Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
Premiers avions de lignes à réaction à Cointrin : les vecteurs de la révolution commerciale (1953-1960) [vidéo]
  Comment est-on passé des vols d’avions de lignes non pressurisés, à moteurs à explosion, aux jets à réaction sur l’aéroport de Genève-Cointrin. Cette transition qui s’est effectuée entre la fin 1953 et le début de 1960 doit beaucoup aux constructeurs, anglais français puis américains. Une douzaine de dates illustrent ces premières avancées commerciales et marquent l’étonnant développement de l’aéroport genevois ainsi que l’activité de la Cie nationale Swissair.
En 1951, le DH-106 "Comet" anglais est le 1er avion de ligne à réaction en fonction dans une Cie aérienne. British Overseas Airways Corporation (BOAC) affiche ainsi son avance technologique et commerciale sur la planète.

Le Comet, 4 réacteurs noyés dans l’épaisseur des ailes, un progrès considérable

En 1946, la firme anglaise de Havilland est l’une des premières à s’être lancée dans la construction de l’avion à réaction et à vendre ses productions. Les petits chasseurs Vampire et Venom en bois recouvert de métal sont bien connus des Helvètes (voir : Récit). Mais le constructeur s’est dépassé en créant un grand appareil entièrement métallique propulsé par 4 réacteurs implantés dans l’épaisseur des ailes. L’appareil pressurisé et chauffé vole en altitude, au-dessus des perturbations atmosphériques, consommant ainsi moins de carburant. Sa cabine peut emporter de 36 à 44 passagers sur 2.400km à 770/800 km/h, 2 fois plus vite qu’un appareil à pistons. Le 1er vol du Comet date de juillet 1949. La Cie anglaise BOAC reçoit ses premiers exemplaires en décembre 1951, entrant en service en mai 1952 sur les longues distances (Afr. du Sud, Moyen Orient, etc.). Puis d’autres compagnies seront livrées dont Air France dès août 1953.

- 1.) Il n’est donc pas étonnant que le 1er jet de ligne jamais vu à Genève soit un Comet, en l’occurrence le F-BGNY d’Air France. Il ne s’agit pourtant pas d’un vol planifié mais d’un "cadeau du ciel". L’avion arrive de Rome (vol AF121 Le Caire-Paris) mais ne peut rejoindre Orly pour cause de grève du personnel français de la sécurité aérienne. Le dimanche 20 décembre 1953, après avoir décrit une large courbe au-dessus de Meyrin, à 12h11, le Cdt Tournadre pose l’avion en douceur sur la piste de 2.000m de l’aéroport de Cointrin. Les 27 passagers prendront d’autres vols vers Bruxelles, Londres, ou même le train pour rejoindre leur destination finale dont celle de Paris. L’appareil encore suffisamment avitaillé en kérosène, rejoint Paris à vide dans l’après-midi ou le lendemain. Il faut savoir que la longueur de la piste genevoise ne lui aurait pas permis de décoller à pleine charge.

- On ne verra plus hélas de Comet pendant 5 ans. L’appareil subit de graves accidents dès octobre 1952 (Rome), en 1953 à Karachi et à Calcutta puis au large de l’Italie (01.1954). Les avions sont interdits de vol. Une recherche sur la fatigue des matériaux dévoile que les épisodes de pressurisation-dépressurisation créent des fissures dans le métal de la cabine et que ces défauts débutent près des hublots des passagers. Ce n’est qu’en avril 1958 que le Comet-IV amélioré et allongé fera son 1er vol et se verra en service dès 1959. En 1960, de Havilland sera absorbée par Hawker Siddeley qui sera fusionnée dans British Aerospace en 1970.

 

JPG - 36.1 ko
Le Comet-2 F-BGNY d’Air France qu’on a vu à Genève-Cointrin le 20.12.1953.

La Caravelle, et ses 2 réacteurs à l’arrière de la cabine, la reine des moyens courriers

- 2.) Il faut attendre 3 ans avant de revoir un avion à réaction commercial sur le tarmac de Cointrin. Il ne s’agit pas encore d’embarquer des passagers mais de faire la démonstration de la fiabilité de la Caravelle équipée avec sa curieuse motorisation placée à l’arrière de l’avion. Le bijou français de la Société nationale de constructions aéronautiques du sud-est (SNCASE) atterrit à Cointrin le samedi 8 septembre 1956 peu après 15h. Venant de Paris, le prototype F-BHHH aux couleurs d’Air France est accueilli par un nombreux public massé sur la terrasse de l’aéroport. L’avion cumule déjà 500h de vol et s’entraine au vol d’approche aux instruments sur l’aéroport. L’équipage est composé du chef-pilote Marcel Guilbert, du Cdt de bord Pierre Bernard ici copilote, de l’ingénieur d’Air-France Michel Philippart et des mécaniciens Vergnie et Masse. Des responsables de l’aéroport sont invités à faire leur baptême en Caravelle, alors que les haut-parleurs commentent au public les évolutions du biréacteur.

- 3.) En 1957, l’aéroport de Genève à terminé les travaux d’allongement de sa piste en béton à 2.600m en lien avec l’essor des avions à réaction. Un an plus tard, des journalistes suisses sont enfin invités à faire un vol à bord d’une Caravelle, la F-BHRG "Berry" aux couleurs d’Air-France. Le jeudi 9 octobre 1958 quelque 50 reporters embarquent à Zurich pour un court vol local en début d’après-midi. Puis la Caravelle, à vide, mets 22’ pour rejoindre l’aéroport de Cointrin où elle se pose à 17h48. C’est alors au tour des scribes genevois de faire leur vol inaugural dans le soleil couchant. Volant à 3.900m d’altitude, à 800km/h, le circuit Genève-Lausanne-Evian-Genève est bref mais impressionnant. Ceux assis à l’arrière de la cabine ont vu le cockpit, à l’avant, se dresser en force dans le ciel. Les journaux locaux du 11 septembre contiennent chacun un article très favorable à la "Caravelle".

- 4.) Un autre jet de ligne atterrit à Cointrin en été 1959 pour avitailler. Ce Comet IV de la BOAC (G-APDM) se rend en Australie car il est loué à Quantas. Equipé de 74 à 81 places, il n’emporte ce jour là aucun passager mais un peu de fret. Le spectateur peut maintenant noter la forte similitude entre l’avant du Comet et celui de la Caravelle. En effet, pour accélérer la construction de l’avion français, la SNCASE a acheté à de Havilland les droits de reproduire le cockpit anglais.
- 5.) En ce même été la Cie scandinave SAS est la 1ère à mettre la Caravelle en service sur certaines de ses lignes régulières. Le 17 juillet 1959 l’appareil baptisé "Vagn Viking" (OY-KRA) de la ligne Stockholm-Téhéran, est le 1er jet à embarquer des passagers payants sur le tarmac de Cointrin. On verra dès lors régulièrement à Genève des passagers monter ou descendre du célèbre escalier situé à l’arrière de la Caravelle entre ses 2 réacteurs (voir : Récit).
- 6.) Et c’est maintenant au tour d’Air France de mettre en ligne ses Caravelle sur Genève-Paris-Orly dans les 2 sens. Le 1er vol se tient le mardi 3 novembre 1959 embarquant des personnalités politiques et aéronautiques franco-suisses. La Caravelle "Artois" (F-BHRE) s’est élevée jusqu’à 8.000m volant à 800 km/h Elle emmène dorénavant ses 80 passagers à destination en 40 à 60 minutes.

 

JPG - 29.8 ko
La Caravelle de SAS le 17 juillet 1959, le 1er jet à embarquer des passagers à Genève (OY-KRA).

Le Boeing B-707, le 1er quadriréacteur transatlantique

- 7.) On passe à la catégorie supérieure le jeudi 7 janvier 1960 quand la Cie américaine TWA présente son Boeing B-707-131 "Intercontinental" à Genève. Venant de Milan, l’avion se pose à 16h10 et passe la nuit à Cointrin (N737TW). Dans la soirée de nombreux invités peuvent visiter l’appareil et suivre une conférence à son sujet (presse, agents de voyage, etc.). Le quadriréacteur rouge et blanc long de 43m, avec son autonomie de 8.300km, peut emporter 162 passagers à 960km/h et traverser l’Atlantique sans escale. Les réacteurs sont ici placés sous les ailes et le poids total de l’avion atteint les 136 tonnes. La cabine comporte 2 classes de passagers et un bar à l’avant dans un spacieux confort. L’appareil repart le lendemain matin embarquant des membres de Swissair, de l’Office fédéral de l’air et de l’aéroport genevois. L’avion dépasse tous les superlatifs et il est déjà en service aux USA !

- 8.) On va très vite s’habituer à la présence de ce mastodonte sur le tarmac. Deux semaines plus tard un autre B-707 de TWA parti de New-York ne peut se poser à Orly pour cause de brouillard et atterrit à Genève (8h01) avant de repartir pour Rome après 50’ d’escale le jeudi 21 janvier 1960. Il n’emporte que 73 passagers, pèse alors 93 tonnes et peut décoller en 1.200m. Il est donc maintenant possible d’imaginer voler de Suisse aux USA sans escale en 7h15’ !
- 9.) Le 19 mars 1960, c’est au tour d’Air-India d’atterrir en Boeing-707 à Cointrin pour un vol d’essai. La compagnie indienne travaille en pool avec TWA, reliant bientôt Bombay à Londres via Beyrouth et Rome. L’équipage embarque à Genève un groupe de journalistes et d’employés d’aéroport pour survoler le Mont-Blanc. Dès lors, plusieurs compagnies aériennes attendent que la piste en béton de Cointrin soit encore allongée pour utiliser l’escale par leurs vols en B-707. En juillet 1960, la piste atteint 3.900m et ne s’allongera plus jusqu’à nos jours. Il aura fallu négocier pour cela, et dès 1955, un échange de terrain avec la France de 42ha !

 

JPG - 47.7 ko
Le 1er Boeing B-707 venu à Cointrin le 21 janvier 1960 (TWA N737TW).

Les Caravelle de Swissair et le DC-8-32 le 1er jet long courrier suisse

- 10.) Swissair n’est pas resté insensible au pouvoir des jets et a déjà commandé quelques Caravelle rouges et blanches. Le premier appareil est prêt le 30 avril 60 et baptisé "Solothurn" (Soleure) à Toulouse le lundi 2 mai 1960. Ce même jour le HB-ICW arrive à Cointrin vers midi où se tient une modeste réception avant que le biréacteur ne reparte vers Zurich. L’appareil sera mis en service le 21 mai sur la ligne Zurich-Londres. Sept autres Caravelle suivront, qui auront la particularité d’utiliser un système supplémentaire de freinage à l’atterrissage, qui consiste en un parachute se déployant depuis l’arrière de l’avion.

- 11.) A la même époque, Swissair reçoit son 1er des 3 quadrimoteurs longs courriers, le Douglas DC-8-32, que l’on avait encore jamais vu en Suisse. Livré le 20 avril 1960 le HB-IDA "Matterhorn" est convoyé en vol de Long-Beach (USA), via New-York, jusqu’à Zurich le 2 mai 1960. Il débutera sa carrière sur la ligne Zurich-Genève-New-York le 30 mai.
- 12.) A l’été 1960, on peut dès lors considérer que l’ère des jets a débuté à Cointrin où le nombre de compagnies suisses et étrangères utilisant un "jet" n’arrêtera plus d’augmenter.

 

JPG - 47.6 ko
Une des Caravelle de Swissair qui débuta ses vols le 21 mai 1960 (HB-ICW).

Liste des types d’avions à réaction, par année, mis en ligne par Swissair (1960-1998)

Année = Type de jet ==================== Nbre moteurs= Immatriculation= Passagers= Période ==
1960 Douglas DC-8-32 4 réacteurs HB-IDA etc. 132 pax 1960-1968
1960 Sud-Aviation SE-210 Caravelle III 2 réacteurs HB-ICW 80 pax 1960-1971
1961 Convair CV-880-22M 4 réacteurs HB-ICL 84 pax 1961-1962
1962 Convair CV-990-30A Coronado 4 réacteurs HB-ICA 100 pax 1962-1975
1963 Douglas DC-8-53 4 réacteurs HB-IDD 142 pax 1963-1976
1966 Douglas DC-9-15 2 réacteurs HB-IFA 75 pax 1966-1968
1967 Douglas DC-9-32 2 réacteurs HB-IFF 95 pax 1967-1982
1967 McDonnell Douglas DC-8-62 4 réacteurs HB-IDE 152 pax 1967-1984
1969 McDonnell Douglas DC-9-33F 2 réacteurs HB-IFW 134 pax 1969-1984
------ ------ ----- ---- ----- -----
1971 Boeing B-747-257B 4 réacteurs HB-IGA etc. 361 pax 1971-1984
1972 McDonnell Douglas DC-10-30 4 réacteurs HB-IHA 237 pax 1972-1992
1974 McDonnell Douglas DC-9-41/MD-80 2 réacteurs HB-IDV 100 pax 1974-1975
1975 McDonnell Douglas DC-9-51 2 réacteurs HB-ISM 120 pax 1975-1988
1980 McDonnell Douglas DC-9-81/MD-81 2 réacteurs HB-INC 134 pax 1980-1998
1982 McDonnell Douglas DC-10-30ER 4 réacteurs HB-IHL 215 pax 1982-1992
1983 Boeing B-747-357 4 réacteurs HB-IGC 375 pax 1983-2000
1983 Boeing B-747-357 Combi 4 réacteurs HB-IGG 276 pax 1983-1999
1983 Airbus A310-221 2 réacteurs HB-IPA 212 pax 1983-1995
1985 Airbus A310-322 2 réacteurs HB-IPF 172 pax 1985-1999
------ ------ ----- ---- ----- -----
1987 Fokker 100 2 réacteurs HB-IVA etc. 85 pax 1988-1996
1989 McDonnell Douglas MD-82 2 réacteurs HB-INR 134 pax 1989-1996
1991 McDonnell Douglas MD-11 4 réacteurs HB-IWA 249 pax 1991-2001
1995 McDonnell Douglas MD-83 2 réacteurs HB-IUG 134 pax 1995-1996
1995 Airbus A320-214 2 réacteurs HB-IJA 150 pax 1995-2001
1995 Airbus A321-111 2 réacteurs HB-IOA 186 pax 1995-2001
1996 Airbus A310-325 2 réacteurs HB-IPN 212 pax 1996-2000
1996 Airbus A319-112 2 réacteurs HB-IPW 126 pax 1996-2001
1998 Airbus A330-223 2 réacteurs HB-IQA 230 pax 1998-2001
------- -------------------------------------------- --------------- ----------- ---------- --------------
39 ans 28 types d’appareils

 

JPG - 32.1 ko
Le premier des Douglas DC-8-32 de Swissair mis en service le 30 mai 1960 (HB-IDA).
Par : Jean-Claude Cailliez
Le :  dimanche 12 mai 2019
  • Pour plus d’informations, il n’y a que Pionnair.
  • [05.2019] Les 1ers jets de lignes vus à Cointrin (1953-1960) (diaporama musical, 31ph., 03’34’’, 9Mo). Format Flash.

    Vous êtes ici : Accueil > Appareils > Premiers avions de lignes à réaction à Cointrin : les vecteurs de la révolution commerciale (1953-1960) [vidéo]