850, China Airlines Détruite Taïwan 1979.
HB-ICT III n.122 29.03.1962 Swissair "Schwytz". 12.01.1971, Sud Aviation. B-1852 China Airlines. Chute le 20.11.1971.
HB-ICU III n.123 19.04.1962 Swissair "Aargau". 20.10.1970, Sud Aviation. Sobelair OO-SBQ(1), F-BUFH. Congo, 9Q-CZL, détruite 1996.
HB-ICV III n.147 19.10.1962 Swissair "Schaffhausen". 04.09.1963, crashée à Dürrenäsch (CH).
HB-ICW III n.33 02.05.1960 F-WJAM, HB-ICW Swissair "Solothurn" 15.10.1969, SAS. Transavia, PH-TRO Cockpit conservé à l’Aviodom à 45km d’Amsterdam.
HB-ICX III n.38 25.06.1960 F-WJAL, HB-ICX Swissair "Chur" 23.03.1971, SAS. Catair, F-BSRD. B-1854, China Airlines. F-WJAL, radiée 08.1977, à l’Aerospatiale.
HB-ICY III n.43 08.07.1960 HB-ICY, Swissair "Lausanne". 11.11.1969, SAS. Transavia, PH-TRP. Radiée 12.1975.
HB-ICZ III n.48 13.08.1960 HB-ICZ, Swissair "Bellinzona". 25.03.1970, SAS. Transavia, PH-TRR. Radiée 12.1975.
HB-IKD 10.B.3 (ou B.2 ?) n.249 28.03.1989 Air-City, avril-sept 1990 à GE. 12.1990, Europe Aero Service (F). A Toulouse, 05.1994.

NB : Il faut ajouter de nombreuses Caravelles utilisées temporairement par des Cie suisses immatriculées en Finlande, France, Mali, Suède et Tunisie.

 

JPG - 14.3 ko
Les 2 "Chaussures de tennis volantes" en référence aux bandes "Adidas" des chaussures de sport (Air City, 1990).
Par : Jean-Claude Cailliez
Le :  jeudi 12 octobre 2006
  • Pour plus d’information, voir : La française de la jet set : Caravelle, par John Wegg. Ed. Airways, 2005, 578p, ills, 3kg, à la "Librairie ".

  • - PS : Le prototype de la Caravelle (F-BHHH) avait déjà été présenté en vol à Cointrin le 10 septembre 1956 ; idem pour un appareil d’Air-France le 9 octobre 1958.
    [10.2011] La Caravelle de Swissair en couleurs (1960-61) (vidéo musicale 02’06’’, 100Mo). Images de Jacques Reymond. Format Quicktime, nécessite le plugin 7.5 minimum. A noter l’atterrissage à Cointrin avec le parachute de queue !
    [06.2007] 1ère Caravelle de Swissair, HB-ICW (1960) (film, N&B, sonore, 2’07’’, 67Mo), nécessite le plugin QuickTime 7.1.3 minimum.
    [12.2007] Les Caravelles de Romandie (Diaporama, couleur, sonore, 2,5’, 46Mo).

    Vous êtes ici : Accueil > Récits > Premier jet civil pour les Genevois : la Caravelle, une révolution pour pilotes et passagers (1959) [3 vidéos]