Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
Poussières de comètes : abécédaire de célébrités aériennes en terre lémanique, 1800-2005 (4/6) [2 vidéos]

 

CHAPITRE-4 : Petite et grande histoire se côtoient sur le tarmac de Cointrin ou dans le ciel genevois. Des personnalités célèbres, en leur temps ou leur siècle, ont apporté leur touche d’aéronautique à l’histoire locale, lémanique, voir romande. Probablement que nous ne savons pas encore tout et que ce qui figure ici reste un fragment d’un sommet d’un seul iceberg de la banquise ! De 1890 à nos jours, au gré de l’ordre alphabétique, voici quelques poussières de comètes parmi une myriade de stars en tous genres.


Trois passagères africaines sous l’égide de René Claparède et de la missionnaire Harris, prennent leur baptême de l’air en rade de Genève à bord d’un hydravion d’Ad-Astra-Aero piloté par Henri Pillichody (18 août 1920).

N à P : un civil et un militaire héroïques, un instructeur polyvalent : chapitre des pionniers.

JPG - 18.8 ko
Marcel Nappez, pilote d’hydravion (1920).

- Marcel Nappez (né en 1896) : infatigable acteur des 1ères Cies aériennes. Pilote militaire breveté no.76 en 1917, puis instructeur de vol à l’école Aéro de Lausanne (1918). En juin 1920, il pilote des d’hydravions entre Lugano (TI) et le Léman par-dessus les Alpes, avec passagers la tête à l’air, pour Avion Tourisme SA à Genève. Puis il acquiert 2 hydravions Macchi L-3 de 180CV (CH29, CH36). Hélas, le 9 août 1920 avec 2 passagers, en panne, il doit amerrir sur le lac d’Anterne. Par la suite il pourra y récupérer le moteur, mais la carlingue de bois et toile reste à 2.200m en montagne, entre Chamonix et Sixt-Fer-à-cheval, faute de route carrossable !

On lui doit à Genève les 1ers sauts en parachute le 10 août 1921. Le 2 juillet 1924, l’école Aero crée la ligne Lausanne-Genève-Lyon en Breguet XIV amélioré, piloté par Nappez, qui n’aura pas de succès. Alors il pilote un Junkers F13 pour Ad Astra. Le 1er août 1925 voit le 1er vol Lausanne-Milan de la Cie Transalpina SA qu’il a créé où dès octobre il transporte la poste aérienne. En fin d’année Aero-Transalpina reprend la ligne avec d’autres acteurs … et l’on ignore ce qu’est devenu Marcel Nappez depuis lors.

 

JPG - 37.4 ko
Philippe Collet (à gauche) et Otto Roth.

- Otto Roth (1901-1932) : de Lucerne, étudiant ingénieur, Lt observateur embarqué derrière le pilote genevois Philippe Collet (né en 1900), breveté en 1929, 1er Lt à la cp.av.1. Les deux hommes font un essai de "radio sans fil" en vol et décèdent dans le crash de leur avion biplan militaire de type Potez L25-A2, près de la route de Nürensdorf à Brütten le jeudi 12 mai 1932 à 8h. Après avoir traversé une couche de brouillard leur appareil heurta le sol : morts en service commandé pour la patrie !

Que la famille du 1er m’excuse, mais il est seul pilote helvétique à pouvoir porter sans aucun doute le surnom de "Rototo" que l’on a souvent attribué aux moteurs rotatifs d’aviation des débuts. Quand au Genevois, qui fut lui-même un temps officier observateur, ce pilote avait déjà été sérieusement accidenté à La Blécherette en 1930. Les risques du métier ! Marié, un enfant, l’homme jovial est enterré au cimetière St-Georges de Genève (voir : Récit).

 

JPG - 23 ko
Michel Perregaux, adjudant à la "5".

- Michel Perregaux (1933-2004) : pilote civil et militaire, instructeur avion, hélicoptère et planeur, pilote de ligne. Breveté pilote en 1955 dans le val de Travers, instructeur dès 1964, Perregaux s’installe à Vernier (GE) et instruit ses élèves à l’école de Cointrin Les Ailes (1967 etc.), avec Jean Liardon, et d’autres (voir : Récit). On y formera Jacques Brel, mais aussi ses deux filles Chantal et France, Marianne l’amie du chanteur, et plus tard Maddly Bamy (5h15’ de Twin Bonanza avec Perregaux) (voir : Récit). En parallèle, adjudant, il pilote un Hunter jusqu’en 1969 à la cp.av.5.

Dès 1977, Il est encore instructeur hélico pour Héli Genève à l’Aéro-Club puis pilote de Learjet chez Executive Jet Aviation puis chez Aeroleasing, à Genève. Perregaux, l’un des pilotes les plus titré de Suisse, cumule les qualifications aériennes. Au sein de sa riche carrière aérienne, on se souvient qu’il pilota un biréacteur HS-125 F-BOHU (copilote Paul Keller) pour les besoins du film Hibernatus, où il toucha de son train d’atterrissage le toit de la DS-ambulance conduite par Louis de Funès lors du décollage, sans dégâts ... pour l’avion (1969).

 

Q à S : un inconnu, un médecin de l’air et un pilote d’hélicoptère : chapitre éclectique

JPG - 39.1 ko
L’authentique croix de Grand Chevalier de l’ordre du Quetzal d’un pilote genevois (1962).

- En fait il n’existe pas, semble-t-il, de personnalité incontournable de l’histoire aéronautique genevoise dont le nom débuterait par un Q, ou même par un X.

Aussi ce paragraphe est-il différent de ceux affichés ici et il est présenté sous la forme d’une question, d’un Quid ou d’un Quiz.

Il vous faudra trouver par vous-même le nom du quidam, qui n’est pas Quasimodo, mais un pilote genevois qui fut nommé Grand officier de l’ordre du Quetzal.

Facile, même si la réponse se trouve au sein des 800 pages de Pionnair !

 
JPG - 25 ko
Le Dr Ramel à Cointrin et le "Graf Zeppelin" (1930).

- Dr Louis Ramel (1881-1962) : médecin aéronautique genevois, l’un des 2 médecins officiels auprès de qui les aviateurs font contrôler leur état de santé (1934-59). Ramel s’offre un monoplan allemand Klemm L25, celui de W.Stocklin, en février 1930 (CH255) et entre à l’Aéro-Club de Genève. En 1931, il obtient son brevet de pilote no.175 et remplace son avion par un biplan anglais Gipsy-Moth puis commence à faire des excusions avec un passager.

Début mai 1933, il acquiert un Caudron 275 Salmson "Luciole" français (CH355/HB-ORO). Le dimanche 19, avec le passager Charles Gras, ils décollent de Cointrin pour se rendre au meeting aérien de Viry (74, F). A 11h45, une montée trop rapide à vitesse trop lente, provoque un décrochage à droite et un crash sur la piste. Ramel est blessé à la face, Gras au front, une épaule luxée, mais hommes et avion seront "remis à neuf". Ramel revolera et restera longtemps membre du comité de l’Aéro-Club (1947-60).

 

JPG - 33.7 ko
Jean-Bernard Schmid, pilote d’hélicoptères (2000).

- Jean-Bernard Schmid (1937-2001) : franco-suisse expert en pilotage d’hélicoptères. "JiBi" débute avec les lourds Sikorsky durant la Guerre d’Algérie avant d’intégrer Heliswiss où il devient chef-pilote. De là il mène de nombreuses missions en Suisse et dans les Alpes mais aussi ailleurs, au Spitzberg (cargos à ravitailler), Surinam (chez les indigènes), Guyane, Canada, etc.

A Genève, dès mai 1988, il est chef-pilote des hélicos de sauvetage successifs du service hélicoptère REGA15, jusqu’à la fin 1999 (voir : Récit).

Malgré sa discrétion, la postérité n’effacera pas sa présence dans le 6ème film de James Bond Au service secret de sa Majesté. En octobre-décembre 1968 il pilote l’Agusta-Bell 206B d’Heliswiss (HB-XCF) transportant Georges Lazenby au Piz Gloria, repaire du sinistre Ernst Stravos Blofeld (du Spectre), ou l’un des 3 Agusta-Bell 204B attaquant ce pic (HB-XCG), avec son collègue Walter Tschumi (HB-XCQ).

Un pilote d’hélico vit plus d’aventures qu’un pilote de ligne et "JiBi" (instructeur, licence no.141) mérite sûrement plus que ces quelques lignes (voir : Récit).

[05.2015] Jean-Bernard "GiBi" Schmid, pilote d’hélicoptères (1984-1998) (vidéo sonore, 06’27, 220Mo). Format QuickTime 7.5 minimum. => Version 160Mo

T à V : un auteur de bande dessinée, un dentiste, un mécène de l’air : chapitre du XIXe s.

JPG - 21.8 ko
Rodolphe Toepffer (1799-1846).

- Rodolphe Toepffer (1799-1846). Ce Genevois mérite de figurer dans Pionnair comme s’y trouve le suédois de Genève Ferdinand Tollin (1807-1860) (voir : Récit), notamment en regard de sa bande dessinée humoristique liée au monde scientifique confronté à l’étude du vent, Histoire de Mr Pencil, dessinée en 1831, publiée en 1840. En quelque 72 planches et 118 images, Toepffer, l’inventeur du procédé de la BD, nous distrait avec son thème parascientifique et presque aérodynamique au temps des crinolines.

Dans la réalité, Toepffer, professeur, organisait chaque année des voyages de découverte à pied, dont les récits sont devenus des modèles de tourisme pédestre. Pour réussir ces excursions, il s’entourait d’élèves dotés de goûts sérieux et récréatifs aptes à les exercer dans une direction adulte, avec méthode. Alors Toepffer, une sorte de chercheur démocratique, un aérodynamicien du peuple didactique en quelque sorte ?

 

JPG - 36.4 ko
Henri Urfer, pilote militaire (1928).

- Henri Urfer (1905-1933). Ce fils d’agriculteur de Champvent (Yverdon) mène ses études à Lausanne et Genève (école dentaire) et s’installe en tant que médecin dentiste à Nyon. Breveté pilote militaire en 1928, puis 1er Lt à la cp.av.2 (1939-31), ce membre de l’AVIA genevoise vient parfois depuis Payerne battre des ailes au-dessus de la ferme familiale. Puis il passe à la cp.av.6.

Le 14 août 1933, en cours de répétition, aux commandes d’un Fokker C-V de 650CV, il part à 11h de Lausanne-Blécherette pour un exercice d’atterrissage à Genève-Cointrin. En passant près de Nyon il pratique un peu de voltige au large du port, mais termine une figure trop bas, percute le lac et se tue en coulant avec son appareil à 15m de fond, il a 27 ans ! Homme et pilote apprécié, il est enterré avec les honneurs militaires à Champvent en présence d’une cinquantaine d’officiers, alors qu’une escadrille de Dewoitine survole la cérémonie.

 

JPG - 27.4 ko
Pierre comte de Viry (par Ludovic de Viry).

- Le comte de Viry : Pierre Marie Elizé de Viry (1867-1941) donne leur chance aux pionniers de l’air genevois dès 1910, soit les premiers aviateurs de l’histoire Suisse, en mettant à disposition le terrain bordant son château à Viry (74, F) (voir : Récit). Ancien élève de l’Ecole Polytechnique et grand ami de Genève, il croit en l’avenir du "plus lourd que l’air". Ainsi, grâce à lui, la population genevoise vibra aux premières envolées héroïques publiques et locales en 1910-1911.

Lieutenant-colonel d’artillerie, le comte participera à la 1ère Guerre mondiale (Croix de Guerre, Légion d’Honneur). Tant qu’il vécut, son terrain, peu ou prou, reçut occasionnellement des avions civils ou militaires, jusqu’à la 2ème Guerre mondiale où les Allemands font labourer son pré en 1940.

Pierre de Viry est une forme de mécène des débuts régionaux de l’aéronautique en Savoie voisine et en Suisse romande (voir : Récit).

 

W à Z : un pilote des glaciers, trois femmes et un aviateur aisé : chapitre final

JPG - 29.2 ko
Fredy Wissel devant un planeur Ka.7.

- Frédéric "Fredy" Wissel (1905-1994) : né et jeunesse à Genève, hôtelier ; migre en Engadine, 1er pilote de glacier suisse et sauveteur, peu avant Hermann Geiger. En 1939 à St-Mortiz, Wissel passe ses brevets de vol à voile, instructeur, plane durant la guerre. En 1948 breveté vol à moteur, il achète un Piper L4 et débute les atterrissages en montagne (février, Corviglia). En janvier 1950, avec Geiger et d’autres, il est formé par les militaires suisses aux atterrissages sur skis sur glacier, puis en altitude (avril, Corvatsh, 3.450m). Surnommé "l’hôtelier volant", il débute, le 1er, une carrière de pilote de sauvetage avec son Piper Cub. En décembre 1952, à la fondation de la REGA et de la base de Davos, Wissel œuvre avec un Fiesler "Storch", largue un 1er parachutiste-sauveteur ; puis il est rejoint par Geiger dans cette activité. En septembre 61, il réussit à tracter un planeur en décollant à 3.200m d’altitude, etc. En 1976, Wissel reçoit le Diplôme Tissandier de la FAI pour ses nombreux vols de sauvetage. Il utilisera une demi-douzaine de monomoteurs dans ces montagnes suisses et cesse de voler à 82 ans, après plus de 15.000 décollages dont 10.000 sur neige et glace dont de nombreux vols en urgence.

 

JPG - 42.7 ko
Mr Pencil et le Zéphyr (1840).

- "Trois africaines de pure race Yoruba ont survolé Genève et sa banlieue mercredi 18 août 1920 par un temps radieux. Accompagnées par Mme Harris, missionnaire du pays des Bamongos, elles ont accompli un vol en deux groupes dans l’avion-limousine de la société Ad-Astra Aero enlevé par le pilote Henri Pillichody [1893-1980]. M. René Claparède [1863-1928], journaliste et président du Bureau international pour la défense des indigènes prit le second voyage. Au retour les excursionnistes furent photographiés avec Pillichody par Mr. Teulet. Les trois africaines se sont déclarées enchantées, se réjouissant de raconter à leurs parents et amis a Lagos, leur patrie, qu’elles ont admiré de haut le panorama de Genève qui devient le siège de la Société des Nations (ONU)." in : La Patrie Suisse du 27.10.1920. Voir la photo au haut de la page.

 

- Willy Zietz (né après 1898) : fils cadet d’Hugo Zietz, le cigarettier allemand Oriental Tobacco and Cigarette Factory Yenidze de Dresde, qui vendit son usine vers 1925 et décéda en 1927. Willy, sa mère Edwig et Hugo junior s’installent alors en Suisse à Meilen. Willy est membre du comité de l’Aéro-Club de Gde-Bretagne en ce début 1930 et du Club genevois. Il possède un gros Fokker trimoteur FVIIb3m privé (G-AATG "Extra Dry") l’équivalent d’un avion de ligne d’époque à la KLM, qui est basé à Genève. Il embauche pour 3 mois 2 pilotes français d’Air-Union à 7.000 FFR/mois : René Charpentier et Louis Agnus. Equipé d’une radio Marconi, l’avion est prêt pour voler jusqu’aux Indes mais se contentera de virées en Suisse et en France, reliant surtout Genève à Paris [un européen ce Willy !] (voir : Récit). En 1932, Willy base à Zurich son biplan biplace "Gipsy Moth" 100CV (G-ABDX). Puis Hugo junior meurt (02.1934). Willy reste seul héritier au décès de sa mère (11.1945), dont la fortune lui revient …. Savait-il combien coûtait le litre de benzine ?

Et si d’aventure les aventuriers du ciel vous intéressent encore, aventurez-vous, pour les lettres A à M, à la page qui (suit).

JPG - 70.3 ko
Willy Zietz à Cointrin au printemps 1930 devant son Fokker "Extra Dry".
Par : Jean-Claude Cailliez
Le :  mardi 12 mai 2015
  • Pour plus d’informations, il n’y a que Pionnair.
  • [05.2015] Poussières de comètes, portraits de "stars" romandes des airs (diaporama musical, 03’39, 9Mo). Format Flash.
    Vous êtes ici : Accueil > Poussières de comètes : abécédaire de célébrités aériennes en terre lémanique, 1800-2005 (4/6) [2 vidéos]