Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
Le premier vol charter supersonique de l’histoire aéronautique : Concorde(s) à Genève (1976). [5 vidéos]

 

- Rien ne prédestine le magnifique appareil supersonique à venir se montrer à Genève. Son aire de pléni- tude se situe à 20.000m au-dessus des océans, sur des distances 10 fois plus grandes que la diagonale de la Suisse, entre les plus grandes capitales mondiales, emportant des gens très aisés et/ou pressés.
- Heureusement, Concorde atterrira une dizaine de fois sur le tarmac de Cointrin, d’abord à plusieurs repri- ses pour du vol charter dès 1976, enfin via 2 appareils simultanés lors des 75 ans de l’aéroport en 1995.


Le Concorde F-BVFB, au départ de Genève-Cointrin durant l’année 1976 où il débutera le 1er vol charter supersonique de l’histoire de l’aviation.

Du bel oiseau blanc, du mythe, de la performance, du regret...

JPG - 14.7 ko
Le premier Concorde à se poser à Cointrin, en août 1976 (Ph. R.Hug).

Comme le Constellation, le Concorde est un avion mythique. Il l’est d’ailleurs vite devenu dès les années de sa conception ce qui ne fut pas le cas du Lockheed. Il est encore plus admiré après son 1er vol et tout au long de sa carrière grâce à la beauté de ses lignes et le fait qu’il véhicule des gens aisé comme le L-069. Mais, de plus, son statut unique de supersonique et d’aiguillon de la vieille Europe dans les poids-lourds volants américains lui confère une aura extraordinaire. A terre, on rencontre aujourd’hui ceux qui ont volé à son bord, ceux qui regrettent que ça ne leur soit pas arrivé, ceux qui restent étonnés par cette belle réalisation technique et peu d’indifférents.

Revenons sur terre, hélas ! Le 1er vol du F-WTSS se déroule en mars 1969, année extraordinaire de l’homo volitans qui connait aussi le 1er vol du B-747 et un homme marchant sur la Lune. Le G-BSST s’envolera ensuite d’Angleterre. Un taux de remplissage de 65% et 2.750h de vol par an sont nécessaires pour rentabiliser le bel oiseau. La 1ère crise du pétrole et les entourloupes américaines n’aideront pas au démarrage commercial aisé de l’avion blanc. Après les prototypes, 3 avions de présérie inaugurent les vols commerciaux supersoniques le 21 janvier 1976, sept ans après le 1er vol (pour l’A-380 on compte de 1 à 2 ans). Les pilotes Pierre Chanoine et Pierre Dudal emportent alors les premiers passagers sur Paris-Dakar-Rio-de-Janeiro (F-BVFA), etc..

Les appareils font des tournées de démonstrations dans toutes les capitales où l’on imagine que des compagnies vont l’acquérir, notamment à cause de lignes passant au-dessus des océans, les vols sur terre étant subsoniques. Les vols commerciaux vers les USA débutent enfin en novembre 1977, le Concorde a été spécialement calculé pour ce trajet ! La carrière des 20 avions est exemplaire, même si elle n’a pas enrichi financièrement tout le monde. Nous n’aborderons pas ici la fin tragique des passagers d’un appareil, ni la fin de l’emploi de cet exceptionnel aéroplane. Tout cela dit, il n’y a donc aucune raison commerciale, aucune planification stratégique, aucune nécessité de voir le passage à Genève du Concorde, sauf la passion de certains Genevois ... et 4 appareils vont être ainsi vu sur le tarmac de Cointrin !

Les premiers vols charter d’un avion fait pour une 1ère classe surtaxée.

JPG - 8.3 ko
Peu avant le vol charter supersonique (31.08.1976).

Parmi les premiers Genevois à voler en Concorde, on compte les journalistes Philippe Roy (La Suisse) et René Hug (Ailes Romandes) qui obtiennent leur diplôme de passage du mur du son le 6 mai 1976 à 17.000m (F-BVFA, Cdt Dudal). Cela aura probablement son importance dans 19 ans ? Leur vol Paris-Paris est une répétition générale de celui que va prendre le président français Valérie Giscard d’Estaing pour Washington sous-peu. Comme à chaque fois qu’il vole sur un nouvel appareil, assis ici dans un fauteuil plus étroit qu’une 1ère classe habituelle, R.Hug sort une pièce de 20ct, la met sur la tranche et attend sa chute, qui n’aura pas lieu. Au moment du passage du mur du son il est ... sur un autre siège, encore plus étroit, et peut ressentir ce "mur" sans pouvoir regarder le machmètre....

Le 1er Concorde atterrit à 10h30 à Cointrin le mardi 31 août (Cdt Dudal, F-BVFB). Il s’agit d’une opération de relations publiques d’Air-France qui vient de mettre en service l’avion, en janvier, sur Rio et Caracas. Sous la houlette du voyagiste suisse Hotelplan, il vient de Paris embarquer quelques passagers et se rendre à Casablanca. Lors de cette rapide visite (départ à 12h35), le supersonique d’Air France réalisera le 1er vol charter supersonique de l’histoire de l’aviation. Une pluie fine tombe sur la piste de Cointrin et les nuages bas l’ont empêché de faire un tour d’honneur au-dessus de la ville de Genève. Dommage, mais près de 10.000 spectateurs sont venus de toute la Suisse et bordent la piste où l’appareil, peu bruyant à l’atterrissage, s’est posé en avance. Pour l’occasion, la CGTE (futurs TPG) organise un "park and ride" à Balexert et près de 2.000 personnes l’utilisent ! Les autobus de la ligne 33 sont ainsi bondés. Hotelplan prévoit un 2ème voyage similaire.

A cette occasion, des mesures de bruit sont effectuées par les micros du système MIABA de l’aéroport, renforcés par des installations spéciales de l’OFA. Au décollage, les niveaux sonores enregistrés sont de 93db(A) à Vernier et de 97db(A) à Meyrin, dépassent là de 6b les niveaux des avions de ligne long-courriers d’alors tels le B-707 ou le DC-8. Cette année là c’est Jean-Pierre Jobin qui assure l’intérim d’Ernest Sudan à la tête de l’AIG où 25% du trafic est assuré par la compagnie française. Plusieurs vols du Concorde s’effectueront également entre le 26 juillet et le 18 août 1982, emportant des congressistes américains, les meilleurs vendeurs de General Motors [F-BVFB/C/F, F-BTSC). L’appareil fait New-York—Paris—Genève, atterrit le lundi en fin d’après-midi, couche parfois à Cointrin et repart le lendemain matin. Il en reste un certain nombre d’enveloppes postales, souvenirs de l’événement.

Programme des vols annoncés pour 1982
2ème : Arrivée Lu 26.07.1982 à 21h ; départ 27.07 à 11h. 3ème : Arrivée Lu 02.08.82 à 09h ; départ 02.08 à 11h.
4ème : Arrivée Lu 02.08.1982 à 21h ; départ 03.08 à 11h. 5ème : Arrivée Lu 09.08.82 à 09h ; départ 09.08 à 11h.
6ème : Arrivée Lu 09.08.1982 à 21h ; départ 10.08 à 11h. 7ème : Arrivée Ma 17.08.1982 ; départ 18.08.1982
Nb : Le vol du 26 arriva déjà à 17h45 !

Deux emblèmes pour les 75 ans de l’Aéroport International de Genève-Cointrin

JPG - 7.5 ko
Aux 75 ans de Cointrin, le F-BVFF derrière la dérive du G-BOAA (sept.1995).

La manifestation se déroule un lundi mais plus de 70’000 personnes se rendent à l’aéroport de Genève-Cointrin pour fêter ses 75 ans sous un soleil radieux. En ce 9 septembre 1995, une partie du tarmac est envahie de 9 à 18h par les Genevois qui peuvent approcher le B-777 d’United Airlines, le plus gros biréacteur au monde (transatlantique), un Airbus A-330, les MD-11, Falcon-900, Challenger, Learjet médicalisé et de nombreux avions anciens : DC-6, Convair-580. Classic-Air et Ju-Air organisant des vols rétros avec leurs Ju-52 (17pl.) et DC-3 (28pl.). La patrouille militaire suisse fait une démonstration avec ses nouveaux Tiger-F5E peints aux couleurs rouges et blanches, seul spectacle qu’elle donne en sol romand cette année là.

Les 2 invités d’honneur du jour arrivent en dernier, majestueusement : le Concorde de British Airways G-BOAA se pose à 12h30 avec son vortex de fumeroles caractéristiques (BOAA : l’ex nom de la Cie était British Overseas Airlines). Le Concorde d’Air France le suit à 15h10’ (F-BVFF). Selon l’angle de vision on peut voir les 2 appareils garés nez-à nez devant le bâtiment central de l’AIG, juste à côté de la zone accessible au public. Des passagers en descendent. Il en montera un peu plus tard pour les 2 départs : 16h30 (BA) et 18h45 (AF). De très nombreuses personnes sont restées pour cela sur le tarmac et à l’extrémité de la piste. Ce jour restera gravé dans la mémoire des présents pour longtemps, d’autant plus qu’il ne pourra plus être reproduit.

A qui devons-nous ce cadeau ? Avec ses 6Mios de passagers (1994), l’AIG, dirigé par J.P. Jobin, avec Philippe Roy à la communication, entretient d’excellentes relations avec les 2 seules compagnies au monde utilisant Concorde. Air-France et British-Airways font ainsi un cadeau à l’aérodrome genevois qui a déjà accueilli 145Mios de passagers depuis 1920. Cointrin a d’ailleurs été classé l’un des 10 meilleurs aéroports au monde par une enquête du Business-Travellers auprès de ses lecteurs (1990). En 1995 l’aéroport dessert 93 villes dans 47 nations et voit 119 Cies (y.c. charters) toucher 162 destinations. Pour ses 75 ans, il est l’un des rares terrains à connaitre 2 Concordes simultanément. En 1998, pour ses 50 ans, Zurich n’en avait qu’un unique ! Comme quoi Genève est bien plus qu’Unique !

Les Concorde sont toujours là quelque part, tapis dans l’ombre....

Le plus bel avion du monde, pour nombre de terriens, à pris sa retraite à fin 2003. Concorde est devenu une pièce de collection que les grands musées s’arrachent ou se prêtent. On peut en voir un à Speyer (D), au Bourget (F), à Toulouse ou Duxford (GB), etc. Quant aux 2 appareils de 1995 :
- Le F-BVFF (c/n 215), qui a fait son 1er vol le 26 décembre 1978, immatriculé le 23 octobre 1980, réalisé 12 tours du monde touristique, qui compte 12.421h de vol et 4.199 atterrissages/décollages, est exposé aujourd’hui à Paris sur l’aéroport Charles-de-Gaule (Paris) depuis son dernier vol du 11 juin 2000.
- Le G-BOAA (c/n 102), qui a fait son 1er vol le 05.11.1975, immatriculé le 14 janvier 1976, qui boucla 6.842 cycles supersoniques, fit 8.064 atterrissages et 22.787h de vol, est conservé au Musee of Flight, à East Fortune, en Ecosse (GB) après avoir été arrêté de vol le 12 août 2000.

Qui sait si un jour on ne refera pas voler un Concorde ? On le souhaite, car tous sauf un ont été préservés ! Des américains ont bien fait revoler le "Concordski/Tupolev", un comble !

 

JPG - 24.1 ko
Illusion optique : quasiment nez à nez sur le tarmac genevois en 1995 (ph. : J.C.Cailliez)
Par : Jean-Claude Cailliez
Le :  vendredi 20 avril 2007
  • Pour plus d’information, voir : Concorde, de F.Beniada & M. Fraile. Ed. EPA 2005, 184p., ills, à la "Librairie ".
  • [07.2008] Arrivée et départ du Concorde à Cointrin en 1976 (F-BVFB) (couleur, sonore, 01’17’’, 52Mo). Reportage "Autrefois Genève", David Charrier, Jean-Claude Brussino. Nécessite le plugin QuickTime.
    [03.2016] 1ère venue à Genève-Cointrin du Concorde (F-BVFB, 31.08.1976) (vidéo musicale, 04’34’’, 96Mo). Source Jean G.Mallet via Autrefois Genève. Nécessite le plugin QuickTime 7.5 minimum.
    [03.2016] Le Concorde d’Air France F-BTSC en escale à Genève-Cointrin (18.08.1982) (vidéo musicale couleurs, 04’24’’, 78Mo). Source Daniel Eckert. Nécessite le plugin QuickTime 7.5 minimum.
    [05.2007] Concorde à Genève en 1995 (F-BVFF) (vidéo-diaporama, couleur, musical, 02’05’’, 36Mo). Nécessite le plugin QuickTime 7.1.3 minimum.
    [08.2007] Les 75 ans de Cointrin avec deux Concorde, en septembre 1995 (F-BVFF, G-BOAA) (vidéo couleur, sonore, 01’50’’, 62Mo). Nécessite le plugin QuickTime.

    Vous êtes ici : Accueil > Récits > Le premier vol charter supersonique de l’histoire aéronautique : Concorde(s) à Genève (1976). [5 vidéos]