Le site des pionniers de l’aéronautique à Genève 
Des Genevois chez eux ou ailleurs et des étrangers dans Genève 
[article n° 458]
Femmes de l’air en région genevoise : de l’aérostation au pilotage militaire, le partage du ciel (1847-2004) [2 vidéos]

  Cette page rassemble les Récits inclus dans Pionnair où il est question de femmes de l’air, parmi lesquelles des aéronautes, aviatrices, parachutiste, hôtesse de l’air, etc.

- Sont ici réunis : une trentaine de destins féminins qui participèrent de façons variées à l’essor de l’aéronautique régionale lémanique durant ces 160 dernières années.

- Au fil des décennies, et dès 1847, leurs prouesses et les liens de Pionnair vous renverront vers les textes, diaporamas et vidéos dans lesquels ces femmes sont mises à l’honneur et illustrées.


Les femmes pilotes et autres femmes de l’air ont eu à braver les météos, la mécanique, les lois, l’adversité, mais surtout certains hommes.
JPG - 15.5 ko
Marie Rudolf Probst, 1ère brevetée aéronaute (1912).

Femmes "gonflées" : du ballon en solitaire aux ascensions de masse (1847-1912)

Au 19ème et 20ème siècles, les "femmes de l’air" ne sont pas aussi nombreuses que ces messieurs aéronautes ou aérostiers, mais à Genève elles ont laissé plusieurs traces intéressantes de leur activité aérienne alors très innovante :

- La française Rosalie Poitevin (1819-1908) est pour l’instant la plus ancienne personne de l’histoire genevoise à s’être élevée dans les cieux. C’était à bord d’un ballon à gaz, seule, devant un public payant, le 12 septembre 1847 (voir : Récit). On lui doit d’ailleurs 4 ou 5 autres ascensions publiques dans le canton dont celle où elle emporta le 1er passager genevois de l’aérostation Charles Lafontaine, le 25 avril 1852 (voir : Récit).

- Malgré cela il faudra attendre encore 40 ans, soit le 1er septembre 1892, pour connaître la 1ère passagère genevoise : Antoinette Berthet. A bord du ballon à gaz "Urania" de Spelterini, elle s’élève des jardins du casino le Kursaal, en rade de Genève, pour un vol de 50 minutes (voir : Récit).

- L’ascension en ballon se vulgarise. Lors de l’Exposition nationale suisse à Genève, en 1896, parmi les 30.000 passagers du ballon captif, attraction majeure de l’expo, un bon nombre de crinoline et de chapeaux à fleurs se voient dans la grande corbeille en osier suspendue sous le ballon. Ce dernier grimpe jusqu’à 400m, offre une vue inédite du territoire genevois après avoir donné à ses passagers la sensation d’être plus léger que tout (voir : Récit).

- C’est le 3 novembre 1912 qu’une Helvète passe son 1er brevet d’aéronaute (no.34) : Marie Rudolf-Probst (1865-1941). Elle mènera son ballon "Mars" de Zurich à Annemasse après avoir survolé Genève.


Femmes "légères" : parachutisme et aviation légère (1911-1939)

JPG - 12.3 ko
Emilie Christinet, l’unique photo de la parachutiste (1925)

- Au début du 20ème siècle, du côté de l’aviation naissante, notons d’abord le brevet de pilote de Lily Coudenhove-Kalergi (1891-1975), le 15 août 1912 en Hongrie. Elle est la 2ème femme brevetée de sa nation et détient le 4ème brevet de son pays. Par la suite, elle sera plus connue encore du côté de Genève (voir : Récit+diaporama).

- Quant au passagères genevoises d’un aéroplane, elles sont tout à coup nombreuses lors des deux meetings d’hydraviation tenus dans la rade de Genève en août 1912 et août 1913 (voir : Récit+diaporama). Dans 10 ans, les baptêmes de l’air et les vols de ligne, de plus en plus courants, embarqueront moult dames…

- Après la Première guerre mondiale, et bien que découvert en 1797 mais tardivement testé en masse, le parachute devient un outil civil. Quelques démonstrations se déroulent à Genève dès le printemps 1921. Plusieurs femmes vont s’adonner à ce sport. Genève découvre d’abord les sauts de l’anglaise Sylvia Boyden (née en 1899) (voir : Récit+diaporama).

- En 1925 la Genevoise Emilie Christinet (1903-1933) devient la 1ère femme brevetée parachutiste de Suisse. Formée par l’instructeur August Hügli, brevetée le 6 février 1925, sa carrière sera hélas très courte. Mais après la Deuxième guerre mondiale, de nombreuses femmes gonfleront les rangs des paras civils de Romandie (voir : Récit+diaporama).

JPG - 19.9 ko
Myriam Stefford lors du départ de son tour d’Argentine (1931).

- De 1930 à 1938, une dizaine d’élèves pilotes féminins sont formées à l’Aéro-Club de Genève au vol à moteur, dont Suzanne Bourquin-Crisinel (née en 1885), Germaine Varidel (née en 1900), Marguerite Mariller (née en 1911), Ariane Dufaux (née en 1913), Claire de Tscharner (née en 1915) ou Berthe Dupuis ou encore Marguerite Pattay (voir : Récit+diaporama).

- Il se trouve aussi dans Pionnair, le résumé en image de la courte vie de l’actrice suisse, Myriam Stefford (1905-1931). Elle épouse un millionnaire argentin, passe son brevet de vol à Buenos-Aires, tente le tour de l’Argentine en avion qui se termine fatalement. Son mari lui dédia le plus gros monument terrestre que puisse recevoir une aviatrice disparue (voir : Diaporama).

- Le cas de Lee Ya-Chin (1912-1998), épouse d’un délégué chinois à la Société des nations (ONU) est tout autre. L’une des 1ères femmes à avoir été brevetée pilote à Genève Cointrin (6 août 1934) elle connaîtra une carrière internationale tant aux USA qu’à Hong-Kong (voir : Récit+diaporama).

- En 1937, la première pratiquante genevoise du vol à voile, Guillemette Lardy (1911-1991), manie le planeur avant de passer également son brevet de pilote d’avion en 1939 (voir : Récit+diaporama).

- Cet entre-deux-guerres se clôt en 1939 avec le décès de la 1ère hôtesse de l’air genevoise de Swissair. Josy Brooke (1916-1939) disparait dans l’accident du Douglas DC-2 HB-ITA lors d’une approche de l’aérodrome du Bourget (F) (voir : Récit).


Femmes "d’affaires" : l’aéronautique professionnelle (1946-1986)

Après guerre, le nombre des aviatrices se stabilise en Suisse. Par contre il augmente sensiblement dans des sports tels que le vol à voile ou le parachutisme. D’autre part, une timide aviation d’affaires commence à poindre.

JPG - 32 ko
Susan Schmid dans le cockpit d’une Caravelle de CTA (1986).

- Vers 1949, la chanteuse baptisée "la môme moineau", et son mari, possèdent un bimoteur Douglas DC-3, qui est le modèle standard d’avion de ligne chez Swissair, par exemple. Cet appareil, aménagé, est entretenu à Genève et relie régulièrement Paris et Cannes, notamment. Le couple possède son équipage et l’avion transporte souvent des invités (voir : Récit+vidéo).

- La voltige aérienne, enseignée par l’Aéro-Club, a ses adeptes. Marie Thérèse Gianelli formée par son futur mari Daniel Bois maîtrise le biplan Bücker dès l’année 1958. Au milieu des années 1980 c’est Marie Thérèse Huguenard (née en 1947), également parachutiste depuis 1967, qui se passionne pour l’acrobatie et participe à des championnats.

- L’ouverture très attendue d’une école privée de pilotage professionnel en Suisse se concrétise à Genève à l’automne 1967 : "Les Ailes". En décembre elle aura formé la 1ère femme pilote professionnelle d’Helvétie : Dominique Marchal (née en 1944) (voir : Récit+diaporama).

- En 1971, le droit de vote accordé aux suissesses en même temps que l’égalité homme-femme va se répercuter aussitôt dans les cockpits. Arlette Borradori (née en 1941), instructrice de vol, pilote de glaciers, sera la 1ère chef-pilote d’un Aéro-Club de Suisse, à Cointrin, et cela pendant 37 ans. Elle aura ainsi formé des centaines de pilotes privés (voir : Récit).

- Dominique Hoffer (née en 1952), aujourd’hui artiste-peintre, décrocha son brevet de pilote en 1969, fit du vol à voile et devint pilote professionnel en 1976. En 1982, copilote d’un jet d’affaires d’Aeroleasing, elle est en approche finale sur Beyrouth. Son avion est "canardé" par la DCA palestinienne et, malgré plusieurs impacts d’obus, la copilote en réchappe par miracle (voir : Récit+diaporama).

- Dans le monde de l’hélicoptère, Pierrette Paroz (née en 1945) est connue comme la 1ère pilote professionnelle féminine de Suisse. Brevetée en 1977, elle exerça à la REGA lausannoise, mais également en Afrique du Sud, au Canada, dans l’antarctique et ailleurs.

- Du côté de chez Swissair, on ne se précipite pas pour inclure une femme dans un cockpit. C’est en 1986 que Gabriella Luthi (née en 1961) est qualifiée copilote. Encore 12 années et elle devient "captain", assise dès lors dans le siège de gauche. Quant au 1er cockpit entièrement féminin de Swissair, il date de janvier 1999, incluant "Gaby" (voir : Récit).

- Pour Susan Schmid (née en 1957) c’est également en 1986 qu’elle obtient le siège de copilote dans une Caravelle de la compagnie genevoise CTA (voir : Récit+diaporama).


Femmes "fatales" : pilotes militaires, etc. (1995-2004)

JPG - 26.9 ko
Katja Stucki, pilote militaire suisse d’hélicoptère (1995).

Les militaires auront été les derniers à se convaincre qu’une pilote sous l’uniforme a ses qualités, mais pas pour mener des appareils armés en terre helvète ... en tous cas jusqu’en 2004 !

- En avril 1995 la Genevoise Katja Stucki (née en 1967), réussit les examens de pilote d’hélicoptère militaire, de type Alouette III ou équivalent, ainsi que 3 autres femmes. Katja est à l’origine ingénieur-mécanicien diplômée de l’EPLF et dut suivre 68 semaines de formation militaire pour ce résultat !

Quant à Pascale Schneider (née en 1974) c’est en 1996 que cette genevoise est nommée instructrice de vol militaire sur Pilatus PC-7 et sur jet Bae "Hawk".

Et enfin, pour le plaisir du vol rappelons qu’en 2004, Madeleine Dupont (née en 1944) pilote et Elena Christen (née en 1941) chiliennes, traversèrent l’Atlantique, en Bonanza, vers Genève, aller-retour, pour marquer les 100 ans de l’aviation (voir : Récit+diaporama).

Les progrès féminins et la présence féminine dans les airs continuent à croître depuis lors sans interruption. A quand la 1ère cosmonaute/astronaute/spationaute made in Switzerland ? Et bons vols !

 

JPG - 44.9 ko
Pascale Schneider, instructeur de vol militaire (1996).
Par : Jean-Claude Cailliez
Le :  mardi 11 septembre 2018
  • Pour plus d’information : il n’y a que Pionnair .
  •  

    - En Suisse, il faudra attendre l’égalité homme-femme, en 1971, pour voir une femme-pilote dans un cockpit d’avion de ligne dès 1983. En France cela a déjà débuté en 1967 :

    [09.2018] Femmes et pilotes de ligne franco-suisses, parallélisme : 1967-2001 (diaporama musical, 04’02’’, 9Mo). Format Flash.

    - Hôtesse de l’air : Qui n’a pas rêvé dans les années 60, en Suisse, d’être sélectionnée à cette fin, ou d’épouser l’une d’entre-elles :

    [09.2018] Formation des hôtesses de l’air de Swissair en 1967 (vidéo sonore, 03’04’’, 115Mo). Source Cinémathèque suisse. Nécessite le plugin QuickTime 7.5 minimum.

     
    © Copyright Pionnair-GE.com. Cet article peut être utilisé avec mention de la source et du nom de son auteur.