Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
Latécoère 631 : le dernier hydravion géant français utilisé sur une ligne commerciale [2 vidéos]

 

Conçu juste avant la guerre, apparu après celle-ci, le Laté-631 va entrer en compétition avec les premiers avions aux performances transatlantiques. Utilisé pour relier les Antilles à l’Afrique noire et à la France, la moitié des 12 appareils construits disparaîtra en mer. Quoique les appareils restants donnent toute satisfaction, ce modèle d’élégant hydravion géant novateur représente la fin de l’exploitation civile commerciale par mer en France.


Le Latécoère 631 immatriculé F-BDRC aux couleurs d’Air France en 1948.

Une poignée d’appareils presque "maudits"

JPG - 6.5 ko
Plan 3 vues du Laté-631.

Le concept de cet hydravion est basé sur une demande d’un prototype par le gouvernement français en 1938. A Toulouse-Montaudran, les travaux sont interrompus par la guerre, repris sous l’occupation allemande, puis la commande passe finalement à 12 exemplaires. Le 1er vol du prototype du Laté-631 se déroule le 4.11.1942 (F-BAGH) puis l’appareil est réquisitionné par l’occupant qui le base sur le lac de Constance en 1944, où il est finalement bombardé par les alliés. Un second appareil presque terminé est caché aux occupants en avril 1944, puis terminé après la Libération. Ce F-BANT (no.2) "Lionel de Marmier" fait son 1er vol le 19.03.1945. Il est reçu par Air France à fin juillet et débute sur la ligne de Dakar. Il part ensuite en Amérique du Sud où il fait des démonstrations de prestige. Le 31 octobre, les pales d’une hélice se détachent et tuent 2 passagers en traversant le fuselage, l’appareil réussit à se poser et, réparé, regagne la France.

Dès mars 1948, Air France reçoit trois Laté-631 : F-BANU "Henry Guillaumet" (no.3), F-BDRA (no.4) et F-BDRC (No.6). Aménagés pour 46 passagers et une charge marchande de 4700 kg, ils sont mis en œuvre par un équipage de 14 hommes. A partir du 5 juillet 1947, ils assurent les liaisons Biscarrosse—Port Etienne—Fort de France (Antilles) avec régularité et sécurité. Hélas, en mars 1948 le F-BDRD parti du Havre se perd dans la Manche au cours de son transfert à Biscarrosse et le 1er août le F-BDRC disparaît corps et bien dans l’Atlantique. Air France décide alors de suspendre de vol ses Laté-631 malgré 2 ans de service régulier sans le moindre incident. A la suite d’une enquête technique, les deux machines (no.3 et 4) sont transférées à une autre société qui les emploie entre la France et l’Afrique noire. L’accident fatal du F-BDRA, le 28.03.1950, provoque un nouvel arrêt des vols. L’expertise technique de plusieurs épaves repêchées conduit à une modification des ailerons et de leur commande, effectuée sur tous les appareils. Le F-BDRE (no.8) poursuit sa carrière en Afrique. Les six derniers Laté-631 le rejoigne en 1954 pour le transport du fret. Le 01.09.1955, le F-BDRE s’écrase au Cameroun. Interdits de vol une nouvelle fois, les appareils restants pourrissent sur place et finissent à la ferraille. Ces péripéties et l’évolution des "liners" (Constellation, DC-4, etc.) sonnent le glas des hydravions géants civils de transport.

Le Latécoère 631 F-BDRC d’Air France, un géant venu à Genève

JPG - 10.2 ko
A Genève, debout sur l’aile, 10.000 CV vous contemple (photo Air France).

Ce Laté-631 est un monoplan à aile haute sur laquelle sont montés 6 moteurs Wright de 1600 CV. Entièrement métallique, il peut voler à pleine charge avec 2 moteurs. La surface portante est de 350m2 pour un poids à vide de 32.332kg et maximal de 72.020kg. Son envergure est de 57,43 m avec une longueur de 43,46 m et une hauteur de 10,10 m. La vitesse maximale est de 417 km/h pour une autonomie de 6.800km ce qui était exceptionnel à l’époque. Le Laté-631 est resté en rade de Genève du 12 au 14 juin 1948, quelque 48 jours avant sa disparition en mer. Il s’agit donc de l’une des dernières occasions où l’on a vu voler cet appareil en Europe.

Pour comparer avec la taille des très grands appareils de transport de passagers, le Laté-631 est 3 fois moins haut, 2 fois moins large ou pesant que le "Spruce Goose" de Howard Hughes qui vola brièvement en novembre 1947 (H 27m, L 67m, Env. 96m, Poids 180t, 8 moteurs de 3.000CV). Le Laté-631 est plus grand que le Boeing Yankee Clipper, hydravion quadrimoteur de transport de passagers né en 1941 et ses homologues britanniques, les Short S.26 Sunderland, S.25V Sandringham ou encore S.45 Solent de 1946. Le Laté-631 est également plus grand que les autres "liners" de transport : Super-Constellation, DC-6, il ne sera dépassé que par les Boeing 707, DC-8 etc. Il possède une envergure proche de celle du Boeing-747 Jumbo tout en étant plus court et moins lourd.

L’équipage venu à Genève était constitué des pilotes Cdt Corentin Kersual et Cap. Vouty, radios Henri Gloux et Gontrand Romat, navigateur Henri Cabannes, mécaniciens Savarit, Alfred Jaggi et Gaston Le Morvan, commissaire Guy Arbelot, stewards Bikat, Jean Koustaline et Raboton.

 

JPG - 24.6 ko
Le Laté-631 d’Air-France (F-BDRC) sur le lac Léman dans la rade de Genève, du côté de Cologny, les 12-14 juin 1948.
Par : Jean-Claude Cailliez
Le :  lundi 15 août 2005
  • Pour en savoir plus, voir : Encyclopédie Mach-1, vol.6. Editions Atlas, 1980, à la "Librairie ".
  • [09.2012] Les Laté-631, géants de Biscarrosse (1940-1958), (diaporama musical, 09’45’’, 18Mo). Compilation de Pascal Parpaite. Format Flash.
    [03.2007] Laté-631 : prototype (1945), Air France (1948) (vidéo sonore, N&B, 01’52, ≈59 Mo), nécessite le plugin QuickTime 7.1.3 minimum.

    Vous êtes ici : Accueil > Appareils > Latécoère 631 : le dernier hydravion géant français utilisé sur une ligne commerciale [2 vidéos]