Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
Junkers Ju.90, le 1er quadrimoteur civil vu sur l’aérodrome de Genève-Cointrin (1938) [vidéo]

 

En octobre 1938, Lufthansa utilise le récent Junkers Ju.9o quadrimoteur sur sa ligne Berlin-Lisbonne avec escale à Genève. L’avion D-AURE "Bayern" est ainsi le 1er quadrimoteur à visiter Cointrin, aux mains du chef-pilote Robert Untucht. Ce dernier, habitué de l’escale, avait en 1931 bravé une tempête de neige locale qui avait crashé son avion de ligne dans les sapins du Pays de Gex, heureusement sans gros dégâts. Revisitons ces 2 événements.


Fleuron de Deutsche Lufthansa en 1938, cet "avion géant" quadrimoteurs de 40 places fut le premier gros appareil de ligne à faire escale à Genève-Cointrin à l’automne 1938.

La ligne Berlin-Lisbonne de Lufthansa passe par Genève

Mardi 25 octobre 1938 doit se poser à l’aéroport de Cointrin un avion géant, le Junkers 90. Ce type d’appareil fit son 1er vol le 28.08.1937, et 6 exemplaires sur les 16 construits ont été acquis par la Deutsch Lufthansa. L’avion immatriculé D-AURE (c/n.4915), construit en 1938, assure des vols de ligne de la compagnie depuis juillet. Cet avion fait pour la 1ère fois le service sur la ligne Berlin-Lisbonne en raison du grand nombre de passagers inscrits ce jour là. Par ailleurs Lufthansa, annonce qu’il n’y aura plus d’escale à Genève sur cette ligne Berlin-Lisbonne, de novembre à fin février en raison des météo hivernales locales difficiles (neige, brouillards et vents forts). Le grand avion inconnu est donc fort attendu à Cointrin en cette fin octobre !

- Ce qu’en a dit la presse locale : "Ainsi que nous l’avions annoncé jeudi 21, l’avion Junkers Ju90 quadrimoteurs de la Lufthansa s’est posé à l’aéroport de Cointrin mardi matin. Il était 10h50 lorsque, dans le ciel apparaît dans la direction du lac, le "Bayern". C’est une grosse masse grise qui se détache à peine de la brume. Le majestueux appareil survole le terrain tandis que les pilotes font surgir le train d’atterrissage. Après avoir décrit une boucle sur le village de Meyrin, le grand oiseau pique sur le sol. Il se posera avec une rare aisance sur le champ d’aviation pour venir ensuite se placer devant les hangars."

 

JPG - 27.8 ko
Le Ju90 D-AURE au sol à Cointrin, le 25 octobre 1938 (Ph. Wassermann).

 

L’escale de Cointrin du 25 octobre 1938 (JdG 27.10.1938)

- "Voici les caractéristiques de l’avion : quadrimoteur de transport, 40 places ; quatre hommes d’équipage, 2 pilotes, un radio, un steward ; envergure 35 m ; longueur 26,3 m ; poids en ordre de vol 22 tonnes ; vitesse maximale 360km/h ; train escamotable ; hélices à pas variable ; quatre moteurs BMW-132 à refroidissement à air de 850CV chacun."

JPG - 27.9 ko
Le Flugkapitän Robert Untucht, le 19.07.1938 (Berliner Morgenpost, 28.11.1938).

- "L’avion était parti de Berlin à 7h04 pour atterrir à Stuttgart à 9h (527km) d’où il s’est envolé à 9h34 pour se poser à Cointrin à 10h55 (352km). Dix-neuf passagers et un enfant avaient pris place à bord de l’avion géant. Mr Keller, de Swissair, fit les honneurs de l’appareil dont chacun put visiter la carlingue spacieuse, aménagée avec une grande recherche de goût. La carlingue est divisée en 2 parties, celle de l’avant, réservée aux fumeurs compte 16 places et celle d’arrière peut recevoir 24 passagers. L’avion était piloté par les pilotes Robert Untucht [chef pilote] et Babekull, tous deux "millionnaires" en heures de vol."

- "A l’heure prévue à l’horaire, l’équipage appareille, les 4 moteurs sont successivement mis en marche et, les cales retirées, le géant de l’air reprend son voyage. L’avion roule à peine 200 m et s’envole. Mr Bratschi, directeur de l’aérodrome, et son adjoint Sudan, ont le sourire. Contre l’avis de certains qui affirmaient que notre aéroport et sa piste en béton de 405 m, ne se prêtaient pas à l’atterrissage ou au décollage d’avions géants, une éclatante démonstration venait d’être faite. Ajoutons même, suivant l’expression commune aux pilotes, qu’il n’y avait pas un "poil d’air" ce qui rendait plus aléatoire le décollage de l’appareil. Mais vite, l’avion prit de la hauteur – à mille mètres le soleil était éclatant – et se dirigea vers le Vuache pour gagner Marseille, Salamanque et Lisbonne, atteint le soir à 17h10."

Nb : Quoi qu’annoncé à nouveau à Cointrin pour le jeudi 27, il ne semble pas que ce type d’appareil ait fait une autre apparition à Cointrin par la suite. Quant à Robert Untucht, bien connu à Genève lors des nombreuses escales de Lufthansa, il y avait subi entre autres un accident le 18 avril 1931 quand il s’était posé dans les sapins du Jura gessien enneigé !

 

Robert Untucht, pilote Lufthansa, fit de nombreuses escales à Genève

- La presse : "Un avion de transport pris dans la tempête tombe près de Gex au pied du col de la Faucille. Samedi, l’avion Junkers Ju24, de 8 places (D-896), de la Cie Deutsche Lufthansa, parti de Marseille et assurant la correspondance de Barcelone est tombé par suite d’une tempête de neige et du brouillard. Trois passagers dont 2 dames avaient pris place à bord de l’avion mais aucun d’eux ne fut blessé. Le pilote Robert Untucht est aussi indemne alors que le radio-télégraphiste Mr Heinrich Pläging 37 ans et le mécanicien Mathias Wirth 41 ans, furent quelque peu blessés. Le 1er porte plusieurs plaies à la face et le second a le nez cassé et des plaies au visage. Ils ont été ramenés à Genève en auto puis, après avoir été pansés à la Polyclinique par le Dr Jaccoud, furent conduits à la pension Elisa rue de Chantepoulet 19. Les passagers furent ramenés à Genève en auto. Nous avons joint Mr Franz Drees, représentant en Suisse de la Lufthansa et le pilote Untucht alors qu’ils venaient prendre des nouvelles des blessés à la pension :"

JPG - 34.8 ko
Le monomoteur Junkers D-896, dans les sapins du Pays de Gex (18.04.1931).

- "Assurant la ligne Barcelone-Marseille-Genève-Stuttgart et parti de Marseille le voyage s’effectuait assez normalement. Le trimoteur était entré en relation par TSF avec le poste de Cointrin alors qu’il survolait Seyssel. Mais dans la vallée du Léman régnait une forte tempête et la visibilité pour le pilote était nulle. Mr Untucht pensa se diriger au moyen de la TSF mais par suite de la tempête toute communication devint impossible. Le radiotélégraphiste de bord, Mr Pläging cherchait en vain à se mettre en liaison avec Cointrin pour demander sa position cependant qu’à l’aérodrome on tentait sans plus de succès d’entrer en relation avec l’avion. L’atterrissage devait avoir lieu à 14h20. Le D-896 avait dépassé l’aérodrome sans pouvoir l’apercevoir lorsque à 14h25 volant au-dessus de Gex, il vint heurter une forêt de sapins située près de la pension Schaerer, au lieu-dit Les Maladières, à 2km au-dessus de Gex, à 800m d’altitude."

- "Après avoir coupé quelques sapins, l’avion s’abattit lourdement sur le sol. Construit comme tout l’appareil en Duralumin la cabine du grand oiseau ne fut pas détériorée. Si les 2 hommes d’équipage ont été blessés cela provient pour le mécanicien du fait qu’il avait négligé de s’attacher et qu’ainsi il fut précipité par le choc contre l’avant du poste de pilotage. Quant au radiotélégraphiste, n’écoutant que son devoir au moment de l’accident il tentait encore d’entrer en communication en Morse avec Cointrin. Aussi fut-il projeté contre son appareil TSF. De nombreux habitants de la région gessienne nous a dit Mr Drees ont été très aimables et ont grandement facilité les formalités. Des gendarmes ont été mis à disposition pour garder l’avion durant la nuit. L’appareil qui a passablement souffert sera démonté et ramené à Genève d’où il sera acheminé par chemin de fer sur Stuttgart pour y être réparé."

On a de la peine de nos jours à imaginer les conditions météo hivernales parfois difficiles d’avant 1980. Deux autres Junkers de Lufthansa sur la même ligne et partis de Genève en avait déjà subi les conséquences. Le 17 novembre 1927, un trimoteur G23 construit en 1926, baptisé "Hera", immatriculé D-903, dut se poser en urgence à Cernex (Hte-Savoie), train fauché, sans blesser ses 6 passagers. Réparé, il volera jusqu’en novembre 1939, lorsqu’il se crashe à Londres (7 morts). Auparavant, du 23 juillet au 26 septembre 1926, cet appareil mena avec succès le raid de 10.000km Berlin-Pékin-Berlin ! Le 5 janvier 1928. Un trimoteur G24 construit en 1927, baptisé "Cupido", immatriculé D-1088, piloté par Alfred Henke, se posa aux pieds du Jura vers Léaz, proche du Fort-l’Ecluse, train fauché, un moteur arraché, sans blesser les 3 hommes à bord. L’avion réparable put reprendre du service jusqu’en 1934. Henke deviendra très célèbre à bord du Focke-Wulf 200 "Condor", un quadrimoteur allemand supérieur au Junkers-90, qui établit de nombreux records de distance sans escale en 1938.

Que sont devenus les deux appareils pilotés par Robert Untucht ?

- Le trimoteur D-896 construit à Dessau en 1925 (c/n.850) fut à la base un G24 qui, après emploi en Suède par AB Flygindustri et Luraag, vola pour Lufthansa dès 1926, baptisé "Düsseldorf", immatriculé D-896 et converti en type F24. Accidenté le 18 avril 1931 dans le Pays de Gex, l’avion sera reconstruit et une photo le montre déjà à l’escale de Cointrin le 6 juin 1931 lors d’un voyage de retour Barcelone-Stuttgart. Re-immatriculé D-ULIS en 1934, l’appareil se crashera à Glindow (D) en août 1939 suite à son moteur en feu. A noter qu’alors, ses hublots n’étaient pas en verre mais en mica, afin d’éviter que des débris de glace ne blessent les occupants.

- Le quadrimoteur D-AURE sera détruit au sol à Stuttgart en septembre 1944, par un raid de chasseurs Lockheed "Lightning" américains.

- Le Flugkapitän Robert Untucht décéda dans le crash d’un autre quadrimoteur Junkers, le Ju.90V2 "Preussen" (D-AIVI), le 29 novembre 1938, à Bathurst (Gambie), un mois après son escale genevoise. Ses deux moteurs gauches s’étaient arrêtés simultanément lors du décollage. Outre les 3 membres d’équipages décédés, 9 des 12 passagers y perdirent également la vie.

Mais de 1927 à 1939, des dizaines de milliers de passagers ont été amenés à bon port par Lufthansa, l’une des plus grandes compagnies aériennes d’aviation d’avant-guerre.

 

JPG - 28 ko
Six exemplaires des 16 quadrimoteurs construits servirent brièvement chez Lufthansa en 1938-39.
Par : Jean-Claude Cailliez
Le :  mardi 13 mars 2018
  • Pour plus d’information, il n’y a que Pionnair.
  • [03.2018] Lufthansa 1er quadrimoteur civil à Cointrin (1938) et autres Junkers de la ligne Berlin-GE-Marseille (1927-1931) (diaporama n&b musical, 28ph, 02’32’’, 6Mo). Format Flash.

    Vous êtes ici : Accueil > Récits > Junkers Ju.90, le 1er quadrimoteur civil vu sur l’aérodrome de Genève-Cointrin (1938) [vidéo]