Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
Montricher : la fondation abrite le Centre romand du vol à voile dédié aux Genevois et aux Vaudois (dès 1971) [vidéo]

 

Ce village vaudois a su accepter dans sa campagne une union de 2 groupes cantonaux de vol à voile (GE+VD) pour devenir ce lieu incontournable le Centre romand du vol à voile. En ce qui concerne les conditions de vol, proche du Jura, Montricher reste dans la continuation de Cointrin ou de Prangins, anciennes bases des planeurs genevois, mais au calme, hors du trafic commercial, un havre de paix et un lieu idéal pour les vélivoles depuis 35 ans !


Sur l’aérodrome de Montricher (VD) lors des journées porte ouvertes du 2 août 2003, les planeurs biplaces vont être tractés, emportant des candidats au baptême de l’air.
  • Article associé : Biographie de Marc Dugerdil |*|
  • Récit associé : A venir, le record de Valentin Maeder sur les Alpes en 2008.
  • Les difficultés de créer un nouvel aérodrome à la campagne

    JPG - 32 ko
    Plan d’accès à Montricher.

    Après avoir migré pendant 40 ans sur divers lieux (Plan-les Ouates, Cointrin, Gland, Cointrin, Puplinge, Prangins et Sion) les vélivoles genevois entrevoient la possibilité de s’installer dans le canton de Vaud à l’altitude de 664m proche du pied du Jura. L’endroit est détecté en 1965 par Eugène Flury et en avril Kurt Schillig y débarque tombant sur un agriculteur, M. Golay, en train d’abattre le dernier arbre fruitier trônant au beau milieu de ce qui va devenir un aérodrome. Après quelques discussions, il apparait qu’une solution n’est pas impossible, bien que le terrain appartienne à plusieurs propriétaires. Les pilotes Schillig et R.Moosmann commencent alors à creuser cette idée et rencontrent le syndic de Montricher, M. Morel, les propriétaires, et font dresser un plan par un géomètre. C’était la partie peut-être la plus aisée des démarches.

    Puis le moniteur genevois Marc Dugerdil (1909-2008) (voir :Biogr.) en association avec le pilote vaudois G.Gourdou mènent de longues tractations locales, cantonales (aisée), fédérale et genevoises pour convaincre les autorités et trouver un budget d’investissement. En 1967, une séance réunit l’Aéro-Club de Genève, l’Office fédéral de l’air et le Groupe genevois de vol à voile (GGVV) qui permet de faire un premier pas, surtout concernant l’aspect financier du projet. L’Etat de Genève y sera encore associé. A ce stade, les vélivoles de Lausanne sont aussi contactés. D’abord réticents et comptant sur leur propre projet d’Etagnières, ils comprennent bientôt que la solution de Montricher est inespérée. Finalement fort de deux groupes (GGVVM, GVVVM) le projet progresse et l’entité juridique "Fondation de Montricher - Centre de Vol à Voile" est créée le 10 juillet 1971. Le terrain peut alors être inauguré en grande pompe ! Les vélivoles y sont installés pour 99 ans et sur les 154.378m2 !

    Regain de vitalité au sein des vélivolistes romands

    JPG - 7.7 ko
    Infrastructures de Montricher.

    Les pilotes genevois déménagent de Sion à Montricher mais les premiers vols d’essai ont déjà eu lieu dès le 26 juin 1971. L’aérodrome sera dirigé par Schilling jusqu’en 1977 puis par Pierre Roth en 1978 et Paul Guniat en 1979. Les premiers instructeurs sont Guido Meisser dès 1973, Manfred Kung et R.Moll dès 1975, J.P.Chappuis dès 1979, Ph. Cavin dès 1980. L’écolage voit quelque 10-12 élèves par an. Totalisant 650h de vol en 1971, Montricher atteint 1.454h en 1978 et le groupe genevois croît à nouveau, comptant 110 membres dont 70 actifs en 1980.

    En 1975 comme consécration du dernier-né des terrains, c’est l’organisation des Championnats suisses de vol à voile. Durant 10 jours, 45 à 50 planeurs et 5 remorqueurs occupent l’espace de Montricher. Pour ce qui est des "grands circuits", il faut attendre 1977 pour enregistrer les premiers vols de 500km, en triangle. De nouveaux membres s’ajoutent, le nombre d’élèves augmente encore et l’on oublie rapidement l’époque de récession de Sion. Et bientôt, avec 30-40 planeurs 200 membres, 3 remorqueurs et 3 moto-planeurs le lieu atteint une certaine saturation.

    Le début des années 1990 voit une certaine stagnation des heures de vol et du nombre de pilotes. Cela n’empêche pas le groupe de maintenir un parc de planeurs d’extrêmement bonne qualité, remplaçant son bon vieux Rhönlerche par un ASK-13 pour l’écolage de base, le Blanik par un Janus C pour la performance en biplace et acquérir en 1999 un LS-8 18mètres. Les Championnats suisses s’y déroulent à nouveau en 2001 ainsi que le Championnat suisse junior et le championnat régional en 2004. Aujourd’hui, quelque 11 moniteurs, 14 planeurs dont 3 biplaces-école et 2 avions remorqueurs sont disponibles de la mi-mars à fin octobre ainsi qu’un club-house où l’on peut loger.

    Ce qu’il faut souhaiter à qui n’a jamais fait de planeur

    Le baptême de l’air est à recommander. C’est un sport intellectuel, tout se négocie en permanence avec les éléments naturels. Pas de moteur pour vous tirer grassement. On fait corps avec le planeur. On vole "aux fesses", comme le cavalier sent son cheval, ou le cycliste sent la piste. C’est un vol sans bruit, hormis le vent relatif, tout en sentant les variations de densité de l’air et ses divers courants. Un souvenir inoubliable !

    JPG - 14.8 ko
    Plan de Montricher à son inauguration en 1971.
    Par : Jean-Claude Cailliez
    Le :  jeudi 12 octobre 2006
  • Pour plus d’information, voir : Le vol silencieux, de Marc Dugerdil. Ed. Groupe de vol à voile de l’Aéro Club de Genève, 1980, 132pp, à la "Librairie ".
  • Le site des vélivoles de Montricher site internet
  • Un baptême de l’air dans le vent (diaporama musical, 02’20’’, 48Mo). Nécessite le plugin QuickTime 7.1.3 minimum.

    Vous êtes ici : Accueil > Montricher : la fondation abrite le Centre romand du vol à voile dédié aux Genevois et aux Vaudois (dès 1971) [vidéo]