Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
 | Agenda | Plan du site  | Pionnair-GE in Deutsch | Pionner-GE in English | Espace privé 
 
 
Création du "Club des planeurs", les débuts du vol à voile à Genève à la fin de 1930 [vidéo]

 

Depuis les premiers essais de planeurs de pente dans les années 1909-1911, Genève avait oublié ces appareils au profit des aéroplanes. La renaissance de ce sport en Allemagne vers 1920, son intérêt en Suisse-allemande vers 1925 ramène le planeur sur la scène genevoise en 1930 quand se crée le "Club des planeurs".


Les membres du Club des planeurs construisant le 1er Zögling à la rue du Stand (1930-1931) (photo Dugerdil).

Peu de progrès entre Lilienthal (1893) et Spalinger (1925)

Avant que les avions motorisés ne soient réellement efficaces, Genève a connu un Club Suisse d’Aviation qui débutait ses activités par du vol de pente entre 1909 et 1912 (voir : Récit). Puis l’aéroplane a occupé les esprits et les airs jusqu’à la fin de la 1ère Guerre mondiale, faisant des progrès considérables. L’Allemagne vaincue, se voit interdire par le Traité de Versailles de produire des avions. Mais comme ce document ne mentionne pas les planeurs, la jeunesse locale relance par défaut l’aéronautique allemande sur ces planeurs de pente qui deviennent bientôt très efficaces au point de voir naître en Germanie les premiers concours internationaux de vol à voile.

JPG - 13.1 ko
Séance d’assemblage des différents éléments construits par chaque membre (photo Dugerdil).

La France n’est pas en retard avec les réussites de Maneyrol, notamment. Au milieu des années 20s, c’est en Suisse allemande que ce sport trouve des adhérents puis des constructeurs (W.Farner, J.Spalinger), avant de contaminer à nouveau le sud genevois de la Suisse.

Pour avoir une idée des performances de ces premières années du vol à voile il faut considérer le tableau ci-dessous, sachant qu’aujourd’hui, d’Allemagne, on arrive en Afrique du Nord en traversant la Méditerranée, avec le même planeur et sans escales.

Année Lieu Distance Durée Altitude
1925 Suisse 900m 1’30’’
1926 idem 1.780m 1’42’’
1928 idem 16.000m 33’
1930 idem 1h06’ 150m

Le 2ème départ est le bon quand se fonde le club genevois

Si la date de naissance du groupe genevois ne peut être déterminée exactement, on peut admettre que l’assemblée de fondation du "Club des planeurs", comme on l’appelait alors, date de l’hiver 1930-1931. La réunion se tient dans la salle du Café de l’Hôtel-de-Ville, au 1er étage, en présence du major d’aviation Marc Bornet (voir : Biogr) qui représente la section de Genève de l’Aéro-club de Suisse (AéCS). L’initiative de cette création est due au 1er président du club Ed. Maeder, employé des Services industriels. Il était naturellement entouré de quelques collègues : de Brasier (on ne sait pas s’il s’agit de l’ancien président Brasier de 1909), dont on a malheureusement perdu la trace ; d’un 3ème dont Ed. Maeder ne se souvient plus et d’un 4ème arrivé peu après : Jean Augsburger (voir : Biogr) . Maeder, quitte assez rapidement le club en 1933 pour s’intéresser à d’autres activités. (Marc Dugerdil dixit).

Le Club des planeurs demande son rattachement à l’AéCS en même temps qu’une aide financière pour l’acquisition d’un outillage destiné à la construction d’un 1er planeur. Lord d’une assemblée au Café de l’Hôtel-de-ville, 15 à 20 participants décident de construire immédiatement un Zögling et de trouver un atelier qui convienne. C’est ainsi que le 1er local est aménagé à la rue du Stand, en face du dancing Palladium, devenu Palais d’Hiver. Quant au choix du planeur, il n’est guère compliqué, car les seuls plans existants sont ceux du "Zögling", mis sauf erreur à disposition par l’AéCS. Ce planeur école, utilisé par tous les clubs, est issu de l’institut de Darmstadt (1922) et amélioré notamment par Lippisch avec le type "Hol’s der Teufel". (Dugerdil dixit).

On peut imaginer le nombre de casses qui furent nécessaires pour arriver à la conception du Zögling, planeur école, solide et sûr, permettant des vols du genre saut de puce et surtout facile à réparer : des bouts de bois, de la toile, de la colle de poisson ou caséine, des haubans en fil de fer, genre corde à piano, sans parler du siège en fer venant directement d’une machine agricole. Avec une quinzaine de membres assidus, le travail avance relativement rapidement et après 12 à 15 mois de samedis et soirées passés au local, les nervures, les longerons, le bâti, etc., prennent forme. (Dugerdil dixit).

Pour voler à l’époque, il faut d’abord construire son planeur qui ne s’achète pas encore sur catalogue ou ne se trouve pas prêté par un Aéro-club, ce qui prend du temps et compense l’argent nécessaire qu’il faudrait dépenser pour piloter un avion. En terme de "finesse" ou capacité à planer, le Zögling a une finesse de 8 alors qu’en 1980 par exemple on atteint 6 fois mieux, soit 48. Quant au nom de baptême du Zögling genevois, enregistré bientôt avec l’immatriculation no.35, il s’intitule "Fanchon" pour une raison qui n’est pas passée à la postérité.

En attendant le premier vol...

JPG - 6.6 ko
En attendant de voler en silence.

Cet engouement se constate dans de nombreux cantons jusqu’au Tessin et le 6 décembre 1930 une 1ère Assemblée des délégués des groupes de vol à voile de Suisse se tient à Zurich. Les discussions concernent alors la construction sur de mêmes standards et l’existence de règlements de fonctionnement ainsi que la prise en charge des contrôles techniques par l’AéCS.

Dès 1931, des "Camps de vol à voile internationaux" sont organisés dans les montagnes de suisse-alémanique et la compétition stimule les hommes et les machines qui vont progresser très rapidement. Un concours se tiendra notamment à Lausanne. En juin le record de vol est maintenant établi avec une distance de 92km pour une durée de vol de 1h43’.

Quant au futur grand vélivoliste genevois, Marc Dugerdil, il poursuit alors ses études à Zurich en 1932 et s’inscrit au club local : J’ai connu probablement le dernier planeur de pente. Faisant partie d’un groupe de l’Ecole Polytechnique fédérale de Zurich, précurseur de l’actuel groupe de vol à voile académique, nous avions un de ces planeurs à disposition, naturellement construit par les membres. Notre société s’appelait "Groupe des Moineaux" avec cet oiseau comme insigne. Le président était un romand. Malheureusement, chaque fois que c’était mon tour de voler, le précédent "pilotaillon", avait réussi à le casser ; l’appareil était plus souvent en réparation que dans les airs ! Ainsi mes débuts de vélivole en restèrent là."

Quant au Zögling "Fanchon", ce n’est qu’en 1933 qu’il fera son 1er vol (voir : Récit).

 

JPG - 44.7 ko
Le "Fanchon" terminé, alias "Raz’Moth", porte l’immatriculation suisse CH-35.

 

Par : Jean-Claude Cailliez
Le :  lundi 19 septembre 2005
  • Pour plus d’informations, voir : Le vol silencieux, de Marc Dugerdil. Ed. Groupe de vol à voile de l’Aéro-club de Genève, 132p., ills, à la "Librairie ".
  • Le Zögling en Suisse, 1931-etc. (vidéo, N&B, sonore, 2’25’’, 56Mo), nécessite le plugin QuickTime 7.1.3 minimum.

    Vous êtes ici : Accueil > Récits > Création du "Club des planeurs", les débuts du vol à voile à Genève à la fin de 1930 [vidéo]