Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
Poussières d’étoiles : abécédaire de célébrités de l’air en terre lémanique, 1800-2005 (2/6) [3 vidéos]
  CHAPITRE-2 : Petite et grande histoire se côtoient sur le tarmac de Cointrin et dans le ciel genevois. Des person- nages célèbres, en leur temps ou leur siècle, apportèrent leur touche d’aéronautique à l’histoire locale lémanique, voir romande. Et encore, ne savons-nous probablement pas tout ; ceci n’est peut être qu’un fragment d’un sommet d’un seul iceberg :
- De 1890 à nos jours, au gré de l’ordre alphabétique, voici quelques poussières d’étoiles parmi une constellation de stars de tous types.

Yves Rossy, l’homme volant, nous fait rêver ! Il s’agit de l’être humain le plus proche du rêve d’Icare et l’un des Helvètes les plus connus, tout en gardant sa nature et sa modestie.

Manser, Nicollier, Orde-Lees et Piccard : des arbres à l’espace, via toute la planète !

JPG - 13.4 ko
Claude Nicollier acteur de la réparation du télescope Hubble en 1993.

- Le Bâlois Bruno Manser (1954-200 ?) vit 6 ans à Bornéo chez les Pénans en cachette du gouvernement et mène une politique de défense des indigènes et de protection des sites naturels. Refoulé en 1990, il crée une fondation et débute sa communication mondiale sur le thème qui obtient beaucoup de succès. En 1998 il souhaite faire la paix avec les autorités malaises, retourner à Bornéo, au Sarawak, et offrir un agneau de paix au 1er ministre musulman. Sans aucune réponse de ce gouvernement, B.Manser se contraint à changer de tactique : Il apprend rapidement à sauter en parachute et décide de sauter avec l’agneau au-dessus de l’ONU, à Genève. L’administration aérienne ne l’autorise qu’à sauter dans la campagne nyonnaise. Le lundi 6 avril 1998, il s’embarque avec l’agneau Gumperli dans un Pilatus qui décolle de Cointrin à 13h. Bruno saute depuis 2000m avec un parapente aux couleurs malaisiennes, tenant un drapeau du Sarawak, et se pose à 2km du point prévu, sans aucune difficulté. L’agneau cajolé se met à brouter, pas plus impressionné que Bruno. Ce dernier est rentré en douce à Bornéo en mars 1999 et n’a plus jamais donné de nouvelles …

[05.2011] Bruno Manser en vol au dessus de deux "cantons" ! (1998-1999, vidéo sonore, 01’30’’, 45Mo). Format QuickTime 7.5. minimum.

- Claude Nicollier (né en 1944) est l’unique suisse au rang de spationaute avec 4 expériences spatiales entre 1992 et 1999 et l’un des rares à voler sur les 4 différentes navettes de la NASA. Avant cela, à la fin des années 50, Nicollier fit son baptême de l’air à Cointrin à bord d’un Beech B.35 Bonanza. En 1966, il est déjà pilote militaire et vole de 1983 à 1987 sur un Hawker Hunter dans l’escadrille francophone 5. C’est dans ce rôle que le jeudi 17 novembre 1994, au sein d’une escadrille de 9 avions partis de Sion et menés par le cap Jean-Luc Schorer (instituteur à Bernex), Nicollier se pose sur l’aéroport de Cointrin : "Un "break" parfait exécuté au-dessus de l’aéroport qui est suivi d’un atterrissage par paire en 23. … Les appareils repartent pour se rassembler sur Passeiry avant de nous gratifier d’un dernier message." A noter encore que le genevois François Keller était aux commandes de l’un de ces Hunters qui seront tous retirés du service en fin d’année après 36 ans de bons services. Le 14 juin 1995, J.L.Schorer pilotera le Hunter que Cointrin gardera pour le futur, monté sur trois piliers et installé près de l’AéroBistro.

JPG - 7.5 ko
Bertrand Piccard et la maquette de l’avion solaire HB-SIA (déc.2007).

- Thomas Orde-Lees (1817-1958), ce militaire anglais basé en Chine prend part à l’abominable rébellion des Boxers en Afrique-du-Sud. Capitaine dans la Royal Navy, il fait partie de l’expédition Shackleton qui veut rejoindre le Pôle-sud invaincu (1914-1917). Ce sportif excentrique est parmi les 7 survivants des 10 membres abandonnés sur place pendant que Schakleton recherche du secours à bord d’un canot à rames. Au sein des aérostiers durant la 1ère guerre, Orde-Lees est le pionnier britannique du saut en parachute dès 1917 et formera le 1er groupe du Royal Flying Corps, celui des forces armées japonaises et plusieurs femmes dans le civil. C’est bien lui qui est un des 1ers à sauter en parachute sur Cointrin en avril 1921 avec sa compagne d’alors (voir : Récit). Finalement Lt-colonel et marié à une japonaise, il terminera sa carrière en Nlle-Zélande dès 1941.

[12.2015] Les parachutistes Thomas Orde-Lees & S.Boyden en 1919-1921 (diaporama musical 03’13’’, 79Mo). Format QuickTime 7.5 minimum.

- Quelle liesse et quelle émotion lorsque Bertrand Piccard et Brian Jones descendent d’un jet le lundi 22 mars 1999 vers 12h30 après avoir plus que réussi le tour de la planète avec leur ballon Breitling Orbiter III. Héritier d’une dynastie célèbre tant très haut dans le ciel qu’au bas des abysses, le psychologue Bertrand Piccard (né en 1958) s’est fait d’abord connaître par le vol en ailes souples avant d’exceller dans le ballon à gaz et de promouvoir l’avion mu à l’énergie solaire. Le grand hangar de Cointrin contient tout juste la foule et le conseiller national Adolph Ogi domine le brouhaha en saluant nos deux "z’héros" que l’on peut alors interpréter autant comme des kamikazes que des surhommes selon l’humour de l’instant (voir : Récit).

Un Quidam bien réel, Yves Rossy, Michel Simon, Santos-Dumont ou Tibetts : de l’air aux extrêmes !

- Est-il vrai qu’un troufion s’était envolé sans prévenir à bord d’un gros chasseur de l’armée suisse durant la 2ème Guerre mondiale ? L’histoire du fameux "soldat Burdet" est-elle véridique ? Le genevois Claude Stouky (1914-1996) fit deux relèves à l’escadrille 5 comme officier technique, dont 75 jours à Avenches dès le 30 août 1940. Il constata ce fait extraordinaire. "Le 31 octobre, vers 9h du matin, alors que nous sommes au rapport dans le PC, un soldat ouvre la porte et sans s’annoncer crie : "Un avion est parti !" Nous éclatons de rire, car il n’y a là rien d’extraordinaire à cela. Mais le soldat ajoute : "C’est un soldat qui pilote !" Nous sortons en courant de la baraque et voyons un Morane-406 (= D-3800) qui fait une volte autour du terrain."

"Il s’agit effectivement du soldat-mécanicien Ducrest. Ce jour là, il décolle directement d’une place de parc en nord-sud, fait un tour et demi de terrain sans fermer la cabine et se présente pour poser en sud-nord. Son atterrissage est bon et il roule jusqu’ à l’endroit d’où il était parti (vol de 3 minutes)." Nous apprendrons après coup que ce gaillard avait environ 15h de vol en double commande avant la mobilisation et rêvait de faire un vol en Morane. Pendant de longs mois, il questionna les pilotes les uns après les autres pour savoir à quelles vitesses il fallait décoller, rentrer le train et les volets, les ressortir et faire l’approche pour atterrir. Le capitaine le félicite pour son atterrissage et Ducrest écope de 10 jours d’arrêt. "Ce fut une belle gifle pour le chef des instructeurs de vol qui prétendait que le Morane était un avion très délicat et qu’il fallait une longue expérience de pilote pour transiter sur cet appareil."

JPG - 9.4 ko
Portrait âgé de Santos Dumont sur un billet de banque brésilien.

- Yves Rossy (né en août 1959), cet ex-pilote de chasse suisse sur Mirage-3 devenu le véritable "rocket-man" du 21ème siècle a démontré énormément de choses à bord "d’objets volants" motorisés ou non dont plusieurs de sa conception (voir : Récit). Cet homme de cœur, cette star vivante (malgré lui) n’a pas débuté l’aéronautique comme on pourrait le croire. Dans l’ouvrage "Yves Rossy, homme volant", de Thierry Peitrequin (2009) on peut lire :

"Incroyable mais vrai, l’homme volant prétend qu’il n’était pas doué pour les cours de l’Instruction Aéronautique Préparatoire suisse (IAP) suivis à Genève et à Colombier [piste détrempée à GE] sur des AS202 Bravo [HB-HET & HFA]. Après 2 stages de 2 semaines [1977-78, cheffe-moniteur Arlette Borradori], un moniteur le lui a dit carrément. Et l’élève Rossy détaille même qu’il n’était pas réveillé, qu’il manquait d’assurance, de maturité, qu’il peinait et était juste à niveau. Le moniteur [Laurent Delbrouck (1937-2015)] l’a tout de même inscrit pour le 2ème cours : il le trouvait sympathique. Yves avoue avoir passé ce second cours de justesse et il s’en souvient très bien" : Le moniteur m’a dit que je pouvais faire un bon pilote privé, mais que je pouvais aussi oublier celui de pilote militaire ou de pilote de ligne. Là j’ai pleuré, ça m’avait complètement abattu. Il avait su toucher mon orgueil et j’ai voulu y arriver… Et "Fusionman" n’a pas fini de nous étonner.

- Quant au célèbre acteur de cinéma et de théâtre Michel Simon (1895-1975), il avait quitté Genève pour Paris, en 1912, afin de devenir aviateur et non pas le grand comédien que l’on sait.

- Alberto Santos-Dumont (1873-1932), ce franco-brésilien, aérostier du 19ème siècle, pionnier des dirigeables, 1er homme à réaliser un vol chronométré avec un moteur à explosion en Europe (11.1906), créateur de l’avion moderne avec sa "Demoiselle" est aussi un mécène excentrique. Entre les 2 Guerres, le génial inventeur se soigne à la clinique Val Mont de Montreux-Glion et réside à la Villa Ribaupierre (1927-32). D’un caractère plutôt secret, peu liant, son état est souvent dépressif. Il rêve de construire une maison et achète un grand terrain de 3.052m2, mais la mort l’emporte. Ses exécuteurs testamentaires offrent le terrain qui finit à la Société de Développement de Glion en 1945. Celle-ci souhaite créer une place publique dotée d’une fontaine ou d’un monument dédié à l’illustre aviateur.

JPG - 6.4 ko
Paul Tibbets, patron d’Executive Jet Aviation.

En 1952, l’hommage est réalisé, tardif, modeste, voire même critiquable envers le donateur "L’œuvre d’art" se trouve à l’entrée du village, contre le mur latéral du terrain qui est devenu une place de jeu. Une petite fontaine rurale, basse, existait déjà, datée de 1837. On a mis un mur derrière elle et construit la nouvelle fontaine de l’autre côté du mur simplement raccordée à la première. Il est vrai que de chaque côté du mur on ignore qu’il y a une fontaine juste à l’opposé, mais quel manque de goût ! Une aigle stylisé déployant ses ailes surmonte les deux fontaines. Une modeste plaque sans fioritures dit "En mémoire de l’aviateur Santos-Dumont". Hommage au rabais pour un terrain vendu alors 6.000F (env. 40.000F actuels) (voir : Récit).

- Entre 1967 et 1970, la branche suisse d’Executive Jet Aviation (S.A.) est la 1ère à mettre en œuvre 3 Learjet-23 immatriculés en HB, au départ de Cointrin. Le patron en est Paul Tibbets (1915-2007) surtout connu alors pour avoir piloté le bombardier B-29 "Enola Gay", du nom de sa mère, qui largua la 1ère bombe atomique sur Hiroshima. Vice président et "general manager", Tibbets réside alors à Genève à la rue William Favre, et mène cette 1ère compagnie locale de jets, dédiée à la vente et l’entretien des Learjet et surtout au taxi aérien. Sa fille Jacqueline lui sert de secrétaire. Avant ce poste, général de l’Air Force et attaché militaire en Inde, il dû quitter cette nation suite a des protestations locale relative à son activité militaire de 1945. Tibbets sera plus tard le directeur général de EJA aux USA qui, après plusieurs rachats, deviendra la firme Netjets puis à nouveau Executive Jet Aviation (voir : Récit)

Udet, Von Luckner, Witkowski et le pilote "X"

JPG - 11 ko
La tombe de Felix von Luckner à Vernier (GE).

- As de la chasse de la 1ère Guerre mondiale, Ernst Udet (1896-1941) devient champion de voltige aérienne entre les deux guerres. Les Genevois en ont la démonstration en 1930 (voir : Récit). Udet donne aussi une formation aux pilotes militaires suisses. Il tourne 3 films mêlant l’aviation et la glace, tels : "Piz Palü" (1929), "Tempête sur le Mont Blanc" (1930) et "SoS Iceberg" (1932). Udet a pris l’habitude de se poser sur les glaciers valaisans dès 1926 et excelle aussi dans l’aviation de montagne et le posé sur glaciers. Sur le Mont Blanc, l’aviateur pilote un Klemm L25al (D-1450) mu par un Salmson AD9 de 40cv, qui est donc 3 fois moins puissant que le moteur utilisé par François Durafour au même endroit en 1921 (voir : Récit). Sur la carlingue, la marque "Scintilla" illustre une fabrique suisse d’allumage pour moteurs. Comme son collègue dans l’escadrille Von Richthofen, Hermann Goering, Udet sera aspiré par le pouvoir en tant que ministre de l’air d’Hitler où il y perdra sa logique et finira par se suicider.

- Felix von Luckner (1881-1966) est le nom porté par un célèbre officier de marine allemand de la 1ère Guerre mondiale. Plus connu sous le surnom du corsaire "Seeteufel". Ce Diable des mers vécut des aventures étonnantes, écrivit un best-seller et donna moult conférences. Un cousin de cette famille aristocratique de Dresde était pilote privé à l’Aéro-Club de Genève dans les années 30’ et se nommait également Felix von Luckner (1884-1957). Il avait épousé une parisienne à Genève, Andréa Gallay, passé son brevet de pilote no.239 et habitait au chemin Lacombe également disparu (Champel). La tombe de ce dernier, dans le petit cimetière catholique de Vernier a parfois troublé quelques historiens qui crurent que le Seeteufel avait une fausse tombe à Hambourg.

JPG - 4.5 ko
Stefan Witkowski (1903-1942) ingénieur polyvalent.

- Les journaux de 1936 encensent un ingénieur polonais de 33 ans résidant à Genève depuis 3 ans : Stefan Witkowski. Ce dernier semble révolutionner le moteur à explosion et vient de modifier une moto Motosacoche avec son concept "Stewit" pour faire tourner le 2 roues sur le vélodrome de Genève au début avril. Un moteur 2 temps, 2 cylindres, tournant à 3.000 tours atteint ainsi 72cv pour un poids total en état de marche de 79kg. Outre une modification de la gestion des soupapes, l’alimentation d’essence, alcool, gazole ou autre, se fait par une pompe à injection ultra-rapide tournant à 7.000t/min. Les essais semblent concluants et le moteur à explosion parait faire un gros progrès cette année là. On a cru à un poisson d’avril, mais les quotidiens ont confirmé la chose. Puis l’on entend plus parler de l’homme. En septembre 1939, Witkowski a fondé un service de renseignement des polonais en exil appelé "Les mousquetaires". En septembre 1942, l’ingénieur-inventeur est abattu à Varsovie.

- Qui peut bien se cacher sous "X" ? Je n’ai trouvé personne pour illustrer cette lettre. Alors elle est dédiée à Henri Chaix (1925-1999), musicien de jazz de talent et aviateur à son heure. Il construisit 2 "Pou-du-ciel" dans sa jeunesse, notamment avec son copain de Morzier. Un "pilote d’essai" lui a cassé son dernier Pou et le bassiste de l’orchestre, pilote de voltige aérienne, l’a convaincu de mener une véritable formation de pilote à l’Aéro-Club de Genève (voir : Récit)

Pour terminer : Yul Brynner et Ferdinand von Zeppelin

JPG - 11.7 ko
Yul Brynner dans "The king and I".

- Yul Brynner (1915-1985), l’acteur au crâne chauve habite Lausanne dans les années 1959-1963. Il est né avec la nationalité suisse. Pour prendre un vol à Cointrin, l’instructeur Pierre Blanchoud l’emporte à bord du Beechcraft Bonanza HB-EIU de la Blécherette à Cointrin. C’est juste avant que l’autoroute n’existe. Très célèbre, l’athlétique Yul a tourné dans "le Roi et moi ", "Les 10 Commandements" et "Les 7 mercenaires". C’est un VIP discret accompagné d’un petit chien que le pilote emmène à sa droite et pas du tout l’impressionnant pharaon Ramsès-II ou l’empereur de Chine. Garé directement près du jet de Swissair, Yul saute du Bonanza pour embarquer en 1ère classe. Il jouera dans un film d’aviation : Les 3 soldats de l’aventure (Flight from Ashiya), le rôle du radio d’un Grumman Albatros du Air Sea Rescue actif en mer de Chine (1964).

- La mère du Comte Ferdinand von Zeppelin (1838-1917), célèbre par ses dirigeables, est d’origine genevoise : Amalie Macaire (1816-1852). Le comte à donc des cousins à Genève. En 1898, lors d’une réunion de famille, lorsqu’il parle à l’un deux, Frédéric Necker (1838-1911), du problème non résolu de l’étanchéité des volumes d’hydrogène de son futur 1er dirigeable, le cousin ne peu s’empêcher de faire la relation avec l’aérostier genevois Alexandre Liwentaal. Le comte envoie aussitôt un télégramme à Liwentaal et l’invite à Friedrichshafen. Il arrive au plus vite, est reçu cordialement et se voit bombardé par le comte du titre d’ingénieur consultant puis résout le problème technique. Leurs liens d’amitié dureront jusqu’en 1912 (voir : Récit).

Ne concluons rien de tout cela, la nature humaine s’exprime de mille façons et va continuer…

 

JPG - 25 ko
Bruno Manser et l’agneau Gumperli decollent de Genève pour leur saut médiatique en parapente du 6 avril 1998 (Ph. : Ruedi Suter).
Par : Jean-Claude Cailliez
Le :  samedi 4 juillet 2009
Poussières d’étoiles, portraits de "stars", (diaporama, musical, 04’, 91Mo). Nécessite le plugin QuickTime 7.1.3 minimum.

Vous êtes ici : Accueil > Poussières d’étoiles : abécédaire de célébrités de l’air en terre lémanique, 1800-2005 (2/6) [3 vidéos]