Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
Randolph TRAFFORD (1907-1943), "gentleman volant", pilote à Genève à la fin des années 20 (1927) [vidéo]

 

Issu d’une famille aisée d’Angleterre, Randolph Trafford perd très jeune son père et son beau-père. Une fortune lui reviendra à sa majorité. En attendant, avec sa mère, il choisit de s’installer à Genève, d’y apprendre à piloter, d’acquérir un avion, puis deux. Excellent pilote, il relie en saison, avec le Morane portant ses armoiries, Genève à Michaelchurch (GB), où il a fait établir un champ d’aviation. La guerre le rattrape, il devient pilote sur porte-avions mais disparait lors d’un vol avec un élève.


Randolph Trafford dans le Morane-Saulnier MS-135 (CH-184), dans lequel sa mère fait parfois avec lui la route entre Genève et l’Angleterre (toutes photos : J.Baxendale).

Une jeunesse dans la noblesse de la campagne du Herefordshire

JPG - 8.1 ko
Une peinture de la main de Stanley Orton Bradshaw, vers 1929.

R.R.W.Randolph (de) Trafford naît en mars 1907 dans une très ancienne famille de la noblesse anglaise de province, unique garçon d’une famille de plusieurs enfants. Son père décède très tôt en 1910 le faisant l’héritier d’une fortune de 10.000£ à sa majorité (4 millions de £ actuelles). Sa mère se remarie mais est à nouveau veuve en 1921. R.Trafford a entre-temps vu son 1er avion se poser en urgence sur une plage de Trouville (F) en 1911 et alors décidé qu’il deviendra aviateur. Jeune homme à la très grande taille, accompagné de sa mère, ils quittent l’Angleterre fin 1926 pour s’éloigner de ces lieux douloureux et vivre pleinement dans un site fait pour les loisirs, avec lac, montagnes, une météo plus favorable et une école de pilotage à portée de la main : Genève !

Trafford acquiert un grand chalet et du terrain à Bellevue, au bord du lac (340 rte de Lausanne), qu’il améliore et qui existe toujours. Cointrin est à quelques km de là en Rolls-Royce Phantom I. Le patron de l’aérodrome en herbe genevois, Marcel Weber (voir : Biogr.), conseille Trafford dans l’achat d’un avion et va lui prodiguer des leçons de pilotage jusqu’à son brevet de vol. Ils deviendront très proches et les enfants de Weber s’en souviennent toujours. Weber acquiert en 1927 un avion Morane-Saulnier MS-137, biplace, qu’il va en juillet ramener en vol du Bourget à Genève et l’immatriculer en Suisse (CH-184). L’avion appartient officiellement au Topsy Club ("top-sicret club" ?), société crée par Weber pour les achats d’appareils qui iront à ses élèves. Ce MS-137, unique de Suisse, est aussi une rareté pour la Romandie, car les armoiries des Trafford sont peintes des deux côtés du fuselage avec, au sommet, la devise "Now Thus" brandie par un personnage, soulignées des initiales du pilote : R.R.W.R.T.

.
I Morane-Saulnier MS-137 I Envergure : 10,90m. I Surface portante : 20m2. I Poids à vide : 574kg.I Enregistrée en Suisse en : 1927-1934.
I Monoplan à aile haute entoilé, train fixe.I Longueur : 7m.I Moteur : Salmson 9 ac 120cv no.90010.I Poids maxi : 834kg.I Seul MS-137 de l’histoire suisse.
I Couleur : brun-noir. I Hauteur : 3,50m.I Hélice : Levasseur no.32627. I Vitesse maxi : 140km/h. I
I Immatriculation CH-184 blanche sur fond rouge. I Essence : 98L Huile : 18L.I Hélice diam. : 2,4m. Pas : 100m/m. I Autonomie : ? I ............................................
.

Genève, l’écolage, le pilotage, les meetings et les premiers vols vers l’Angleterre

JPG - 9 ko
Lors d’une escale à Bâle en rentrant d’Angleterre (02.08.1929).

En 1927, seuls 4 avions sont basés à Genève, dont ceux de Frédéric Dufaux, Edouard Vibert, Marcel Geneux-Fox et Ferrière, où la piste en herbe est encore peu encombrée. Trafford débute son écolage le 4 juillet sous la houlette de Weber. La formation consiste en de très nombreux et courts vols de 5 à 7 minutes, avec priorité aux décollages et atterrissages. Weber emmène son élève à certains meetings (Lausanne, Payerne, Dübendorf, Lyon) pour l’apprentissage de vols à longue distance (alors !). Quelle que soit la météo, le 15 décembre Trafford a accumulé 28h30’ de vol. L’écolage reprend dès avril 1928, incluant des visites à Lausanne, Colombier, Bienne, Lyon à l’occasion de meetings ou de ces concours qu’adore Weber. Le 16 juin, Trafford réussit son brevet type "I" (no.72) et devient membre de l’Aéro-Club de Genève. C’est aussi en juin 1928 suite à sa majorité que le pilote hérite du Trust Fund de 100.000£ ! En juillet débute la 1ère traversée vers l’Angleterre, aller et retour, accompagné de Weber, via de multiples escales : Paris, Croydon, St-Inglevert, Abbeville, le-Bourget, Villacoublay où l’avion est révisé (60h de vol). Le MS-137 rejoindra Genève en octobre, aux mains de Weber, via Romilly, Chatillon et Dijon.

Le 23 avril 1929 Trafford obtient son brevet type "II" et peut maintenant voler de ses propres ailes vers Lausanne ou Lyon, mais surtout vers l’Angleterre. Le 15 mai, il fait seul la traversée via Dijon, le-Bourget, Lympne, Croydon, Staglane. Jusqu’au 4 juillet il visite ses amis et utilise une quinzaine de terrains au cours d’une cinquantaine de vols, avant de rejoindre Genève via Berck, le-Bourget, Villacoublay (révision), Nancy, Strasbourg, Bâle et Cointrin. Il repart vers l’Angleterre accompagné de sa mère du 4 au 24 septembre (18h40’ de vol) en passant au retour par Beauvais et Fromentan. Une fuite d’huile et l’avion rentre par le train depuis Dijon. La dernière traversée se fait en solitaire en juillet 1930, suivie de multiples escales anglaises jusqu’au 7 septembre. L’avion qui a maintenant 127h de vol change probablement alors de mains car Trafford acquit en juin un biplan DH60G Gipsy Moth (G-ABAM, c/n 1263).

Michaelchurch (GB) : le champ d’aviation, les visiteurs et la belle époque

JPG - 10.1 ko
Un des meilleurs avions privés de la période, le DH-60 Gipsy Moth.

En 1931, R.Trafford est de retour en Angleterre à Michaelchurch où il agrandit la maison familiale, fait établir un champ d’aviation local et prend un appartement à Londres. Ces sont les belles années de Michaelchurch avec des visiteurs arrivant du monde entier, des acteurs, des personnalités, la "gentry" et les réceptions. Sur cet unique aérodrome du Herefordshire certains hôtes débarquent bien sûr avec leur avion et des Rallyes peuvent y faire étape. Faisant suite à des meetings en Grande-Bretagne (Hendon, Lympne, etc.) des aviateurs connus y font halte dès 1934. Parmi eux deux futurs acteurs de la Luftwaffe dont certains vont attaquer Albion : Hans Seidemann (1902-1967), dans la Légion Kondor en Espagne en 1938, sera responsable du bombardement du sud de l’Angleterre en 1940 ; Erwin Clausen (1911-1943), futur as de la chasse qui abattra 143 appareils ; parmi d’autres visiteurs Germains. Leur participation aux concours anglais n’est alors pas ininterressée.

De son côté, Trafford est parfois invité à participer à des événements semblables sur d’autres terrains et à l’étranger à bord de son de-Havilland. Il remporte le Rallye aérien international des Grands vins de Touraine devant 38 candidats (juillet 1937). En Angleterre, un peintre de l’aviation localement célèbre fixera sur la toile et en couleur les 2 avions du propriétaire. Notons encore que parmi la douzaine d’avions des visiteurs du 20 août, celui de l’aéroclub de Genève amène les pilotes Marcel Devaud (voir : Biogr. ) et son ami Carlos Garcia-Palacios (1896-1968). Devaud préside l’aéroclub genevois et sera à la tête de l’Aéroclub de Suisse en 1945. Quant au second, Chilien, après avoir été le premier américain à traverser le Sahara en voiture en 1936, il est un haut fonctionnaire de la Société des Nations (future ONU).

R.Trafford s’offre encore un yacht en Méditerranée qu’il n’aura l’occasion d’utiliser qu’une seule saison. Construit en 1911, long de 70 pieds, le "Viva" transporte le pilote et quelques invités de Gibraltar à la Sicile en mars 1938. En été il est ancré à Cannes sur la Croisette. En automne Trafford est de retour en Angleterre. Au printemps suivant, on sent hélas que la guerre est proche...

Pilote de guerre sur porte-avions, dans la Fleet Air Arm

JPG - 11.4 ko
Le MS-137 devant les bâtiments de Cointrin en 1927.

La guerre déclarée, cet amoureux de la voile et de l’aviation rejoint en octobre la Fleet Air Arm (Royal Navy). Il suit plusieurs formations débutant à Eastleigh et Hart (RNAS). Pilote et homme apprécié, très bien noté, il est versé en septembre 1939 au 828ème squadron à Lee-on-Solent, où il s’entraîne sur biplan Fairey-Albacore. En janvier 1940 il est au 755ème squadron à Worthy Down où il vivra un atterrissage forcé sans blessure, avec un Blackburn Shark trainer (panne moteur). En été, à Abbotsinch, l’entraînement au torpillage utilise des Swordfish et Shark. Puis c’est un "Deck Landing course" à Arbroath, au 767ème squadron. Hélas, en février 1941 son baraquement de Prestwick prend feu, il doit sauter du 3ème étage pour éviter la mort. Un genou très abîmé vaut à ce lieutenant plusieurs mois de convalescence et le statut qu’il ne souhaite pas de non-opérationnel. On lui donne alors un rôle d’instructeur de vol au 781ème squadron toujours à Lee-on-Solent dès novembre. Puis, en avril 1942, il est à l’amirauté (HMS President) pour de "special & miscellaneous services"…

Le 18 janvier 1943, Trafford revient en vol de St-Merryn vers la base de Yeovilton, école de chasse navale, à bord d’un monoplan Fairey Fulmar-II (no X8812 codé 6F). Avec lui, l’élève pilote de 20 ans J.W.Tyrrell. L’approche se fait par mauvaise visibilité, l’appareil heurte un relief à Dartmoor et brûle dans la campagne proche à Okehampton (Devon). Les deux occupants sont tués. Ainsi se termine la carrière d’un excellent pilote, un célibataire bon vivant, parmi ceux à qui Marcel Weber inculqua ce virus du vol dès 1927.

Que reste-t-il aujourd’hui de tout cela ? Le yacht est réquisitionné en Méditerranée par les Allemands en 1942, disparaîtra sans laisser de traces. Le chalet de Bellevue est vendu en mai 1948 à Mme J.L.de-la-Geneste, épouse d’un pilote français membre de l’Aéro-club genevois. Le champ d’aviation de Michaelchurch retourne à l’agriculture. Le domaine de Michaelchurch passe en d’autres mains en 1974. On ne connait pas le devenir du MS-137/CH-184 après 1935. Le Gipsy Moth avait été vendu en août 1838 à Malling Aviation ltd et le 18 août 1939, peu avant la guerre, un pilote l’avait définitivement crashé à Borough Green. Il ne reste aujourd’hui qu’une ancienne hélice en bois accrochée chez des descendants et une quinzaine de photographies jaunies. Par chance, un petit neveu, James Baxendale, vient de faire une recherche étoffée sur son parent, d’où est tiré ce résumé. Merci à lui d’avoir sorti ce pionnier de l’oubli !

 

JPG - 54.3 ko
Randolph Trafford à Michaelchurch en 1934, parlant avec un aviateur allemand. Gipsy Moth G-ABAM.
Par : Jean-Claude Cailliez
Le :  lundi 26 novembre 2007
  • Source et manuscript : Randolph Trafford, a pioneer of aviation in Herefordshire and Geneva : the flying years 1927-1943. Auprès de James Baxendale
  • Randolph Trafford (sonore, 02’, 42Mo). Nécessite le plug-in Quick-Time 7.1.3 minimum.

    Vous êtes ici : Accueil > Randolph TRAFFORD (1907-1943), "gentleman volant", pilote à Genève à la fin des années 20 (1927) [vidéo]