Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
Les équipages genevois dans les rallyes aériens intercontinentaux de la décennie 1981-1992. [4 vidéos]

 

En 1981 débute le 1er des rallyes aériens chronométrés, ici vers les USA, regroupant de nombreux pilotes privés euro-américains dont deux équipages genevois. Par la suite, ces rallyes relieront l’Afrique, l’Amérique du Sud ou l’Asie du Sud-Est. Dès 1986, le "must" vise à se poser en URSS puis à traverser ce pays jusqu’en Alaska, inaugurant les 1ers tours du monde" (100 à 150h de vol selon l’appareil).

Les 1ères places sont convoitées, demandant de nombreuses qualités au sol et en vol. Si la douzaine de genevois débutent là sans panache, certains finiront bien à la 1ère place, comme en 1992 !


Logos de rallyes des années 1980 : (1) Air-transat en 1981 ; (2) Transafricaine de 1984 ; (3) Paris-Pékin en 1987 ; (4) Paris-La Réunion de 1988 ; (5) Courrier-Sud en 1985 ; (6) Paris-Langkawi de 1990 ; (7) Tour du monde en 1992 (ARC en CIEL) ; (8) Tour du monde de 1992 (RAID International}) ; (9) la compagnie ARC en CIEL de l’organisateur Bernard LAMY.

Air-Transat, juin 1981, la naissance d’un nouveau sport de luxe

C’est l’Aircraft Owner & Pilot Assoc (AOPA, USA) qui met en œuvre le 1er rallye : Paris–New York-Paris ou "Air Transat", annoncé dès 1979, qui transite par l’Atlantique-nord en juin 1981. On y voit 65 équipages inscrits dans 4 catégories, sans téléphone portable ni GPS alors, au départ du 34e Salon du Bourget, dont seuls 50 seront à l’arrivée à Beauvais. Les 2 équipages de l’Aéro-Club de Genève, sur bimoteur, Roland Andrey pilote professionnel d’Aeroleasing et le Dr Louis-Henri France (°1935), se classent 15ème en temps réel, mais 19ème au temps compensé (Piper Aerostar) ; alors que les avocats Bruno Keppeler (°1932) et Jean-Pierre Reber (°1932), 10ème en temps réel, finissent 20ème au temps compensé (Cessna 310). B.Keppeler s’est fait une belle frayeur à l’aller, obligé d’atterrir sur un terrain vague d’une île en mer d’Aran (Ouest-Irlande) face à une falaise et sur une zone de 380m ! Les organisateurs ont cru un temps qu’il était le 2ème équipage du raid disparu en vol sur l’Atlantique ! Cela ne découragera pas l’avocat qui participera encore à bon nombre de ces raids…

 

JPG - 123.4 ko
Air-Transat, juin 1981 : le Dr L.H.France et Roland Andrey pilotent le nouveau Piper Aerostar dans la 1ère course transatlantique en avion.

Le co-vainqueur d’Air-Transat, course contrôlée par la FAI, est le Français Bernard Lamy (°1930-2006) qui, avec son épouse Maryse, va fonder l’entreprise Arc en ciel à qui l’on devra, dès 1984 et tous les 2 ans, de nombreux rallyes aériens sur la planète. On ne citera ici que ceux où s’illustrèrent des Genevois, dont le 13 mars 1984 l’Air Transafricaine sponsorisé par le président Bongo et la firme Total : Paris, Nouhadibou, Cotonou, Libreville, Lomé, Abidjan, St-Louis, Marrakech (7.357km). A Libreville, sur 36 concurrents, le garagiste François Allaz (°1949) et Robert Flukiger (°1944) finissent 9èmes avec un temps compensé de 32h35’ (Piper Cherokee-6, HB-PCE). R.Andrey et L.H.France, également présents, terminent au 21ème rang en 24h21’ (Piper PA-31P). Quant à B.Keppeler et J.P.Reber ils connaissent hélas une rupture d’arbre à came entre Casablanca et Agadir (Cessna 310, HB-LGH). En mai 1985 débute le rallye Courrier Sud/l’Aéropostale : Toulouse, St-Louis, Natal, Rio-de-Janeiro, Natal, St-Louis-Toulouse, qui comporte 2 traversées de l’Atlantique-sud, marquant les 55 ans du vol de Mermoz. B.Keppeler et R.Andrey y participent. Puis les Genevois seront attirés par l’inconnu d’alors : l’URSS !

C’est l’Aéro-Club de Genève qui a peut-être ouvert cette destination en mars 1986 avec 10 appareils et 33 membres, sous la direction de la cheffe-pilote Arlette Borradori. Ils sont les premiers petits avions privés à se poser en URSS depuis la 2ème Guerre mondiale, à St-Petersburg (voir : Récit). L’un des participants est Michel Kummermann (°1939) que l’on retrouvera en 1992 en rallye. Quant à B.Keppeler il réalisera dès avril 1990 un vol de test très attendu, soit la 1ère traversée de toute l’URSS d’ouest en est, via Genève-Prague et Moscou, Novossibirsk, Iakutsk, Magadan, embarquant un pilote russe apte à communiquer avec les tours de contrôles locales. Il réalise ainsi son 1er tour du monde à son retour le 5 mai (Piper Cheyenne HB-LLK). Mais en 1987, Arc en ciel organise un très long raid original via le Moyen-Orient et à destination de la Chine.

 

JPG - 156.4 ko
La Transafricaine de 1984, sponsorisée par le président Omar Bongo : Le Cherokee-6 (HB-PCE) de François Allaz ici avec Robert Flukiger.

Le raid Paris-Pékin-Paris, en 1987, la plus longue distance parcourue en rallye

Du 28 février au 28 mars 1987, le rallye Paris-Pékin-Paris rejoindra plusieurs escales obligatoires, soit les capitales Abu-Dhabi, Dhaka, Pékin, Hong-Kong, Singapour, Bombay, Aman, Rome et Paris. Le retour n’empruntant pas les étapes de l’aller, il y a ainsi presque 2 rallyes en un. Ces étapes couvrent de 2 à 6.000km avec des escales intermédiaires qui s’ajoutent en lien avec la taille des réservoirs supplémentaire installés dans les appareils, augmentant la durée des étapes et influençant le classement général. Ce raid de 17 appareils concurrents, dont 6 bimoteurs, inaugure aussi une 1ère percée en Chine (à Kunming), un retour en majorité au-dessus des mers et la plus longue distance réalisée en Rallye à laquelle s’ajoutent quelques vols de liaison, soit 32.000km. Deux avions d’accompagnement emportant les organisateurs, le staff, les cameramen, précédant les concurrents, dont le Falcon-20 HB-VBM et un Beechcraft 200.

Entre les grande étapes, des journées de repos sont prévus qui permettent aux pilotes quelques visites touristiques locales (Cité interdite, muraille de Chine, Petra, etc.), la participation à plusieurs cérémonies ou banquets officiels mais aussi d’entrer en contact avec la population. L.H.France, 2.000h de vol et B.Keppeler, 4.500h de vol, mènent leur Piper Navajo (HB-LOT) jusqu’à Pékin en 46h, alors que F.Allaz, 1.700h de vol, et l’avocat Nicolas Poncet (°1955), 750h de vol, ramèneront l’avion à Toussus-le-Noble en 52h de vol. Un journaliste de 28 ans embarqua comme passager pour la totalité de l’épreuve, Jean-Pierre Malignon, de May Productions. Quant à l’appareil, construit en 1973, équipé de 2 moteurs de 325CV, il embarque 950L de carburant, consommera ses 120 litres à l’heure, donnant une autonomie de 8h de vol. L’équipe est sponsorisée et décorée par le cravatier italien de Côme Umberto Sala.

 

JPG - 198.5 ko
Paris-Pékin 1987 : Fr.Allaz, Louis France, Nicolas Poncet, Bruno Keppeler à Hong-Kong (HB-LOT).

Finalement, au temps réel, les appareils cumulent entre 100 et 150h de vol. Au temps compensé le vainqueur sera un Cessna 310 italien alors que les genevois terminent à 3h30 du leader, n’ayant rencontré qu’un seul problème technique pénalisant : Après le départ d’Abu-Dhabi une pompe a vide et un alternateur du moteur lâchent, qui seront réparés à Dhaka (Bangladesh). Mais ces pannes firent perdre au HB-LOT la 3ème place du classement général pour se retrouver 5ème jusqu’à la fin de la course. Belle prestation tout de même des cinq Genevois qui portaient des combinaisons de vol bariolées de vert-blanc-rouge aux couleurs du "roi de la cravate" !

En 1992, les premiers tours du monde traversent l’URSS d’ouest en est

En 1992 les contacts établis avec l’URSS, devenue la Russie, et l’expérience acquise permettent d’envisager des tours du monde d’ouest en est, via la Sibérie et l’Alaska, reliant USA, Europe, Asie et Amérique du nord sans présence d’un accompagnant russe à bord. Arc en ciel sera le 1er à réaliser l’exploit suivi de près par Raid International, 3 semaines plus tard, dirigé par le Français Marcel Large (°1936). Pour ce dernier, il ne s’agit pas d’un rallye d’avions concurrents, mais d’un déplacement groupé autour de la planète embarquant quelques passagers. Le départ le 4 juillet 1992 à Santa-Monica (USA) les conduira vers Oklahoma City, Bangor, Goose-Bay (CDN), Groenland, Islande, Southend (GB), Helsinki (FL), Moscou-Tushino, Syktyvkar, Novosibirsk, Irkutsk, Yakutsk, Magadan, Anadyr, Anchorage (USA), Vancouver, Sta-Monica. Quelques 17 avions dont un jet Citation-I et 7 bimoteurs sont escortés en Russie d’un Iliouchine-76T transportant les futs d’essence pour les 40 participants. De nombreuses journées de repos permettront de visiter les escales russes et autres, dont la "Cité des étoiles", avant le retour, le 24 juillet.

 

JPG - 209.6 ko
Antoine Gini, Marcel Large et 2 passagères arrivent à Moscou-Tushino (Mooney 231, 12.07.1992).

Parmi les deux pilotes suisses : Mario Corti (°1946) copilote d’un Cessna-340 américain. Cet homme sera plus connu dans 10 ans dans les suites administratives du grounding de Swissair. Le second est Genevois, le Dr Antoine Gini (°1954) qui pilotera le Mooney 231 de M.Large depuis Londres jusqu’à l’arrivée (F-GDFV, 102h de vol). Le 22 juillet Gini aura la chance d’être durant 2h39 le copilote de l’Il-76T durant l’étape Yakutsk-Magadan. Ceci compensera peut-être la frayeur que Gini et Large se sont fait 6 jours plus tôt : Partis de Moscou, ils font le plein en route à Syktyvkar où l’étape continue sur 1.100Nm vers Novosibirsk où l’arrivée est prévue vers minuit après 8h de vol. Leurs 2 ultimes heures de vol furent emplies de doute quant au carburant restant en soute et par l’éventualité de devoir se poser "quelque part" en pleine nuit. Finalement l’avion tombera en panne d’essence juste après l’atterrissage à Novosibirk où il dut être remorqué depuis la piste pour rejoindre le parking ! Une rupture d’un injecteur les avait forcé à augmenter le débit de carburant de 30%, sans aéroport de dégagement prévu en Sibérie, alors que les 45kts de vent arrière annoncés se transformèrent finalement en 65kts de face. Ouf, ils ont eu chaud !

Quant à Arc en ciel, association sans buts lucratifs, elle rassemble ses concurrents au départ de Genève dès le 20 juin 1992, à destination des étapes suivantes : Helsinki, Moscou-Ramenskoye, Omsk - 4.661km (non stop) - Irkoutsk, Iakoutsk, Anadyr, Nome (Alaska), Homer, Victoria (CDN), Fresno (USA), Liberal, Frederick, Goose-Bay (CDN), Nuuk (Groenland) – 4.350km surtout sur la mer – Cannes-Mandelieu (F) destination finale le 12 juillet après 28.000km. Il s’agit bien là d’un rallye chronométré pour ces 18 bimoteurs (dont 6 turboprop.) et 10 monomoteurs, encadrés de 3 avions d’assistance dont le Falcon-20 HB-BVM. 

 

JPG - 263.8 ko
Nicolas Poncet et Bruno Keppeler ravis de leur place en tête de la course à l’arrivée (12.07.1992).

Deux équipages genevois sont dans la course, dont l’un possède l’un des plus rapides appareils du groupe, un Piper Cheyenne III (HB-LPV) baptisé "Hors Ligne", piloté par B.Keppeler et N.Poncet, emportant Georges Vincent (°1943) directeur technique d’Aeroleasing. Le moins rapide des appareils du lot est un Jodel D140 "Mousquetaire" en bois et toile de 1967, au moteur de 200cv turbocompressé, baptisé "l’Authentic" (HB-SFA). Il est, piloté par l’ingénieur Bernard Gautier (°1945) et le mathématicien Michel Kummermann (°1939). On dénombre par ailleurs une douzaine de femmes pilotes dans ce raid dont deux équipages entièrement féminins, l’un avec une mère et sa fille qui termineront d’ailleurs second de la catégorie des moteurs à pistons (20 appareils). Des futs d’essence 100LL sont importés et livrés à chaque étape où le remplissage se fait à l’aide de pompes à bras, chaque litre étant facturé à 12$ ! Globalement, les 9 jours en Russie se déroulent sans incident majeur et sont aussi ponctués de visites culturelles.

Bien sûr, l’anglais des contrôleurs aériens russes laisse à désirer, l’altitude se compte en mètres, les distances en kilomètres, six appareils en finale de nuit à Irkutsk est à la limite des capacités des contrôleurs, les femmes pilotes sont sous-considérées … mais chacun s’adapte. En ce qui concerne la nourriture, il y a une grande insatisfaction. Les Américaines ont maigri mais elles se rattraperont dès l’arrivée en Alaska le 29 juin. En final, la dernière étape Groenland-Cannes est en majorité au-dessus de la mer et chaque équipage vole revêtu de la grosse combinaison rouge de survie. Pour le Jodel HB-SFA cette étape durera 15h, totalisant 120h de vol pour ce tour du monde que Gautier et Kummermann finissent à la 5ème place des moteurs à pistons (104h au temps compensé), se révélant les Européens les mieux classé de la catégorie ! Quand au HB-LPV de Keppeler et Poncet, il a pris rapidement la tête de ce rallye qu’il terminera à la 1ère place de la catégorie turboprop (49h au temps compensé) ainsi qu’à la 1ère place au temps réel, après seulement 56h de vol.

 

JPG - 172 ko
M.Kummermann et Bernard Gautier, équipiers du Jodel Mousquetaire HB-SFA (06.1992).

L’amicale des "Earthrounders"

Les "boucleurs de planète" civils et privés, en anglais Earthrounders, forment une caste de pilotes peu nombreux à la fin des années 80. Parmi eux, rares sont les aviateurs qui participèrent avec conviction à autant de ces rallyes que le fit Bruno Keppeler de 1980 jusqu’en 1997. Plusieurs importantes raisons sont liées à cela : l’adaptation technique des appareils, le temps nécessaire passé à la préparation de chaque raid, leur durée et les coûts pratiques concrets rencontrés lors de chaque rallye, avec globalement une facture de 100 à 200.000 francs suisses d’alors selon le type d’avion et la distance parcourue. Par ailleurs, à partir de 1994, ce sport à perdu un peu de son charme, des tricheries patentes ayant défrayé les tarmacs et découragé quelques amoureux des grands espaces. Mais ces rallyes ont perduré jusqu’à la fin du 20ème siècle.

Nos pilotes genevois chevronnés ont avancé en âge ainsi que leurs organisateurs : Bernard Lamy s’en est allé en 2006. En 2015, à posteriori, ici, il n’est pas aisé de pouvoir retranscrire les émotions et les découvertes intensément vécues par chaque pilote, événements qui sont illustrés par de nombreuses photographies préservées dans leurs albums souvenirs. Ce texte, les vidéos qui suivent et les livres mentionnés ci-après tendront à illustrer au mieux ce propos. Par chance, il nous reste des images de ces raids ainsi que la possibilité d’interviewer nombre de pilotes des rallyes des années 80’.

 

JPG - 113.6 ko
Quelque part entre Nome (Alaska) et Victoria (Canada) le 29 juin 1992.
Par : Jean-Claude Cailliez
Le :  vendredi 11 septembre 2015
  • Pour plus d’information, lire : [1] " 1ère Transafricaine, Aventure africaine", Aviation international no.873, mai 1984, pp:30-37, ills. [2] "Paris Pekin 87 plus grande course aéronautique de l’histoire", 1987, par Bernard Lamy, Ed. d’Art Phoebus, 192pp, ills, 32x23 cm. [3] "Paris Pekin Paris la grande envolée", par François Dabin, Ed. France-empire 1988, 192pp, ills, 24x15cm. [4] "Around the world Air race, course aérienne autour du monde", par Sam & Rachel de la Rivière, 1992, 192pp, ills. [5] "A World Flight Over Russia", par Brad Butler, 1998, Ed. Wind Canyon Publishing Inc., 216pp, ills, 28x21cm, à la "Librairie".
  • Pour d’autres informations, consulter le site internet
  • [09.2015] Raid Paris-Pékin-Paris 1987 : la course des Genevois B.Keppeler/L.France, F.Allaz/N.Poncet sur Piper Navajo HB-LOT (févr./mars 1987) (diaporama musical, 04’16’’, 12Mo). Images de l’album de François Allaz. Format Flash.
    [09.2015] Course autour du monde 92 : le raid du Jodel HB-SFA de B.Gautier et M.Kummermann (juin/juillet 1992) (diaporama musical, 05’47’’, 13Mo). Tiré de l’album de Bernard Gautier. Format Flash.
    [09.2015] Course autour du monde 92 : les 2 équipages genevois B. Keppeler/N. Poncet sur Piper Cheyenne HB-LPV et B. Gautier/ M. Kummermann sur Jodel HB-SFA (juin/juillet 1992) (film sonore, 05’32’’, 199Mo). Images Arc en ciel. Nécessite le plugin QuickTime 7.5 minimum.
    [09.2015] Portraits de 12 "Raiders" et "Earthrounders" genevois des années 1981-1994 (diaporama musical, 04’05’’, 10Mo). Format Flash.

    Vous êtes ici : Accueil > Récits > Les équipages genevois dans les rallyes aériens intercontinentaux de la décennie 1981-1992. [4 vidéos]