Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
Pendant 37 ans le plus gros meeting aérien genevois : la Semaine d’aviation de Viry d’août 1910 [2 vidéos]

 

Le premier meeting d’envergure genevois se tient en France voisine à Viry (74) en août 1910. Durant 8 journées, de nombreux pilotes et appareils vont se succéder dans le ciel sous les yeux de dizaines de milliers de Genevois venus découvrir ce type de manifestation. La météo est bonne et les records locaux se battent. Les pilotes genevois, Dufaux, Audemars, Taddéoli s’y placent honorablement. Il faudra attendre encore 37 ans pour bénéficier d’un meeting de plus grande envergure encore.


Le Genevois Armand Dufaux, à bord d’un Dufaux-4, s’élève du terrain de Viry ou se déroule devant une foule nombreuse, la Semaine d’aviation "genevoise" de Viry.
  • Articles associés : Appareils Dufaux-4 et Blériot-XI |*| Lieu Viry |*| Biographies de H.& A. Dufaux et de E.Audemars
  • Récits associés : Premier meeting d’aviation de Suisse dès le 12 septembre 1909, à Vernier [vidéo]
  • Premier gigantesque meeting populaire du canton, à Plan-les-Ouates (PLO), en plein été 1911 [2 vidéos]
  • Les 100 ans de Viry-Aviation fêtés sur place les 3-4 juillet 2010 (voir : Agenda et ses 4 vidéos).
  • Le Livre anniversaire 2010 sur Viry-Aviation : 172 pages, 115 illustrations, format A4 (voir : Annonce)
  • Une grande organisation multinationale pour un événement jamais vu ici

    JPG - 10 ko
    L’Italien Amerigo, grand vainqueur de la durée de vol (Aviatik).

    Hormis les essais publics de Liwentaal en septembre 1909 (voir : Récit), on n’a pas encore connu de gros meeting aérien à Genève. C’est sous l’égide du Club Suisse d’Aviation genevois (CSA, futur Aéro-club de Genève), qu’est organisé un meeting à Viry en août 1910 en collaboration avec la Société Genevoise d’Encouragement à l’Aviation (SGEA) : "La semaine d’aviation de Viry" (14-21 août). L’un des principaux acteurs est le sportif François J. Dégerine (1877-1948), fondateurs du Servette Football Club qui collabora aux journaux "La Suisse Sportive", "Auto-Sport", et s’occupe toujours de sport au "Journal de Genève" et à "l’A.B.C". Pendant un an il cherche à organiser un grand show et en fait part à Louis Roux, président de l’Assoc. des Intérêts de Genève (AIGe, futur Office du tourisme). C’est l’homme d’affaire A.Vassalli (1875-1960) qui apportera les fonds : 25.000F [250.000F actuels]. On crée ainsi la SGEA avec L.Roux, président ; Gaston Perrot (fabricant d’hélices) vice-prés. ; Dégerine secr.-général, A. Vassalli, etc.

    Cette 1ère grande manifestation internationale d’aviation du canton de Genève et de Suisse est étalée sur 8 jours, du jamais vu, à cheval sur 2 nations. Ce meeting va nécessiter une organisation importante tant avant que pendant les faits, tant en Suisse qu’en France. Un Comité d’honneur est présidé par Henri Fazy, président du conseil d’Etat genevois, incluant Mr Ador, conseiller national et de nombreuses personnalités franco-genevoises dont le sous-préfet Dupraz, le maire de Viry Gondrand, etc.. On cite ailleurs les chronométreurs officiels : E. Steinmann, Degailler et Delessert ; les commissaires sportifs L.Roux, G.Perrot, Paul Trachsel, etc. Quant à l’éditeur Strinati, il met en vente la série de cartes postales officielles du meeting. Le programme officiel est édité par Bocquin et Cie pour 50ct [=5F]. Le Service d’ordre inclura 100 pompiers, 80 militaires, les Samaritains, etc.... L’affiche signée de C.Cuénod, arbore un : "VIRY-AVIATION près Genève". L.Cormier ajoute des hangars pour avions de 16x15m (6 en tout) et de gigantesques tribunes qui font face à un grand panneau d’affichage haut de 7m détaillant les vols ... il n’y a alors ni micro ni haut-parleurs.

    On s’attend à une affluence encore jamais vue. La police canalise autos/motos via le Bd du Pont-d’Arve, rue J. Dalphin, rte de Drize, Croix-de-Rozon, à 20km/h maximum sous peine d’amende. Le retour se fait via Soral pour laisser les autres voies aux piétons, voitures à cheval et bicyclettes. Le comte de Viry prête les cours du château pour le parking auto/moto. La benzine à Viry vaut 19,50F les 100 litres. Des tramways de la CGTE partent du Quai de la Poste ou de Carouge en convois spéciaux vers Saint-Julien (F). Là, un service d’automobiles est organisé jusqu’au terrain. Des taxis font l’aller-retour Genève-Viry pour 14F [140F actuels] et le chauffeur y attendra sur place 2H, avec supplément de 10 sous par ¼h en plus. Le PLM français offre l’après midi (13h40 à 14h50) des trains spéciaux (3ème cl.) depuis la Gare des Eaux-Vives, directs jusqu’à de Viry, à 2F10, qui reviennent de 19H à 20H30. La pension complète à Viry coûte 4F/jour : chambre 50ct, déjeuner 50ct, repas de midi 1,75F, repas du soir 1,25F.

    Quant à l’entrée au meeting, elle n’est pas donnée ! La tribune pavoisée, pour un jour, coûte 20F aux messieurs et 10F aux dames ; l’enceinte réservée : 5F. La carte d’abonnement pour la semaine donne : tribune messieurs 50F ; dames 30F ; enceinte réservée 15F. Au restaurant géré par M. Bouchet, du Café de l’aviation, le repas est à 2,5 ou 3F sans le vin. Au minimum, cette excursion d’un jour coûtera 12F ou plus ! [120F actuels]. Mais la foule va malgré tout se presser à Viry, voir ce qu’elle n’a jamais vu, réceptionnée par la fanfare de la commune. C’est à cette époque qu’on installe en ville de Genève un mât devant l’AIGe (pont des Bergues) indiquant la possibilité de vols à Viry : une boule noire au sommet signale l’absence de vol (météo ?), une blanche prétend au vol probable alors que la rouge crie : ça vole !

    Grandiose : 8 jours, 21 avions, 17 hommes de l’air, 12 épreuves, 17 Prix et 12h de vol !

    JPG - 9.3 ko
    La "Demoiselle" Clément Bayard d’Edmond Audermars.

    De nombreux pilotes ont été sollicités et l’on en verra jamais autant en Suisse avant les années 50 : la moitié sont genevois mais aussi français, italien ou allemand, plus d’une quinzaine avec une vingtaine de ces rares avions. Depuis les modestes bonds du meeting de Planeyse (voir : Récit) tout le monde a appris à décoller et la majorité à voler. La météo est propice, le public ne sera pas déçu. Lors de la 1ère journée, le dimanche 14 août, 2 trains apportent 1.400 voyageurs et 5.000 personnes observent sans payer depuis la voie ferrée. Les meilleurs vols sont à l’actif d’Armand Dufaux (voir : Biogr.). Le constructeur genevois, qui a tenu l’air pendant 31’ non-stop vendredi, volera au total 1h36’. Il décolle sur 60m, reçoit le Prix Sportsmen et le Prix Gondrand. L’ancien coureur motocycliste Stefano Amerigo domine déjà avec une altitude de 30m (23’55’’). Le Genevois Edmond Audemars (voir : Biogr) excelle sur sa légère Demoiselle (42’40’’) et reçoit le Prix H.Borel. Failloubaz, E.Paul, et Mouthier préparent encore leurs appareils. Le baron allemand Von Unruh décolle et casse aussitôt son Blériot. Les Genevois Pierre Brasier, Pierre Gilles et David Deluz font des démonstrations de planeurs remorqués par une automobile (voir : Récit). Ce 1er jour est un franc succès. !

    Le lundi 15 août il y a autant de public mais il y a surtout du vent qui, si modeste soit-il empêche le vol. A.Dufaux tente un décollage mais capote au roulage. L’appareil est réparable. Amerigo et les Genevois P.Gilles et Emile Taddéoli (voir : Biogr.) volent malgré tout. Il n’y pas de classement ce jour là. René Grandjean pilote vaudois et constructeur de son appareil donne son avis technique : "Sur ce terrain, nous sommes à un bout, à gauche par rapport aux tribunes. Les hangars nous sont strictement réservés. Le public ne peut absolument pas venir vers nous. Pour moi, c’est un endroit rêvé ... pour la 1ère fois, je peux voir et toucher ces appareils étrangers que je n’avais vu que dans les journaux. Et bien franchement, je suis déçu, je les trouve grossiers et je n’y voie rein de nouveau. Quand je reviens dans mon hangar, je suis surpris par la finesse du mien."

    Le mardi 16 août, déçu par les résultats de la veille, il n’y a que 2.000 spectateurs alors que de nombreux pilotes volent manifestement bien dès 16h dont : Taddéoli (à 60m de haut, 6’24’’), Amerigo (15’20’’), Failloubaz (5’42’’), Audemars (4’35’’). A la stupéfaction générale, le Vaudois Ernest Failloubaz ose ce qu’aucun autre n’a encore tenté. Il monte à 50m, fait des virages, grimpe à 100m et arrête volontaires son moteur en plein vol ! Il s’en suit des vols planés, des reprises de moteur et un atterrissage moteur coupé. Sensation inouïe pour l’époque, offerte par l’adolescent de 18 ans, baptisé "le Gamin-volant d’Avenches", qui défie la mort et suscite un enthousiasme indescriptible avec cet avion Blériot acquis seulement quelques jours avant.

    JPG - 26.2 ko
    Affiche du meeting.

    En ce 4ème jour, le mercredi 17 août, les ténors volent toujours : Amerigo domine à 180m (45’18’’), Taddéoli à 100m et en vitesse pure (19’28’’), ainsi que Failloubaz (12’24’’) et Audemars. Les autres inscrits tardent à se manifester. Le Français Ernest Paul subit une légère casse. Le fils des chocolatiers de Broc Georges Cailler lui-même constructeur, s’empresse auprès de son futur beau-frère Grandjean pour qu’il lui prête son appareil, tellement il veut voler comme les autres, bien que non inscrit au meeting. Grandjean accepte après moult recommandations : "Il doit d’abord faire des lignes droites au sol, avant de décoller, et je l’avertis bien que l’appareil décolle facilement. Il me promet tout et je le laisse partir. Il va jusqu’au bout du champ en roulant très vite, met le moteur au ralenti, descend de l’avion, puis tourne l’appareil par la queue. Il se trouve à ce moment là à 1km de nous et nous ne le quittons pas des yeux. Et le voilà qui part à plein gaz, décolle, monte à 5m et s’y maintient. Comme le grand tableau d’affichage est face au public, donc dans le prolongement de son vol, il ne peut pas le distinguer et il vient directement dessus. Le temps d’y penser et c’est la catastrophe. L’aile droite est coupée net et le tout vint s’écraser au sol, à 300m de nous. Quel soulagement nous avons eu, en le voyant sortir de tous ces débris sans une égratignure !. Du coup, Grandjean n’aura pas pu voler une seule fois durant ce meeting !

    Le jeudi 18 août on compte 4.000 personnes. Michele Marchi fait une démonstration sportive de sa montgolfière (voir : Récit). Trois pilotes seulement prennent l’air : Taddéoli (à 40m, 49’16’’), Dufaux (qui a réparé), Audemars (2’53’’), Failloubaz décolle en 60m (19’26’’) et heurtera légèrement Audemars au sol qui devra réparer. Pour la 6ème journée, le vendredi 19 août, l’entrée est déclarée gratuite aux enfants de moins de 14 ans et aux militaires en uniforme. Dès 17H40, après les horaires de travail, la ronde se poursuit et l’on vole : Amerigo (à 180m, 1h09’), Dufaux (30’43’’), Taddéoli (à 200m, 49’07’’), Failloubaz (17’13’’). Dufaux et Failloubaz décollent en 60m. Audemars répare. Le samedi 20 août, les leaders accentuent leur avance : Amerigo (1H14’), Dufaux (15’31’’), Taddéoli (6’32’’) Failloubaz. Audemars brise le chariot du Tellier. Le pilote de Bourg-en-Bresse Louis Mouthier décolle son Blériot (7’28’’). La 8ème et dernière journée de cette longue manifestation se tient le dimanche 21 août où l’on constate un public encore plus nombreux que le dimanche précédent. Les jeux sont faits : Amerigo (à 180m, 1h05’43’’), Taddéoli (à 200m, 35’35’’), Mouthier (5’21’’). Et le classement final donne, pour un total de 12h de vol : 1er Amerigo, 2-Taddéoli, 3-Dufaux, 4-Audemars, 5-Failloubaz, 6-Mouthier. En vitesse : 1er Audemars, 2-Dufaux, 3-Taddéoli. En Altitude : Taddéoli à 200m. Décollage le plus court : Dufaux & Failloubaz. Voir le tableau des Prix ci-dessous.

    Les années se suivent mais ne se ressemblent pas

    JPG - 5 ko
    Brasier sur planeur Gilles tracté par une automobile.

    Sans pouvoir comparer avec une autre manifestation du genre, cette première en Suisse est une semaine inoubliable, bénéficiant de sept jours consécutifs sans pluie. Ce meeting aura initié le public local franco-suisse aux émotions et aux difficultés de l’aviation. Certains estiment que près de 50.000 personnes, payantes ou non, auront assisté à ce spectacle, soit près d’un tiers de la population du canton de Genève (165.600hab.). Les organisateurs retireront un bénéfice de 30.000F d’alors, c’est donc un magnifique succès.

    Le 2ème meeting d’aviation de Viry, à Pâques, du 16 au 18 avril 1911, sur 3 jours, ne verra que 2 aviateurs en état de voler : Armand Dufaux et Maurice Perret (NE, 1887-1948) sur un Blériot à moteur Darracq de 24cv. Taddéoli n’a pas reçu à temps l’appareil Morane qu’il a commandé, Paul Wyss (voir : Biogr.) a cassé son Blériot et Paul Tournier pilote de voitures Pic-Pic a cassé son propre Dufaux la veille. Quant à Failloubaz, il ne peut pas venir, etc.. Mais pire, la Bise perturbe tout le week-end et personne n’ose décoller. Une journée est reportée au mardi, mais rien n’y fait. A un moment la foule s’échauffe, veut être remboursée et certains veulent tout casser. Armand Dufaux sauvera finalement cette manifestation en réalisant 2 et uniques vols risqués, à 10m de haut, dans le vent. L’été 1911 connaitra un 3ème meeting à Viry, avec 3 pilotes seulement mais de qualité : les Français Georges Legagneux (1882-1914) et Marcel Loridan (1889-19. ?), recordman du monde d’altitude (9 juillet, 3.200m), détenteur de la coupe Michelin, et le Genevois Emile Taddéoli. Aussi, à Viry, en août 1910 ce ne sont pas les spectateurs qui ont été volés !

    Les participants à La semaine genevoise d’aviation, à Viry (1910)

    Aviateurs, origine Brevet, pays,date Appareil(s), moteur, type No en course Remarques Statistiques
    Amerigo Stefano (1885-1948), Italie. No.3 Italie, 2.6.1910. 1 Aviatik (Mulhouse), biplan. No.3 Hangar-5 ? 47 départs, 148 tours de piste.
    Dufaux Armand (1883-1941) & Henri (1879-1980), Genève (CH), (Biogr.). Pas brevetés 1 Dufaux-4, Gnome 50cv biplan. +1 Dufaux-4, ENV, biplan. No.9 & 10 Hangar 2. 30 dép., 81 tours.
    Taddéoli Emile (1879-1920), Genève (CH), (Biogr.). Pas de brevet. 1 Morane, Gnome, 50cv, monoplan. No.8 Moteur emprunté pour la semaine. 29 dép. 73 tours.
    Audemars Edmond (1882-1970), Genève (CH), (Biogr.). No.100, F, 10.6.1910. 1 Demoiselle Clément Bayard, monoplan. +1 Tellier, Penhard-Levassor, monoplan. No.1 & 2 34 dép., 42 tours.
    Failloubaz Ernest (1882-1919) Avenches (VD, CH), (Récit). Pas de brevet. 1 Blériot-XI Anzani 25cv, monoplan. +1 Demoiselle C-B Anzani 25cv, monoplan. No.6 & 7 Blériot neuf. 29 dép., 33 tours.
    Mouthier Louis (1884-1970), Bourg-en-Bresse (F). No.157, F, 1.01.1910. 1 Blériot XI, Anzani 25cv, monoplan. No.5 12 dép., 8 tours.
    Paul Ernest (1876-1918) (F). No.91, F, 10.6.1910. 1 Voisin de course, ENV 40cv, biplan. No.4 Accidenté le 18.08. 3 dép., 0 tours.
    Carfagni Alphonse (1867-1924), Genève (CH), (Récit.). Pas de brevet. 1 Blériot-XI, ENV 40cv, monoplan. No.11 Garagiste. 2 Départs.
    Speckner Henri (1876-1947), Genève (CH), (Récit). Pas de brevet. 1 Blériot-XI, Anzani 25cv, monoplan. +1 Prampolini, Antoinette. No.14 Hangar-4. Importateur Bériot.  ?
    Nigg Charles (18. ?-19. ?), Genève, CH, (Récit). Pas de brevet. 1 Farman, ENV 40cv, biplan accidenté le 10.07. +1 Sommer, Antoinette, biplan. No.12 Hangar-1. Garagiste & impo-rtateur Voisin.  ?
    Tournier Paul (1878 ?-1955), (Récit). Pas de brevet. 1 Dufaux-4, ENV dès 26.08. --- Hangar-2. Coureur auto-mobile Pic-Pic. ---
    Grandjean René (1884-1963) Bellerive (VD, CH). Pas de brevet. 1 Grandjean, ENV 40cv. No.1x ? Cailler lui casse l’avion. 0 départ.
    Cailler Georges (1890-1938), Broc (VD, CH). Pas de brevet. Utilise l’avion de Grandjean. --- 1 départ et casse.
    Baron von Unruh (18. ?-19. ?), allemand à Genève, (Récit). Pas de brevet. 1 Blériot, Anzani 25cv. +1 Dufaux-4 Sigma dès le 26.08. No.13 Hangar-3, uti-lise mécanos de Speckner. 1 départ et casse (15.08).
    Beamish William (1888-1969), Thonon-les-bains (F), (Récit). Pas de brevet. 1 Dufaux-4. --- Hangar-2, dès le 26.08. ---
    Naville Maurice (18. ?-19. ?), Genève (CH), (Récit). Pas de brevet. 1 Naville, Anzani 25cv. --- Dès le 26 août. Ne vole pas.
    Brasier Pierre (1884-1960) & Gilles Pierre, Genève (CH), (Récit). Pas de brevet. 1 planeur type "Chanute". + Cerf volants --- Tracté-voiture puis, lâché. 1 et 3 vols.
    Deluz David (1889-1977), Genève (CH), (Récit). Pas de brevet. 1 planeur "Vol-au-vent" --- Tracté-voiture puis, lâché. 1 vol ou plus.
    Marchi Michele, 23 ans, Tessinois à Genève (Récit). Pas de brevet. 1 montgolfière. --- Ascension(s).
    Wyss Paul (1885-1958) (Biogr.) et E. de Traz (1889-19. ?) Pas brevetés. Sans avions. --- ---

    Tableau de distribution des Prix à Viry en 1910

    Aviateurs Total des vols 17 Prix d’une valeur de 30.000F (300.000F actuels) certains Prix sont distribués chaque jour !
    Amerigo Stefano. 4h54’43’’ (P1) Prix du syndicat des hôteliers de GE. (P2) 1er au Prix Association des Intérêts de GE. (P3) 1er au Prix du Kursaal de Genève (Casino). (P4) Vol le plus long 12’25’’.
    Dufaux Henri & Armand. 2h23’14’’. (P5) Prix Gondrand (maire de Viry). (P6) Prix du Club Suisse d’Aviation. (P7) Prix des Sportsmen. (P8) 2ème Prix de vitesse. (P9) 1e Prix de décollage court (60m).
    Taddéoli Emile. 2h41’35’’. (P10) Prix de l’altitude, avec 200m. (P2) 2ème au Prix Association des Intérêts de GE. (P8) 3ème Prix de vitesse. (P3) 2ème au Prix du Kursaal de Genève. (P11) 1er au Prix de la Société genevoise du commerce de détail.
    Audemars Edmond. 0h57’44’’. (P12) Prix Hermann Borel (meilleur tour de piste en vol (1900m). (P8) 1er Prix de vitesse (86km/h).
    Failloubaz Ernest. 0h50’57’.’ (P9) 2ème Prix décollage court. (P11) 2ème au Prix de la Société genevoise du commerce de détail.
    Mouthier Louis. 0h12’50’’. (P3) 3ème au Prix du Kursaal de Genève.
    Gilles Pierre --- (P13) Prix Léopold Eynard (Rolle) vol plané de 227m. (P14) Prix des cerfs-volants (334m de corde).
    --- --- (P15) Prix en souscription (2.000F) attribué à ? (P16) Prix Lumina pas couru (1.000F). (P17) Prix Perrot-Duval, contourner la cathédrale depuis Viry, pas couru (3.000F).

     

    JPG - 53.1 ko
    A gauche, au centre des 3 personnes, Edouard Magnat, père de la graphologie moderne en visite au meeting de Viry (H.Deluz).
    Par : Jean-Claude Cailliez
    Le :  mardi 13 avril 2010
  • Pour connaitre toute l’histoire aérienne de Viry, lire "Viry-Aviation, chronique des pionniers genevois (1909-1948)". Format A4, 172p, 115 photos, Edition La Salévienne, 06.2010, ISBN 2-905922-27-4, disponible à la Librairie
  • Bulletin-programme de 1910 (20 p.) (diaporama N&B, sonore, 02’, 60Mo 640x480pixels). Avec plugin QuickTime 7.1.3 minimum.
    Images des meetings de Viry en 1910-1911 (Diaporama N&B, sonore, 03’, 56Mo).

    Vous êtes ici : Accueil > Récits > Pendant 37 ans le plus gros meeting aérien genevois : la Semaine d’aviation de Viry d’août 1910 [2 vidéos]