Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
L’avion-géant Handley-Page : visite de poids au terrain de St-Georges lors du Jeune Genevois (1920) [vidéo]

  Le public romand n’avait vu jusque là que des avions monomoteurs d’une ou 2 places. Si bien que la venue du mastodonte de 4-6 tonnes abritant 14 personnes eut un impact important pour Genève et la Suisse : problème de hangar, de sécurité des hautes personnalités, d’épidémiologie, de recrutement de passagers. Nombreuses furent les nouvelles règles à établir rapidement qui ouvrirent une nouvelle ère.

Merci à Edouard Pethoud pour son initiative personnelle et pour l’accélération de la naissance de l’aérodrome de Genève-Cointrin.


Le pilote W.L.Hope, les mécaniciens Thomas Reid et James Bond sur le bimoteur géant HP-o/400 en visite à Saint-Georges (GE) le 9 septembre 1920 (G-EATL).

Un des premiers grands avions de ligne en visite en Romandie

JPG - 31.4 ko
L’avion-géant à la Blécherette.

La presse annonce le 28 août 1920 que l’actif directeur de l’école Aéro de La Blécherette, M. Edouard Pethoud, va faire atterrir en Romandie un avion géant Handley- Page HP-400 qui doit arriver prochainement d’Angleterre. Le lundi 30 août à 18h30, l’immense avion arrive de Londres, via Paris, en fin d’après-midi. Parti à 11h de l’aérodrome de Cricklewood (usines Handley -Page) près de Londres, il fit une halte à Paris à 13h30 pour faire le plein d’essence ; il en repartit à 14h50, franchit le Jura entre le Suchet et les Aiguilles de Baulmes pour atterrir sur l’aéroplace de la Blécherette à Lausanne. Ce grand biplan bimoteur, basé sur un ex-bombardier de la RAF, est utilisé sur les lignes aériennes d’Imperial Airways. L’appareil fait forte impression. Jusque là le public local ne connaissait que les petits appareils monomoteurs civils ou militaires d’une ou deux places ; le HP-o/400 est 3 fois plus large, emporte plus de 10 personnes et pèse plusieurs tonnes !

Son pilote, l’aviateur anglais William L. Hope obtint son brevet en mai 1914 "fit toute la guerre et livra maints combats contre les avions ennemis et les zeppelins qui venaient bombarder Londres durant la nuit. Il eut plusieurs fois l’occasion de croiser dans les airs le fameux aviateur allemand le baron von Richthofen..." On apprend encore qu’il fit son apprentissage sur ce grand appareil en un jour, et qu’après 90 minutes d’essais il accomplissait son 1er vol en solo. Hope est actuellement pilote sur la ligne Londres-Paris-Bruxelles-Amsterdam. Quant à ses deux mécaniciens, l’un se nomme Thomas Reid et le second James Bond.

Le HP-o/400 obtient un beau succès à Lausanne, très entouré, où ses évolutions font l’admiration de tous. Le pilote y procède à divers essais d’atterrissage et d’envol avec différentes charges. De nombreux vols de passagers de 15’ s’enchaînent les après-midi sur le Léman, regroupant en tout une centaine de personnes environ, dont Paul Trachsel, le président de l’Association des Intérêts de Genève. Le gros avion vient ensuite se poser sur le petit terrain de Neuchâtel-Planeyse les 5-6 septembre où "environ 1.500 personnes sont accourues pour voir de près l’oiseau géant et de très nombreuses personnes le visitent avec un grand intérêt. Malheureusement, le vent très violent et tout spécialement le remous extraordinaire qui caractérise le ravin de Merdasson, remous dangereux au moment où l’aéroplane vient de décoller et commence à prendre de la hauteur, mettent fin après un vol seulement aux envols avec passagers."

Caractéristiques techniques de l’appareil

Handley-Page o/400, immatriculé G-EATL, dont la construction coûta 250.000 francs suisses de 1920, soit 2,3 millions actuels.

JPG - 31.2 ko
Le confort spartiate du HP-o/400.

 

.

 

I- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - I- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - I- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - I
I Longueur : 19m I Envergure : 30,5m (aile sup.) I Hauteur : 7m. I
I Poids à vide : 3.730kg I Poids en charge : 6.350kg I Roues pneumatiques : x 4. I
I Moteurs : Rolls-Royce I Puissance : 2 fois 375cv I Hélices quadripales en métal. I
I Vitesse maxi : 1.53km/h I Vitesse croisière : 112km/h I Vitesse atterrissage : 80km/h. I
I Pilote : un I Mécaniciens : x 2 I Autonomie : 7 heures. I
I Huile de ricin : 150 L I Carburant : 1.351L / 1.090kg I Lubrifiant : 109 L. I
I Passagers : x 19, dont -> I En cabine : x 9, et -> I Tête à l’air : x 3. I
I- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - I- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - I- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - I

 

- Dans le ventre du "monstre" : L’avion peut emporter outre l’équipage, une douzaine de passagers. Le pilote se place à l’avant, avec un mécanicien à sa gauche et un derrière lui. Au centre se trouve la cabine pour les voyageurs. On y pénètre par une petite porte latérale à l’aide d’une échelle métallique mobile. La cabine est décorée d’un tissu de toile grise tapissé de fleurs roses et meublée de 9 petits fauteuils en rotin. De chaque côté, des hublots tendus de rideaux de couleur permettent de regarder au dehors ; à l’arrière est aménagé le "lavatory", lavabo et WC, le dernier mot de l’hygiène. Confortablement installés dans les fauteuils, les passagers peuvent ainsi contempler le paysage qui se déroulera sous leurs yeux.

Le Handley-Page géant fêté à Genève/Saint-Georges, le 9 septembre

Dès le mardi 31 août, le pilote Hope et Pethoud font une visite au secrétariat de l’Association des Intérêts de Genève (AIG). Ils vont ensuite reconnaître l’aérodrome de Saint-Georges, terrain temporaire tracé au milieu du Stand de tir, où le pilote se déclare satisfait du lieu d’atterrissage et prend ses repères. L’AIG annonce alors l’arrivée à Genève du Handley-Page à St-Georges pour le jeudi 9 septembre à 16h, qui est de plus le jour férié du Jeune genevois. Des vols auront lieu sitôt après son arrivée, "réservés aux personnes qui contribueront par un don de 50Fr [500fr actuels !] aux risques assumés par l’entreprise qui fit venir l’avion de Londres". Les inscriptions sont reçues au Bureau de l’AIG, place des Bergues 3. La CGTE organise des autobus dès 13h45, un service tous les 15 minutes pour St-Georges, sur la ligne 2.

Le jeudi 9 à 16h, le HP-o/400 part de la Blécherette et se pose sans encombre à St-Georges après 35 minutes de vol. L’appareil survola continuellement le lac à une altitude de quelque 1.000m, traversa la Rade et suivit le Rhône vers St-Georges. Une foule énorme se presse là, estimée à plus de 4.000 spectateurs massés derrières de fragiles barrières. Du puissant avion descendent 9 passagers dont Vico Rigassi de la Gazette de Lausanne. Parmi les personnalités accueillant l’appareil anglais figurent les conseillers d’état Dusseiller et Perrenoud, le conseiller administratif Oltramare, Charbonnier, ingénieur cantonal, le commissaire de police Sessler et le major Schwizguebel, commandant de la gendarmerie. Mr Haab, conseiller fédéral, s’est fait conduire à l’aérodrome où il tient à féliciter le pilote en personne.

Rompant les barrages, les curieux se ruent vers l’avion pour le visiter. Puis, après un instant de frénésie, le HP-o/400 peut débuter un vol avec 6 passagers au-dessus de la ville avant que le jour ne commence à baisser : "Encore qu’il soit extraordinairement puissant et massif, l’appareil évolue avec une grande légèreté." Heureusement pour les spectateurs, l’avion passe la nuit en plein air sur le terrain et pourra effectuer d’autres vols le vendredi, avant de repartir à Lausanne dans l’après-midi.

 

JPG - 34 ko
Genève-Saint-Georges, le 9 septembre 1920, l’avion géant est bâché pour la nuit.

Veni, vidi, vici et cætera …

Après ses visites à Neuchâtel et Genève, le HP-o/400 revient à Lausanne pour constituer l’une des attractions du Comptoir suisse et donner des baptêmes de l’air notamment à des politiciens. Lors de la Journée officielle du jeudi 16 septembre, l’avion emporte le président de la Confédération Guiseppe Motta ainsi que les conseillers fédéraux Schulthess, Chuard, le prés. du Conseil d’état vaudois Dubuis, Dinichert, des affaires étrangères, Dind, conseiller aux états, Cérenville, conseiller national. Départ à 15h45 pour 20’ sur le Léman, vers Evian et retour. Excellente publicité pour l’appareil où se pressent les plus grands avec le sourire. Mais, après coup, jamais plus on ne mettra autant de dirigeants dans le même aéronef, question de sécurité d’état !

Lundi 20 septembre à 13h40, après une escale de 21 jours en Romandie, le HP-o/400 quitte la Blécherette via Paris pour rentrer à Londres. Il emporte 7 passagers choisis parmi les 30 amateurs inscrits ! Mais la météo est bouchée au dessus de 800m. Après 2h de vol sous la pluie et des tentatives de passer le Jura entre Orbe, Yverdon, Neuchâtel, Genève-la Faucille, St-Prex et Lausanne, l’avion s’en retourne à la Blécherette. Un second essai sera le bon, "Happy End" ! Ainsi, l’heureuse initiative d’Edouard Pethoud, permit à notre pays de se rendre compte des énormes progrès réalisés dans le domaine de l’aviation civile et de ce que sont les grands avions de transport. Mais Lausanne allait-elle prendre la tête de l’aviation commerciale en Romandie, ville qui possédait un champ d’aviation depuis 10 ans déjà ?

Il faut savoir qu’ailleurs, la ligne aérienne Paris-Londres-Paris, par exemple, venait de vivre sa 1ère année d’existence. Pendant ces 12 mois, 2.101 voyages avaient été effectués ; 4.339 voyageurs et 71.410kg de bagages transportés avec 640.000km parcourus. Au vu des potentiels besoins liés à la présence à Genève de la Société des Nations, le canton de Genève devait se décider à gérer des infrastructures aériennes plus pertinentes que ce pré entre tireurs et cibles de St-Georges. Enfin, le 22 septembre, l’Office fédéral de l’air (OFA) donne son aval à la création de l’aérodrome de Cointrin ; le 23 un 1er avion s’y pose et les 15-16 novembre un meeting militaire s’y déroule (voir : Récit). Cette visite du HP-o/400 aura donc eu plus de conséquences au bout du lac, semble t-il, que l’unique passage de l’Airbus A380, autre avion géant venu à Cointrin le 21 janvier 2010.

Petit couac final : d’entente avec l’OFA et l’aviation militaire, le HP-o/400 devait se rendre le samedi 11 septembre à Dübendorf où il devait y mener des vols samedi et dimanche, ultimes présentations avant de quitter la Suisse. C’était sans compter sur la fièvre aphteuse qui sévissait alors autour de Zurich où le gouvernement local interdit finalement la venue de l’avion et de ses 4 roues. Il est aujourd’hui étonnant de constater que le 1er gros avion de ligne vu en Helvétie luttait déjà contre un grave phénomène telle la grippe aviaire de 2011, il y a près de 100 ans !

 

JPG - 30 ko
A Planeyse (NE) les 5-6 septembre 1920.
Par : Jean-Claude Cailliez
Le :  mardi 11 mars 2014
Le Handley-Page à Saint-Georges (GE) en septembre 1920 (Diaporama n&b, musical, 03’14’’, 78Mo). Nécessite le plugin QuickTime 7.1.3 minimum.

Vous êtes ici : Accueil > Récits > L’avion-géant Handley-Page : visite de poids au terrain de St-Georges lors du Jeune Genevois (1920) [vidéo]