Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
La première usine d’aviation de Suisse née des travaux des frères Dufaux (1908) [vidéo]

 

Les Genevois Henri et Armand Dufaux développent la 1ère entreprise de construction d’avions de l’histoire suisse (1908). Leurs recherches débutent par des prototypes liés au vol vertical, mais en 1909, avec la réparation et la fabrication d’hélices, la production en série d’avions Dufaux-4/5, ils emploient une quinzaine de personnes et lancent la réalisation d’une douzaine d’appareils. En mai 1911, brevets, stock et appareils non terminés sont rachetés par E.Failloubaz. Les frères Dufaux ont alors d’autres ambitions.


La fabrication des hélices Dufaux en automne 1909, aux Acacias.
  • Articles associés : Appareil Dufaux 4 |*| Lieux d’action : Corsier & Acacias |*| Biographie de H. & A. Dufaux
  • 1902 : les plus anciennes traces de l’activité aéronautique des Dufaux

    Henri et Armand Dufaux se lancent dès 1902 dans l’idée d’un appareil mixte capable de décoller comme un avion ou comme un hélicoptère (voir : Récit). Cette aventure les amène à produire des moteurs, modèles-réduits puis appareils, d’abord dans un atelier de Carouge (1904-05, l’hélicoptère) puis à Corsier (1905-1909), à 8km de Genève, au bord du lac, proche de leur résidence. Là, ils louent un terrain et un atelier à M. Forestier pour la somme de 100F par an et emploient quelques rares personnes. L’année 1908 peut être considéré comme le début de cette 1ère usine aéronautique de Suisse de la société H. & A. Dufaux et Cie. A Corsier sera produit l’unique "convertible", ou "Tilt-rotor", testé par Armand à Bière en été 1909 et qui retournera à Corsier à la mi octobre (voir : Récit). Ici sera également construit le 1er avion Dufaux-4 en septembre 1909, qui fera des essais de roulage avant d’être transporté à Viry en décembre pour les essais de vol.

    1909 : la fabrication et l’entretien d’hélices d’avions

    Les Dufaux s’intéressent à la production et la réparation d’hélices dès le printemps 1909. Ils tentent d’acquérir la licence des hélices intégrales Chauvières, mais c’est la firme Perrot-Duval & Cie de Genève qui l’obtient. Ils ouvrent alors leur propre atelier d’hélice à Carouge, probablement à l’été 1909, sous la supervision d’Henri et embauchent des menuisiers et ébénistes. Ils fournissent ainsi des hélices sur mesure aux pilotes genevois, romands et de France voisine, ils effectuent également les réparations puis réalisent des hélices pour leurs propres avions. Fin 1909, une hélice coûte 130 ou 250F pièce (1300 ou 2500F actuels) selon son diamètre et le nombre de tours qu’elle doit supporter. La concurrence locale vient de la firme genevoise Perrot et ses hélices "Lux" (nov. 1909) (voir : Récit). Les Dufaux représentent aussi localement les Hélices Ratmanoff de Paris. En 1910, ils font des offres d’hélices à des constructeurs français d’avions. Une réparation se chiffre à 70F (700F actuels), une hélice neuve de 2,60m revient à 114F, elle est vendue de 200 à 350F. Jusqu’à la fin de l’année, 3 ébénistes sont toujours employés, un seul en 1911, il s’agit de MM. Wenger, Bussat, Simonin (le dernier). L’atelier ferme fin juin.

    1910 : la production en série des avions Dufaux-4 puis Dufaux-5

    JPG - 11.6 ko
    La fabrication de fuselages de l’avion Dufaux-4 au début de 1910.

    Avec la production en série de l’avion Dufaux-4, les deux frères lancent une chaîne de 5 appareils à Carouge, au 22 de la rue du Grand-Bureau, quartier des Acacias, en janvier 1910. Le travail est essentiellement lié à l’emploi du bois, de la toile caoutchoutée Continental collée (ailes) fournie par Perrot-Duval, d’un peu de métal, allié à des roues type Motosacoche (l’usine est aussi aux Acacias). L’appareil est réalisé en 3 sous-ensembles : un châssis de section triangulaire, les ailes et le train d’atterrissage. Selon le choix du client, le moteur est ajouté plus tard (Anzani, Sigma, ENV, Gnome, Oerlikon, etc.). Les réservoirs proviennent du constructeur de bateaux Mégevet, de Corsier, et on connaît de nombreux sous-traitants genevois.

    Il y a toujours l’un des deux frères qui accompagne le pilote d’usine Emile Taddéoli ou même Armand Dufaux lors des meetings où doit se produire l’avion dont on fait maintenant la promotion (Viry x3, traversée du lac, Planeyse x2, Lucerne, Brigue, Avenches, Berne, Annecy, etc.). L’avion biplan démonté (4 boulons pour les ailes) est accompagné en train des meilleurs mécaniciens : Marius Jubin ou François Gross. A l’automne 1910, le Dufaux-5 remplace le Dufaux-4 avec des ailerons intégrés dans les ailes au lieu de fonctionner entre elles. L’appareil est biplace et sert à l’école de pilotage Dufaux à Viry. Des acheteurs se manifestent après le vol record de la traversée du lac (août 1910). Ernest Failloubaz reçoit le sien au début de 1911 Accompagné d’Armand Dufaux, ils font malgré tout une démonstration à Issy-les-Moulineaux (F), mais les productions françaises évoluent beaucoup plus vite que celles de Genève. Deux appareils sont acquis par le département militaire suisse pour évaluation (1910, 1911) mais les troupes d’aviation n’existent pas encore à cette époque.

    JPG - 14.9 ko
    A Viry peu avant la traversée du lac, les hommes de l’ombre, sous l’aile à gauche et debout à droite MM. Ernest Gross et Marius Jubin, mécaniciens de l’usine (août 1910).

    En mai 1911, Failloubaz se décide à racheter la marque. A Avenches, au service de l’école de Failloubaz, François Durafour fait de très nombreuses démonstrations de l’avion en Suisse durant le 2ème semestre de 1911. Cette école forme une demi-douzaine de pilotes à l’aide du Dufaux biplace. On y verra aussi Henri Cobioni en 1912. Hélas, Failloubaz tombe malheureusement en faillite... Mais en additionnant les appareils produits à Carouge et à Avenches, on obtient la somme d’une quinzaine d’avions dont un seul survit aujourd’hui, exposé au Musée des transports de Lucerne.

    Le personnel de l’usine d’aviation des frères Dufaux

    Tout d’abord un atelier artisanal mettant en ouvre des métiers conventionnels, l’entreprise esquisse les premiers travaux en série et forme quelques spécialistes, futurs mécaniciens aéronautiques.

    En ce qui concerne les effectifs, au mieux, incluant les deux frères Dufaux, l’entreprise des Acacias ne comptera jamais pus de 16 personnes, même si 27 y participent sur une durée de quelque 28 mois (mars 1909 - juin 1911).

    Voici la liste alphabétique des employés pour les Genevois qui voudront y retrouver un parent.

    NomPériodeActivité - Résidence
    Albertini Louis08.1910/17.12.1910de Versoix
    Avondet10.1909/03.11.1909.
    Beltrami Julien [*]12.1909/26.10.191023 av. Favre
    Beltrami Paul [*]12.1909/01.06.191123 av. Favre
    Bertholet03.1909/06.1909.
    Bovay F.01.1910/04.1910.
    Bussat Francis08.1910/05.11.1910Hélices
    Delmas04.1909/09.10.1909.
    Drevoux22.09.1910/05.11.1910.
    Dunant G.fin-08.1910/28.04.191126 rue du Pont-d’Arve
    Dussaix Josephfin 08.1910/17.12.19102 rue de la Cluse
    Frère H.02.1910/04.1910.
    Gerritsen10.1909/12.12.1909.
    Gisel Charles 07.1910/09.1910.
    Gross François3.1909/19.10.1910 5.5/1.6.1911Présent à Viry en août 1910
    Hampel09.1909/06.1910Ebéniste
    Hudy Emile08.1910/05.11.1910.
    Just Otto08.1910/05.11.1910.
    Jubin Marius14.8/17.12.1910, 05.05/01.06.19119 rue du Nant. En 1910 à Viry, Noville (août) et à Lucerne & Brigue (sept.)
    Lyon Marc09.1910.
    Marchand22.09.1910/05.11.1910.
    Picolet Edmond22.09.1910/17.12.191016 ruelle du Couchant
    Scaramaglia04.1910/29.10.1910Machinage, menuiserie
    Schutz Frédéric03.1909/04.05.1909Dessinateur
    Simonin Auguste02.1910/16.06.1911Menuisier. 18 cours des Bastions
    Veuillet12.1909.
    Wenger Richard08.1910/17.12.1910Hélices. 16 rue des Savoises
    JPG - 61.9 ko
    L’atelier des moteurs des frères Dufaux en 1909 (R.Hug).
    Par : Jean-Claude Cailliez
    Le :  lundi 15 août 2005

    [*] Un des frères Beltrami sera le mécanicien de Durafour en Amérique centrale au début 1912.

    Les rares images d’époque d’un avion Dufaux en vol sont celles du meeting de la Chaux-de-Fonds du 11 août 1912, aux mains d’Henri Cobioni (1881-1912). On y voit aussi voler Emile Taddéoli sur son Morane, Attilio Maffei sur Blériot-XI, etc.. :

    [07.2012] Avion Dufaux-5 en vol piloté par Henri Cobioni (08.1912) (vidéo, 05’51’’, 134Mo). Format QuickTime 7.5 minimum. Images de la Cinémathèque Suisse.

    Vous êtes ici : Accueil > Récits > La première usine d’aviation de Suisse née des travaux des frères Dufaux (1908) [vidéo]