Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
Henri et Armand DUFAUX : créateurs complémentaires tant géniaux que modestes (1902-1912) [2 vidéos]

 

Si Armand est un créateur doué d’une extraordinaire habileté mécanique, son frère Henri joue le rôle du concepteur de leurs inventions qu’ils réalisent et testent de conserve. On connaît bien leurs réalisations genevoises (hélicoptère, avion) mais on a oublié les succès parisiens, plus importants et plus durables, mais pas toujours aéronautiques.


Armand et Henri Dufaux le 28 août 910 à l’arrivée de la traversée du lac Léman dans sa plus grande longueur, à la Gabiule (GE).

1899-1911, premiers dans de nombreux domaines et avec du succès

Jeunesse d’Henri et Armand :

JPG - 5.3 ko
Henri, à 12 ans, peint pas son père Frédéric.
18.09.1879 Henri naît à Chens sur Léman (F) et porte le prénom de son grand-père maternel. Fils d’une baronne française née de Rochefort Luçay et d’un peintre, sculpteur et portraitiste localement célèbre (Frédéric)
13.01.1883 Naissance à Paris d’Armand. Une sœur aînée est déjà née en 1878.
Henri étudie aux Beaux-arts à Genève, Florence et Paris. Elève de Menn.
--------------------Armand fait ses classes à l’école Latour, rue Pécollat, puis au collège et étudie ensuite la mécanique.

(M) Motocycle et (A) aéronautique :

1898 (M)Création d’un moteur qui peut se rajouter à une simple bicyclette.
1899 (M)Fondation de la société en commandite H. & A. Dufaux Fils (HADF) avec François Cuillery et Edouard Demole, siège à Carouge (GE).
1900 (M)Etude d’un moteur léger pour vélo : 0,25cv, 4 tps, 1200 t/min, 18kg, 21km/h.
02.1900 (M)Brevet no.21167 du dit moteur.
1901 (M)Brevet no.21167 du dit moteur.
13.10.1901(M)Armand vainqueur de la course moto Trelex-St-Cergues.
*
1902 (A)Premières études pour un appareil à décollage vertical ou à décollage court type ADAC/V, aujourd’hui appelé "Convertibe" ou "Tiltrotor" dont ils inventent le concept ainsi que le procédé de freinage par hélice.
1902 (A)Tests avec des cerfs-volants, des hélices, des maquettes.
1903 (M)Le mot Motosacoche est créé.
1903 (M)2ème atelier, 22 rue du Grand-Bureau (fabrique de l’Hélico et futurs avions).
10/15.11.1903 (M) A.Dufaux et F.Cuillery gagnent les 1000km de Paris sur Motosacoche.
1903 (M)Création d’une fabrique plus grande et production de moteurs de motocyclettes. Transformation de la raison sociale en : H & A Dufaux & Cie (HADCo).
24.02.1904(A)Brevet d’un hélicoptère et la maquette du modèle réduit de l’ADAC/V dont l’hélicoptère est la motorisation.
25.06.1904(M)Ascension des Treize-Arbres (Salève) sur 2 bicyclettes routières munies de la Motosacoche, pente à 12 puis 20%, routes inexistantes et cailloux.
1904 (M)3ème atelier, rue des Caroubiers (fabrication en série de motos).
02.1905 (A)Brevet CH no.33302 pour un convertible (Tiltrotor).
1905 (M)Extension, 4ème usine "La Motosacoche", 56 rue des Acacias (produc. 30/35 machines/jour). Soc. anonyme Motosacoche S.A. Dufaux & Cie (MSADC).
*
Début 1905 (A)Construction et essai de l’hélicoptère (Récit).
12/14.4.05(A)Présentations publiques et vol de l’hélicoptère à Genève.
29.4/7.5.05(A)Maquette ADAC/V exposée au salon de l’auto sur le stand Motosacoche (GE).
12-14.5.05(A)Démonstrations et succès de l’hélicoptère à l’Aéroclub de France.
1906 (A)Plans du moteur 120 cv, pour l’ADAC/V en grandeur réelle.
1906 (A)Premières apparitions de l’aéronef ADAC/V en grandeur 1:1.
1906 (M)La HADCo est en liquidation.
02.1907 (A)Brevets CH no.39504, 39505, 39549, 39550 pour l’ADAC/V et son moteur.
1907 (A)Construction et essais du moteur 120cv et ses hélices.
1908 (M)Édification d’une grande usine Motosacoche à Turin (Societa Meccanica Italio-Ginevrina) pour produire 50 machines par jour, avec 300 employés.
1908 (A)Construction de l’ADAC/V "Convertible" "Tiltrotor" à Corsier (Récit).
06.1909 (M)La HADCo est liquidée, les frères Dufaux n’ont plus rien à voir avec les Motosacoches, l’usine et leurs constructeurs.
JPG - 10.2 ko
Les frères Dufaux devant le Bâtiment électoral, en 1905 (photo AEG).

Aéronautique

Été 1909Test de l’appareil ADAC/V, abandon de la propulsion verticale.
10.1909Construction d’un avion biplan à fuselage, l’appareil no.3 (Dufaux-4).
Fin 1909Usine de construction d’avion et d’hélice à Genève, la 1ère de Suisse (Récit).
11.1909Recherche d’un terrain pour tester l’avion.
12.19091ers décollages avec l’avion, l’appareil no.3 à moteur Anzani, à Viry.
17.12.1909Destruction partielle, reconstruction immédiate de l’appareil.
*
29.01.1910Fondation de la société de l’aérodrome de Viry (voir :Lieu).
9/11.1.1910Au meeting de Planeyse (NE) ne volent pas (voir : Récit).
15.04.1910Paul Tournier accidente un Dufaux-4. Il s’en achètera un le 10 août.
05.1910La commission militaire suisse n’apprécie pas cet appareil.
16.06.1910On monte le moteur en ligne ENV.
27.06.1910Vol de 8km autour du terrain de Viry.
10.07.1910Vol de 23km à Viry, casse de l’hélice à l’arrivée.
12.07.1910Vol de 31’ à Viry. Un vol encore, le 18 juillet.
24.07.19104 envols à Viry, devant 2.000 personnes.
26.07.1910Décision de créer le meeting de Viry-Aviation à la mi août.
08.1910Un 3ème Dufaux-4 est équipé d’un moteur rotatif Gnome de 40 CV.
14/21.8.10Meeting de Viry, nombreux vols (total 2h23’) d’Armand, et Prix (Récit).
26.08.1910Vente d’un Dufaux à M. Beamish.
27.08.1910Envoi de l’avion à Noville (VS) pour la traversée du lac (Récit).
28.08.1910Traversée du Lac Léman, gain du prix de 5’000F de la Société Perrot-Duval & Cie. Nouveau record du monde, le double de Blériot sur la Manche. Armand est le pilote.
04.09.1910 Armand tente de passer le brevet de pilote français à Viry devant Eugène Favier de l’AéCF.
09.1910Brevet CH no.33302 pour les attaches d’ailes d’avions.
10.1910Chronomètre d’or décerné par le Conseil Fédéral avec l’inscription suivante : "De la part du Conseil Fédéral aux premiers aviateurs Suisses".
10.1910Ecole de pilotage à Viry, pilote Taddéoli. L’avion Dufaux et Taddéoli participent aux meetings d’Avenches, Berne, Planeyse, Brigue.
10.1910 Armand tente de passer le brevet de pilote suisse à Berne.
11.1910Failloubaz commande un Dufaux-5.
12.1910Un Dufaux est mondé sur flotteur pour gagner le prix de l’AutoCS, équipé d’un moteur Oerlikon. Il n’arrive pas à décoller du lac (Récit).
*
12.01.1911Failloubaz test son Dufaux-5 biplace.
04.1911Armand vole au meeting de Plan-les-Ouates et de Viry.
13.04.1911Armand vole de Genève—Thonon aller-retour
05.1911 A. Dufaux et Failloubaz font une démo de l’avion à Issy-les-Moulineaux (F). Les Dufaux lui cèdent la licence aviation.
21.05.1911Inauguration du monument à la Gabiule. Aujourd’hui déplacé devant le no.52 du chemin Armand Dufaux.
07.1911 (A)Transfert des activités, des appareils en constructions, outils et pièces à Faillouabz. Les Dufaux abandonnent l’aéronautique.
09.1911 (A)1er vol militaire suisse. Sur avion Dufaux (Récit).
1909-1912Henri et armand n’ont jamais passé leur brevet de pilote.
1900-1911Très nombreux brevets moto et avion déposés dans plusieurs pays européens.
08.1912Les 2 frères s’embarquent pour les USA qu’ils visitent pendant 5 mois : New-York, Lac Michigan, Chicago, chutes du Niagara, An-Arbor, etc.

Armand Dufaux n’a pas de brevet de pilote. C’est parce qu’il échoue à l’examen d’atterrissage qu’il n’obtient pas le brevet suisse et qu’il n’a pas pu se représenter le lendemain par suite de circonstances indépendantes de sa volonté. Le Club Suisse d’aviation genevois, seul à attribuer ces licences souhaitait pourtant lui attribuer le no.1. Le nom de Dufaux ne figure donc pas sur la liste des 50 premiers pilotes suisses, ce brevet n’étant alors pas obligatoire. E.Failloubaz deviendra alors le pilote no.1

Armand Dufaux : un habile inventeur et réalisateur en aviation ou automobile (période 1913-1941)

JPG - 5.6 ko
Portrait d’Armand Dufaux en 1910

Après l’épisode aéronautique genevois, Armand Dufaux poursuit une riche carrière industrielle à Paris, dans l’aéronautique jusqu’à la fin des années 20s, puis dans l’automobile durant les années 30s. Revenu à Genève en raison de la 2ème Guerre mondiale, malade, il y décède à 58 ans.

Brillant ingénieur, il avait notamment construit un moteur en étoile de 7 cylindres placé sur le moyeu arrière d’une motocyclette mais cette invention ne fut pas diffusée (Brevet suisse No.64612 du 10.05.1913, Roue motrice pour véhicule).

Aéronautique

Dès 1913Industriel à Paris, travaille dans l’invention et la construction d’accessoires pour l’aviation. Dirige une usine de pièces pour l’industrie aéronautique.
191xSociété anonyme des avions Dufaux, anciens établissements Ponnier », 67 Bd Bessières, Paris, usine au 33 rue Croulebarbe.
10.04.1915Contrat de la société Hanriot-Ponnier-et-Cie dont il est un des 3 principaux actionnaires, pour exploiter la licence Dufaux No.74394 du 22.01.1915.
05.1915Fonde la Société pour la construction et l’Entretien d’Avions (SCEA ou SCA).
1915-18Dirige cet atelier de réparations d’avions militaires venant du front.
1915-1916Projet du chasseur Dufaux-C1, biplan biplace, avec hélice propulsive au milieu du fuselage. Prototype testé en 1916 (Récit).
1915-1917Sur demande de Nungesser, étudie un avion-canon dans lequel les 2 moteurs placés au centre avant du fuselage laissent passer un canon à travers l’axe de I’hélice.
1916-17Construisit un moteur d’avion de 50cv sur le principe de celui de l’hélicoptère (1905). Moteur retenu par la Commission des Inventions. Essais et démonstrations très concluantes en 1917.
1918Essais de l’avion-canon à Villacoublay, réceptionné par l’armée peu avant l’armistice.
19xxMarié à Marcelle Zavatero.
Avant 1920Construit des bobsleighs.
1920sNungesser lui demande un moteur de 600cv, basé sur celui de l’hélicoptère, pour traverser l’Atlantique en mai 1927. Le ministère français n’accepte pas ce concept.
1920sArmand abandonne définitivement l’aviation.

Automobile

192xMet au point un pare-chocs à résistance variable selon la vitesse de l’automobile.
192xReprend la construction d’un amortisseur à vapeur qu’utiliseront la plupart des voitures de courses de l’époque.
192xConçoit un amortisseur télé réglable qui a fait date dans l’histoire automobile. Presque toutes les voitures des premières années d’après-guerre sont équipées de "l’amortisseur-Dufaux.
Habite 87 rue Baudin, Levallois-Perret, Seine (F).
Brevets anglais d’amortisseurs. (1.) : No.196.616 ; déposé 20.04.1922 ; application (GB)le 19.04.1923, No. 10.698/23 ; accepté 08.11.1923) : Amortisseur pour suspension de moteur ou autres véhicules. (2.) : No.205.085 (déposé 03.10.1922 ; application (GB) le 03.10.1923, no.24.601/23 ; accepté, 28.08.1924) : A dust cap or Protector for Ball-and-socket Joints. (3.) : No.374.343 (déposé 31.10.1930 ; application (GB) le 14.09.1931 no.25.748/31 ; accepté 09.06.1932) : Improvements in Liquid and friction Shock Absorber for Automobiles. (4.) : Version allemande No.561.593, du 29.09.1932, en vigueur le 22.09.1931.
*
13.03.1931Reçoit la Légion d’honneur, ainsi que son frère Henri.
1930sVit autant à Paris que dans le midi de la France.
1939Revient à Genève au début de la 2ème Guerre mondiale, sa santé s’est détériorée.
17.07.1941Décès d’Armand à 58 ans, à Genève. Il repose au cimetière du Petit-Saconnex.
19xxBaptême du chemin Armand Dufaux à la Gabiule (1245 Collonges-Bellerive - 1246 Corsier).

Henri Dufaux : le pionnier de l’air qui a vécu le plus longtemps sur terre (période 1913-1980) !

JPG - 8 ko
Portrait d’Henri Dufaux en 1910.

En 1913, Henri Dufaux revient à la tradition familiale de la peinture. Il retourne aux Beaux-Arts à Paris. Peintre, illustrateur de livres et de revues, il s’inspire de ses nombreux voyages en Afrique et en Océanie, entrepris durant l’entre-deux-guerres. Il peint jusqu’à son dernier jour.

Peinture

1920Conseiller administratif de la Ville de Genève.
1922-39Voyages autour du monde, en pays chauds, sauf en Asie, 15 fois en Afrique, devient "peintre colonial". Vend parfois ses toiles sur place.
1922Transforme une auto alimentée à l’essence en gazogène pour aller tourner un film "La vie des termites", en Afrique. Film riche en observations précieuses.
1923Fait un voyage en Afrique accompagné de son ami Josef Müller.
1928Est en Afrique avec Paul Roubaud dans une Ford chauffée au bois, sur Dakar-Leopoldville.
13.03.1931Reçoit la Légion d’honneur, ainsi que son frère Armand.
1935Avec l’explorateur-écrivain René Gouzy à Tahiti, en un voyage de 8 mois.
1938Encore en voyage avec R.Gouzy. L’année précédente Henri lui a dessiné un frontispice et une vignette pour son livre "Paradis", paru chez Attinger (NE).
1939-1945A Genève durant la 2ème Guerre mondiale.
1941-43Décès de ses frère Armand & sœur Amélie (1941), de ses père et mère (1943)
1955Membre de la Soc. des peintres et sculpteurs suisses, de la Mutuelle artistique des Amis des Beaux-Arts, de la Soc. des anciens Africains, des Soc. auxiliaire du Musée d’histoire naturelle et Soc. auxiliaire du Musée d’Ethnographie et de la Soc. nautique et gymnaste.

Honneurs

JPG - 14 ko
Henri Dufaux et Neil Armstrong en 1972 à Lucerne
(photo : Musée des transports).
1947Baptême de l’air en hélicoptère Hiller 360 à Dübendorf.
1955Flamme publicitaire PTT dédiée aux frères Dufaux, fêtant les 50 ans de l’aviation. Henri et l’avion Dufaux-4 sont aussi présents au meeting de Cointrin de juin 1955 (voir : Récit).
1963-70 (A)Crée un appareil pour le vol à propulsion musculaire à ailes battantes, "l’Alouette", aujourd’hui conservé démonté au Musée des transports de Lucerne (Récit).
25.06. 1967 Reçoit le diplôme Paul Tissandier de la FAI.
1972A l’inauguration du pavillon de l’aviation au Musée des transports de Lucerne, aux côté de Neil Armstrong, 1er homme à marcher sur la Lune.
06.1976Fêté au meeting aérien d’Emmen, devant 120.000 spectateurs, pour les 75 ans de l’Aéro-Club de Suisse (AéCS).
1976Epouse à l’âge de 97 ans Maria Emélie ("Maria Dia") Rocher (75 ans), sa gouvernante antillaise depuis près 50 ans.
Début 1977Membre d’honneur de la section de Genève de l’AéCS, il reçoit une médaille des mains du président.
En 1979Les autorités aéronautiques genevoises, l’AéCS et de la Fédération Aéronautique Internationale (FAI) l’honorent à l’occasion de son centenaire.
13.09.1979Reçoit une médaille du souvenir et de la reconnaissance offerte par le commandant de corps chef des troupes d’aviation et de DCA, à Payerne.
1979Reçoit la médaille d’honneur des vétérans de l’aviation.
1979Fêté à la Salle de l’Alabama pour la célébration "officielle" de son centenaire. En présence de J. Vernet, président du C.E., des Conseillers d’Etat. Donzé et Wellhauser et des Conseillers Administratifs Ketterer et Emmenegger.
1979Expose ses œuvres à la Société mutuelle artistique (SMA), 56 avenue Wendt.
1979Le Fonds de décoration de la Ville lui achète des peintures pour le Musée d’Arts et d’Histoire de Genève.
07.11.1980Reçoit à l’aérodrome de Cointrin, les Ailes de cristal décernées par l’Assoc. Suisse des Journalistes Aéronautiques et Astronautiques.
25.12.1980Décès à 102 ans, à 23h, le jour de Noël.
30.12.1980Inhumé au cimetière du Petit-Saconnex, près de son frère, salué par l’ULM "Fledge-Ling" de Marcel Lachat, en vol, devant une foule très nombreuse et les autorités.

Philosophie

- Que deviendront vos souvenirs M. Henri Dufaux ? "Ce n’est pas mon affaire. Au feu, à moins qu’un musée s’y intéresse..."

- Le secret de votre longévité ? "L’abstinence et le rire."

La fameuse maison du 62 rue de Lausanne, qu’Henri céda à l’Hospice général, est démolie en 1982. En septembre 1984 le gros œuvre de la "Maison Dufaux" est terminé (9 étages), elle abritera dès 1985 le Centre médico-social des Pâquis, des commerces, etc. ...

JPG - 37.1 ko
Armand Dufaux, à Viry (F), été 1910, devant le Dufaux-4 qui traversera le Léman.
Par : Jean-Claude Cailliez
Le :  vendredi 8 juillet 2005
  • Le nom d’Armand Dufaux a été donné à une rue de Corsier, près de la plage de la Gabiule, lieu d’arrivée de la traversée aérienne du lac en août 1910. Un monument rappelant cet exploit s’y trouve aussi. La ville d’Opfikon, au sein du Glattpark, baptisa une rue Dufaux également.
  • Pour plus d’informations sur les Frères Dufaux, voir les publications :
  • "Les frères Dufaux et le vol vertical" La Revue no.35, Conservatoire National des Arts & Métiers, Paris, 06.2002.
  • Pour connaître leur apport à l’aviation, lire : "Viry-Aviation, chronique des pionniers genevois (1909-1948)". Format A4, 172p, 115 photos, Edition La Salévienne, 06.2010, ISBN 2-905922-27-4, disponible à la Librairie
  • Henri Dufaux, 1956, 1978 (vidéo-diaporama, sonore, 05’, ≈104 Mo), nécessite le plugin QuickTime 7.1.3 minimum.
    Les frères Dufaux : moto, hélico, avion, etc. (vidéo couleur 2007, sonore, 10’52’’, 719Mo). Reportage Autrefois Genève, David Charrier, Jean-Claude Brussino. Ne pas hésiter à laisser downloader suffisamment avant consommation.

    NB : Ceux qui souhaiteraient obtenir une copie numérique du film de Bertrand Nobs "Souvenir d’envol" (1981-82, 55’, sonore) retraçant la vie de René Grandjean et de ses amis (Failloubaz, Cailler, etc.) et autres frères Dufaux, sont priés d’envoyer un message à l’auteur du texte ci-dessus. Selon l’impact, B.Nobs choisira de numériser son film au profit du plus grand nombre.

    Vous êtes ici : Accueil > Henri et Armand DUFAUX : créateurs complémentaires tant géniaux que modestes (1902-1912) [2 vidéos]